mardi 30 juin 2015

Phrase pour le 30 juin 2015




J'étais devant la cheminée de l'infirmerie allant et venant pour faire le ménage et je me tourmentais d'une chose qui n'allait pas comme je voulais. Elle me dit :
« Bobonne, pas d'inquiétude d'esprit ! »

NB : "Bobonne" est un surnom affectueux que Thérèse donnait à sa soeur Céline avec la permission de sa supérieure, afin de faciliter son élocution. En effet, Thérèse, en raison de la tuberculose, avait des difficultés à prononcer certains mots trop longs ou comportant certaines syllabes, en raison de l'oppression que cela lui provoquait.

lundi 29 juin 2015

Phrase pour le 29 juin 2015



Ce passage des derniers entretiens de Thérèse avec Céline (autour du 15 août 1897, un mois et demi avant la mort de Thérèse) est encore une allusion claire à la présence corporelle de Jésus en Céline, depuis son acte d'offrande à l'amour fait avec Thérèse le 11 juin 1895. (cf. article en onglet Le secret inconnu de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.)

Elle me raconta ce rêve qu'elle avait eu peu de temps avant sa maladie :
« Vous étiez au bord de la mer avec deux personnes que je ne connaissais pas. Il y en eut une qui proposa de faire une promenade, mais elle et sa compagne étaient très avares, elles dirent qu'il fallait louer un agneau au lieu d'un âne, pour monter toutes les trois dessus, ensemble. Mais quand vous l'avez vu chargé de ces deux personnes, vous avez dit que vous alliez aller à pied.
« Le pauvre agneau s'en allait tout le long des haies n'en pouvant plus et bientôt il tomba épuisé sous son fardeau.
« Alors, au détour d'une route se présenta devant vous un ravissant petit agneau tout blanc qui s'offrait à vous. Vous avez compris alors qu'il vous soutiendrait pendant le voyage de la vie ; puis le petit agneau ajouta : "Tu sais, je veux aussi palpiter en toi..."
- « Après, j'ai compris que c'était la récompense de la charité que vous aviez eue pour ces deux personnes, les ayant supportées sans vous plaindre. C'est pour cela que Jésus lui-même est venu se donner à vous. »

dimanche 28 juin 2015

Phrase pour le 28 juin 2015



Céline écrit : "Elle me rappelait souvent que nous étions comme deux associés. Qu'importe que l'un soit incapable ? Du moment qu'ils ne se séparent pas ils auront part un jour aux mêmes bénéfices.
Dans sa comparaison du petit oiseau sur le bord du cloître attendant l'Aigle Divin et ne cessant de le regarder en l'aimant, ma chère petite Thérèse me disait toujours qu'elle ne se figurait pas être seule, mais qu'il y avait deux petits oiseaux..."

samedi 27 juin 2015

jeudi 25 juin 2015

Phrase pour le 25 juin 2015

Thérèse malade


Céline écrit  : "Je lui disais : « Vous êtes mon idéal, et cet idéal je ne puis pas l'atteindre, oh ! que c'est cruel ! Il me semble que je n'ai pas ce qu'il faut pour cela, je suis comme un petit enfant qui n'a pas conscience des distances : sur le bras de sa mère, il étend sa petite main pour saisir le rideau, un objet... il ne se rend pas compte qu'il en est très loin ! »

Thérèse : - « Oui, mais au dernier jour, le bon Jésus approchera sa petite Céline de tout ce qu'elle aura désiré, et alors elle saisira tout. »

mercredi 24 juin 2015

Phrase pour le 24 juin 2015



Prière n°12 consécration à la sainte Face, composée par Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus : 

"nous voudrions pour vous désaltérer posséder un Amour infini.... Epoux Bien-Aimé de nos âmes, si nous avions l'amour de tous les cœurs, tout cet amour serait à vous.... Eh bien ! donnez-nous cet amour et venez vous désaltérer en vos petites épouses."

mardi 23 juin 2015

Phrase pour le 23 juin 2015

Thérèse

Thérèse à Céline :

«Vous êtes toute petite rappelez-vous ça et quand on est tout petit on n'a pas de belles pensées...»

lundi 22 juin 2015

Phrase pour le 22 juin 2015



Serais-tu le plus beau et le plus riche des hommes, et ferais-tu même des miracles, au point de chasser les démons, tout cela se retourne contre toi, tu n'y es pour rien et il n'y a rien là dont tu puisses tirer gloire. Mais ce dont nous pouvons tirer gloire, c'est de nos faiblesses, c'est notre part quotidienne à la sainte croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ. (5e Admonition Saint François d'Assise)

dimanche 21 juin 2015

Phrase pour le 21 juin 2015

Sr Geneviève de la sainte Face (Céline)


Elle connaissait une foule d'histoires et avait retenu quantité de traits dont elle se servait à l'occasion, ce qui rendait sa conversation imagée et piquante.
« Vous êtes une âme de bonne volonté, me dit-elle, ne crai­gnez rien, vous avez une petite "chienne" qui vous sauvera de tous les périls... »

(allusion à cet aveu que le démon avait fait au P. Surin, dans un exorcisme : « Je viens à bout de tout, il n'y a que cette chienne de bonne volonté contre laquelle je ne puis rien. »)

samedi 20 juin 2015

Le combat pour Vincent Lambert continue : vidéo très intéressante du Dr Jeanblanc

Regarder la vidéo du Dr Jeanblanc, expliquant l'état de santé de Vincent Lambert sur ce lien
Signer la pétition pour sauver la vie de Vincent Lambert sur ce lien
Voici le courrier envoyé aux amis de Vincent.

Chers amis,
Vous avez reçu la semaine dernière la nouvelle vidéo de Vincent Lambert prise dans sa chambre. Nous avons voulu montrer que Vincent n’est branché à aucun appareil, qu’il n’est pas en fin de vie mais en situation de grand handicap.

Cette vidéo a créé un choc. Pourquoi ? Parce qu’elle est venue contredire le discours tenu sur Vincent Lambert depuis des mois. Cette prise de conscience est déstabilisante, après autant d’années de mensonges, voire choquante pour certains tant elle est contraire aux idées reçues. Et pourtant, des médecins ont continué dans les médias à dire des contre-vérités sur l’état de Vincent Lambert : il serait dans le coma, dans un « coma végétatif », il serait en « état de fin de vie relationnelle », il n’aurait plus de vie, il ne serait plus en vie….

ARRETONS LES MALENTENDUS
C’est pourquoi nous vous proposons l’éclairage d’un spécialiste des personnes « pauci-relationnelles » (conscience minimale) qui a rencontré Vincent. Le docteur Bernard Jeanblanc, connaît bien les personnes dans l’état de Vincent car il s’en occupe depuis 25 ans. Lors d’une conférence le 12 juin dernier il a apporté les éléments pour comprendre. Vous pouvez visualiser la vidéo de son intervention (15’) ou lire son texte. 

Le site du Comité propose aussi des réponses aux questions les plus fréquentes : est-ce que Vincent est en fin de vie ? Est-ce qu’il est conscient ? Est-ce qu’il souffre ? Est-ce qu’il est maintenu en vie artificiellement ?

Par ailleurs, il a été dit à plusieurs reprises que la vidéo était illégale. Les avocats des parents de Vincent Lambert ont répondu très clairement à cette accusation qui ne tient pas la route.

APRES LA BATAILLE DE L’OPINION, LA MOBILISATION CONTINUE

Le succès de la vidéo a permis de relancer le débat et de rétablir la vérité sur Vincent. Il faut maintenant réussir les prochaines étapes : le CHU de Reims va se réunir pour amorcer ou non un nouveau protocole d’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation. Nous devons continuer à mobiliser pour nous opposer à cet arrêt et réclamer le transfert de Vincent dans un établissement spécialisé.

Vincent et les 1 700 autres patients en état pauci-relationnel ont besoin de vous ! Ils sont, grâce à vous, dans la lumière des médias, ne les laissons pas retomber dans l’oubli !!!!

Nous comptons sur vous pour continuer à relayer l’Appel et le faire signer par le plus grand nombre ! Plus nous sommes nombreux, plus la conscience collective se réveille.

Le Comité de soutien à Vincent Lambert

Phrase pour le 20 juin 2015

Céline Martin

Je [Céline] lui disais - « Le bon Dieu ne pourra me prendre aussitôt après votre mort, car je n'aurai pas eu le temps d'être bonne ». 

Elle reprit :
« Cela ne fait rien, rappelez-vous St. Joseph de Cupertino, son intelligence était médiocre, il était ignorant et ne connaissait à fond que cet Evangile : Beatus venter qui te portavit. Interrogé juste sur ce sujet, il répondit si bien que tous furent dans l'admiration et il fût reçu avec grands hon­neurs pour la prêtrise, avec ses trois compagnons, sans aucun autre examen. - Car on jugea d'après ses sublimes réponses que ses compagnons devaient en savoir aussi long que lui. -
Ainsi, je répondrai pour vous et le bon Dieu vous donnera gratis tout ce qu'il m'aura donné. »

vendredi 19 juin 2015

Phrase pour le 19 juin 2015


Cette statue représente un des épisodes mystiques de la vie de saint François. Transporté sur le Golgotha, le saint veut se hausser jusqu'au Christ pour embrasser son corps meurtri. Le Christ détache alors sa main droite de la croix pour la poser sur l'épaule de saint François.

"Bienheureux l'homme qui, selon ce que lui permet sa propre faiblesse, soutient son prochain autant qu'il voudrait être soutenu par lui dans un cas analogue. " (Admonition 18 -- St François d'Assise)

jeudi 18 juin 2015

"- Non, Ennemond : Mgr Williamson est fidèle à lui-même."



Voici ce qu'on peut lire sur Tradinews :

[Credidimus Caritati] Abbé Richard Williamson : Prions pour que le pape donne juridiction à la Fraternité Saint-Pie X !


SOURCE - Credidimus Caritati - 17 juin 2015

Le 8 décembre 1987, Mgr Lefebvre recevait à Écône le cardinal Édouard Gagnon, venu de Rome inspecter les lieux de culte de la Fraternité Saint-Pie X et des communautés amies. L’heure n’était pas à l’aveuglement. Au cours de l’été, l’archevêque avait fait état de nets différends avec le cardinal Ratzinger à propos de la liberté religieuse et un an auparavant, il s’était alarmé face au scandale d’Assise. Néanmoins la visite cardinalice était un motif de réjouissance car elle démontrait de façon très publique le désir de maintenir des liens visibles avec la hiérarchie, même si celle-ci était constituée de membres souvent égarés par les nouvelles normes de la période post-conciliaire. Ce même jour de la fête de l’Immaculée Conception, de l’autre côté de l’Atlantique, l’abbé Richard Williamson, directeur du séminaire américain de Ridgefield, engageait ses séminaristes à prier instamment pour que la régularité canonique, injustement déniée à la Fraternité, lui soit rendue:

« Prions pour la Fraternité ! Prions en particulier pour le cardinal Gagnon qui revient aujourd’hui au séminaire de la Fraternité en Suisse, après avoir terminé sa visite d’un mois dans les maisons de la Fraternité en Suisse, en France et en Allemagne. Prions pour lui, lorsqu’il rédigera son rapport sur la Fraternité à l’intention du Saint-Père, afin qu’il présente la vérité de telle sorte qu’il gagne l’approbation du pape. Prions pour le pape pour qu’il puisse faire ce qu’il devrait clairement faire : donner la juridiction et un statut à la Fraternité, laquelle le mérite entièrement. Ceci est absolument nécessaire pour le bien de l’Église universelle, sans parler de la Fraternité.»

Dans ces quelques lignes sont absentes les fausses idées élaborées a posteriori selon lesquelles les autorités romaines seraient totalement étrangères à l’Église catholique, qu’il faudrait que la Fraternité rompe toute relation avec le Saint-Siège ou encore qu’elle s’éloigne une bonne fois pour toutes de ses représentants. Bien au contraire, tout au long des dernières décennies qu’il a vécues ici bas, Mgr Lefebvre était animé par le double désir de sauvegarder la Tradition bimillénaire de l’Église tout en réclamant la justice d’en faire l’expérience sans entrave. C’est à ses successeurs à la tête de l’œuvre qu’il a fondée qu’il a confié la mission de déceler ces entraves permettant ou non l’expérience reconnue de la Tradition."

Commentaire d'Avec l'Immaculée

Il est étrange qu'Ennemond fasse semblant de ne pas comprendre la position actuelle de Mgr Williamson.... Cette "ignorance" de textes publiés sur Tradinews et rappelés récemment à plusieurs reprises par Avec l'Immaculée nous paraît feinte. Y aurait-il besoin par hasard de rappeler aux fidèles qu'il existe un antagonisme de positions entre Mgr Williamson et Mgr Fellay ? Serait-il dangereux que nous nous apercevions que dans le fond, ils défendent les mêmes idées, à peu de chose près ? Ennemond ici, redore le blason de résistant de Mgr Williamson... 

Pour notre part, nous nous demandons à quoi Mgr Williamson résiste : 
- Son attrait confirmé pour un franc-maçon de la Golden Dawn, T.S Eliot, (cf. CE 406 et 411) et la présentation qu'il nous en fait comme un modèle de clairvoyance nous montre que cet évêque est profondément contaminé par le libéralisme qu'il combat pourtant en paroles... 
- D'autre part, la réitération régulière de l'idée empoisonnée selon laquelle nous aurions besoin d'une reconnaissance canonique nous montre que Mgr Williamson a dans le fond les mêmes idées qu'Ennemond et Mgr Fellay... 

Et le fait qu'Ennemond fasse semblant de ne pas voir cela nous montre quoi ?... Nous laissons nos lecteurs réfléchir à cette question.

Pour rétablir la vérité, voici trois textes récents et dangereux de Mgr Williamson, prônant l'accord pratique avec Rome. Nous commentons brièvement le dernier texte en date.

- 1er texte : 1er juin 2013 : Autorité paralysée

Mgr Williamson - Commentaire Eleison L'Autorité paralysée

SOURCE - Mgr Williamson - Commentaire Eleison - 1er juin 2013

Plusieurs bonnes âmes souhaiteraient voir fonder aujourd’hui une Congrégation qui prenne la relève de la Fraternité St Pie X. Mais tout en craignant comme eux que la FSPX ne soit en train de défaire sa défense autrefois glorieuse de la foi et de la vie catholiques, et tout en sympathisant donc avec leur désir de voir surgir une Congrégation de remplacement, je ne crois pas que ce soit possible, et je crois qu’il vaut la peine d’expliquer pourquoi.

Lorsqu’en 1970 Mgr. Lefebvre a rédigé la charte des principes de la fondation et opération de la future FSPX, à savoir ses Statuts, il lui tenait très à cœur d’obtenir pour eux l’approbation officielle par l’évêque du diocèse où se trouvait la maison mère à l’origine de la FSPX. Pour ce qui le concernait, obtenir ou non cette approbation signifiait toute la différence entre fonder une Congrégation de l’Église catholique et lancer une association privée de son propre cru. Autant il tenait à fonder une Congrégation officielle, autant il s’intéressait peu à une institution privée.

De fait lorsqu’il est allé trouver Mgr Charrière, Évêque du diocèse de Genève, Lausanne et Fribourg pour obtenir cette approbation, il n’espérait pas trop qu’il y arrivât. La Révolution Conciliaire battait son plein à ce moment-là, et elle heurtait de plein front ce que projetaient les Statuts de Mgr Lefebvre. Mais la Providence a fait que Mgr Charrière les a approuvés, peut-être parce qu’il savait qu’il partait bientôt en retraite. De toute façon c’est un Mgr Lefebvre exultant qui est revenu à Écône, même il aurait brandi en l’air les Statuts fraîchement approuvés.

En effet ce que cela signifiait pour lui, c’est qu’à partir de ce moment-là il jouissait de toute l’autorité de l’Église pour bâtir une Congrégation de l’Église, et quelques années plus tard Rome aurait beau essayer de reprendre cette autorisation, cet essai était tellement injuste selon le Droit de l’Église que jamais Mgr Lefebvre n’a hésité à exercer à l’intérieur de la FSPX toute l’autorité d’un Supérieur de Congrégation classique. Cette autorité catholique est tellement forte qu’il a suffi aux papes conciliaires de l’atteler aux mensonges du Concile pour détruire virtuellement l’Église entière, et attelée maintenant à un accord pratique entre Rome et la FSPX elle est en train de mettre par terre la FSPX. Par contr e sur les prêtres, Sœurs et fidèles à l’extérieur de la Fraternité, Mgr Lefebvre ne s’est jamais arrogé aucune autorité qui dépassât celle d’un père, conseiller et ami.

Mais les temps d’un Mgr Charrière ont depuis longtemps évolué. Combien d’évêques bien pensants y a-t-il encore dans l’Église ? Et parmi eux combien pourraient se permettre d’approuver des Statuts Traditionnels et anti-Conciliaires ? C’est comme si, juste après que Mgr Lefebvre se fût échappé de la forteresse catholique avec ses Statuts catholiques en main, la herse Conciliaire s’abattit derrière lui. « Ce sont des malades mentaux, mais ils ont l’autorité », a dit un des quatre théologiens de la FSPX à propos des Romains qui ont participé en face aux Discussions Doctrinales de 2009 à 2011. Assurément la FSPX est la dernière en ligne des Congrégations classiques à être fondées, au moins de ce côté-ci du Châtiment qui s’approche.

Voilà pourquoi, à mon avis, selon le proverbe anglais, « Il faut subir ce qu’on ne peut guérir.» Et voilà aussi pourquoi j’envisage moi-même de n’être guère plus dans les circonstances actuelles que père, conseiller et ami pour les âmes qui chercheront la direction et le soutien d’un évêque. Rien que cela est une tâche plus que suffisante. Que Dieu soit avec nous tous. Kyrie eleison. 

- 2ème texte : 1er juin 2014 : Conférence à Postfalls

[Mgr Williamson / conférence (extrait)] «Si le pape m’appelait, je prendrais le premier vol pour Rome»

SOURCE - Extrait d'une conférence de Mgr Williamson - Post Falls, Idaho (USA) - 1er juin 2014

[L'extrait commence à 49 minutes 25 secondes]
[...] Vous rendez-vous compte que commander les prêtres résistants, c’est comme essayer de dresser des chats ? Vous rendez-vous compte ? Est-ce inimaginable ? Au quel cas, est-ce la peine d’essayer si c’est voué à l’échec ? C’est peut-être mieux de ne pas tenter le coup que d’essayer et de rater. Certains parmi vous pensent peut-être que ce serait mieux d’essayer car cela pourrait réussir. Je n’ai pas l’autorité. Si, par un quelconque miracle, le pape François m’appelait la semaine prochaine et me disait : «Excellence, vous et moi avons eu des points de vue différents, mais à cette heure-ci je vous autorise à fonder une société religieuse. Allez de l’avant pour le bien de l’Eglise.»

«Très saint Père, vous pouvez me mettre ça par écrit ? Ca vous dérange si je viens à Rome chercher le document portant votre signature?».

«Mais certainement!»

Entendu. Alors je prendrais le premier vol pour Rome. Je prendrais le premier vol pour Rome !

Mais sans ça, on est dans le pétrin. Et ça n’est pas une solution. Donc, dans ce qu’on appelle le mouvement de la Résistance, vous aurez un problème d’autorité. Faites-vous à cette idée. [...]

[propos originaux en anglais:] 
Can you imagine that commanding Resistant priests is liking trying to herd cats? Can you imagine? Is it unimaginable? In which case, is it worth trying if it is bound to fail? It may be better not to attempt than to attempt and fail. Some of you may think it would be better to attempt because it might succeed. I don’t have the authority. If, by some miracle, Pope Francis rang me up next week and said : “You Excellency, you and I have had our divergences, but right now I am authorizing you to found a society. You go right ahead for the good of the Church.”
“Holy Father, can I have that in writing? Do you mind if I come to Rome and get that with your signature?”

“Yes, of course”.
Alright, then I’d be on the next plane to Rome. I’d be on the next plane to Rome!

But without that, “up a creek without a paddle”. And it is not a solution. So, in what is called the Resistance movement, you’re going to have a problem of authority. Get used to the idea.
3ème texte - [Mgr Williamson - Initiative St Marcel] Les Papes Conciliaires – II
SOURCE - Mgr Williamson - Initiative St Marcel - 6 juin 2015

Ces Papes voulaient-ils le bien, en ayant tort? C’est Dieu leur juge. Nous? Attendons Son bras fort.
Ces Commentaires ne cessent de revenir sur le problème du subjectivisme, car il semble à leur auteur que l’Église et le monde d’aujourd’hui ne peuvent être correctement jugés sans le prendre en considération. Par subjectivisme, on entend cette pourriture de l’esprit par laquelle la personne, ou le sujet, a laissé son esprit se déconnecter de la réalité, ou de l’objet, ce qui permet à cette personne de refaire la réalité selon sa propre fantaisie. D’où le monde imaginaire qui nous entoure aujourd’hui dans toute sa folie, et la fantaisie de la « Néo-église » (l’Église et le monde sont conciliables) et la fantaisie parallèle de la « Néo-Fraternité » (la Tradition et la Néo-église sont conciliables).

Pour garder son emprise sur la réalité et son équilibre dans la Foi, on ne doit jamais cesser de distinguer le subjectif de l’objectif. Par exemple, les Papes conciliaires errent gravement contre la Foi, objectivement parlant, mais subjectivement parlant ils ont été convaincus qu’ils avaient raison, et en partie ils ont pu être (Dieu le sait) bien intentionnés. Mais si je manque de distinguer l’objectif et le subjectif, je tombe facilement dans une de deux erreurs par trop connues. Ou bien je dis qu’ils ont objectivement tort et donc ils doivent avoir aussi subjectivement tort, dès lors ils ne peuvent avoir été bien intentionnés, ils ont dû savoir ce qu’ils faisaient, et donc ils n’ont pas pu être Papes, et je tombe alors dans le sédévacantisme dogmatique." 

Commentaire d'Avec l'Immaculée : 
Mgr Williamson fait un faux raisonnement dangereux culpabilisant gravement et à tort les prêtres de la Résistance qui dénoncent les mauvais papes. cf. cet article pour davantage d'explications. Le sédévacantisme dogmatique ne consiste absolument pas à dire que les papes conciliaires ont une mauvaise intention. Le sédévacantisme dogmatique consiste en ce que l'on fait une vérité de foi d'une opinion théologique, le sédévacantisme. Le sédévacantisme dogmatique affirme comme une vérité de foi qu'un pape hérétique ou franc-maçon n'est pas pape, alors que Saint Pie X et Pie XII en ont établi autrement dans le règlement des conclaves, affirmant avec force qu'un cardinal excommunié pour quelque raison que ce soit était un pape valide, en cas d'élection (voir explication et citation dans l'article en lien ci-dessus). On peut donc dire que les papes conciliaires ont une mauvaise intention et croire en même temps qu'ils sont papes. Ce faisant, on obéit à Saint Pie X et l'on n'est  pas  du tout sédévacantiste.

Mgr Williamson (suite) : "Ou bien je trouve qu’ils sont convaincus et convaincants, aussi ont-ils subjectivement et donc objectivement raison, et alors je dois les suivre, et je tombe dans le libéralisme (voici comment Benoît XVI et Mgr Fellay ont trompé (objectivement) de nombreux Catholiques de bonne foi).

Au contraire, si j’ai une foi éclairée et que je sache distinguer entre la réalité objective et la fantaisie aujourd’hui universelle, alors, en mesurant Rome par la Foi et non la Foi par Rome, je constate que les Papes conciliaires ont pu être convaincus et qu’ils ont pu, au moins en partie – Dieu le sait – vouloir le bien, mais je ne les suivrai jamais dès qu’ils s’éloignent de la vraie Foi et de la véritable Église. D’un autre côté, je n’exclurai pas la possibilité qu’il y ait de bonnes intentions de leur part, ni ne prendrai-je sur moi de juger leurs intentions, mais j’attendrai que l’Église, après les avoir entendus, juge de leur pertinacité et leur hérésie.

Mais les hommes de la Néo-église sont si universellement infectés par cette fantaisie de la liberté, de l’égalité et des droits de l’homme mis à la place du devoir, de la hiérarchie et des droits de Dieu, qu’il y a vraiment peu de chance qu’une telle audience ait lieu dans un proche avenir. Alors, dans mon esprit, je dois laisser en suspens la question de ces Papes. Une telle suspension n’est certes pas commode, mais je sais que Dieu en son temps viendra au secours de sa Papauté.

Entre temps, la structure de son Église, selon laquelle toute autorité découle du Pape, de haut en bas, n’a pas changé. Dès lors, puisque le Pape François condamne la Tradition à chaque fois qu’il en a l’occasion, la Tradition n’aura qu’à lutter pour sa survie. En ce qui concerne la fondation et la continuation de la Fraternité Saint-Pie-X, l’approbation officielle de ses Statuts par l’évêque diocésain de ce moment-là fut pour Mgr. Lefebvre d’une immense importance. Cela fit de la FSSPX la lumière de secours de l’Église officielle," 

Commentaire d'Avec l'Immaculée : l'approbation de Mgr Charrière n'a eu qu'une importance psychologique pour conforter Mgr Lefebvre. 

a. L'approbation de Mgr Charrière n'a pas en soi, en principe, une importance réelle. 
En effet, même si Mgr Charrière avait refusé son approbation, il aurait fallu continuer l'oeuvre d'Ecône pour faire la volonté de Dieu. La seule approbation qui a de l'importance, c'est l'approbation de Dieu. Tout le reste n'est rien.

b. Les fidèles de bonne volonté auraient rejoint la Tradition de toute façon, avec ou sans approbation officielle. 
La meilleure preuve que l'approbation romaine n'a aucune importance pour les fidèles, c'est la constatation que Mgr Lefebvre a faite lui-même publiquement après les sacres de 1988 : il a dit que l'excommunication romaine avait encouragé les vocations et relancé la FSSPX. Ce qui déstabilise les fidèles et les fait hésiter, ce sont des attitudes comme celle de Mgr Williamson.

Mgr Williamson (suite) : (...) et le mouvement de la « Résistance » ne peut être qu’une entreprise de réparation de cette lumière de secours, toujours par rapport à l’Église officielle. 

Commentaire
Faux :
a. La résistance n'est pas une entreprise de réparation de La FSSPX. Elle est autre chose. Elle est autre chose, parce qu'elle est bâtie sur un principe différent : le principe du nullam partem avec Rome tant que celle-ci n'est pas entièrement convertie en paroles et en actes. Ce principe, Mgr Lefebvre ne l'a jamais posé clairement, même après 1988. C'est d'ailleurs pour cela que nous sommes dans le pétrin.

b. Les mots "par rapport à l'Eglise officielle" signifient, dans le contexte, que Mgr Williamson insiste toujours sur le besoin que nous avons d'une reconnaissance canonique des papes hérétiques et maçonniques actuels pour prospérer. C'est une vision bien sûr entièrement fausse. La reconnaissance unilatérale de la Résistance par des hérétiques signifierait au contraire notre mort. Nous n'y survivrions pas, tout d'abord, parce que Dieu serait mécontent (cf. onglet nullam partem)... Ensuite parce que, que nous le voulions ou non, cette reconnaissance nous mettrait dans une relation de dépendance et sous l'autorité de la maçonnerie conciliaire.

Mgr Williamson (suite) : "Cette entreprise est-elle entravée à la fois par les électriciens de secours et de l’Eglise officielle ? Soit. Il n’en faut pas moins quelqu’un pour maintenir quelque lumière dans l’Église. Toutefois, face à une telle entrave de la part des confrères électriciens, que personne ne s’attende à des monts et merveilles de la part de la « Résistance ». Patience donc. Dieu a tout sous Son contrôle."
Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Mgr Williamson attaque les nullapartistes de la Résistance sous le nom d'"électriciens de secours". Il nous accuse d'entraver l'oeuvre de la restauration de l'Eglise. Il inverse les responsabilités. Voici ce que nous lui répondons, en reprenant ses propres mots et en les modifiant un peu :

"Cette entreprise est-elle entravée à la fois par les deux évêques de la Résistance qui veulent nous faire reprendre des relations avec la Rome maçonnique et par l’Eglise officielle ? Soit. Il n’en faut pas moins quelqu’un pour maintenir quelque lumière dans l’Église. Nous savons que les forces de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. Toutefois, face à une telle entrave de la part des évêques de la Résistance, que personne ne s’attende à des monts et merveilles de la part de la « Résistance ». Patience donc. Notre-Seigneur Jésus-Christ et la sainte Vierge ont tout sous leur contrôle." N'est-il pas prédit que nous devons devenir un petit reste sur le point de mourir ? (cf. apoc. III, église de Sardes). N'est-il pas prédit également que l'Eglise, après cette épreuve, connaîtra un triomphe éclatant, le plus éclatant de tous les temps et qu'elle aura à sa tête un Saint Pape ? (cf. Apoc. ch III église de Philadelphie). Saint Louis Marie Grignion de Montfort ne nous a-t-il pas annoncé les apôtres des derniers temps qui convertiront le monde entier pendant cette période ? (cf. prière embrasée). Alors ne nous décourageons pas car tout tourne au bien de ceux qui aiment Dieu. 

Quant à Ennemond, qu'il n'essaye plus de nous faire prendre les gens pour ce qu'ils ne sont pas. Certains pourraient être tentés de penser : Si Ennemond critique Mgr Williamson, cela prouve que Mgr Williamson est un bon résistant, donc tout va bien... Non. C'est un peu plus compliqué que cela. Pour savoir si tout va bien, il ne faut pas croire aveuglément ce que veut nous signifier Ennemond. Il faut étudier nous-mêmes la doctrine de Mgr Williamson, ses paroles réitérées sur la question, puis conclure, au vu de ces paroles. 

L'attitude de Mgr Williamson, depuis qu'il a sacré Mgr Faure est provocatrice. Il semble prendre plaisir à mettre de l'huile sur le feu tant dans ses sermons que dans ses Commentaires Eleison que dans la façon dont il "règle" certains problèmes graves dans les pays anglophones. Il voudrait faire exploser la Résistance qu'il ne s'y prendrait pas autrement. C'est d'ailleurs ce qui est en train de se passer en certains lieux. 

Nous avons choisi de répondre parce qu'il est de notre devoir de dénoncer les erreurs graves qui mettent en danger la foi. Mais en même temps, nous mettons donc en garde contre le danger, soit de nous tourner vers les sédévacantistes, soit de vouloir retourner à la FSSPX (le plus grave). Si nous faisions cela, nous adopterions une attitude pragmatique et non plus de principe.

Pour savoir quel camp il faut choisir, il ne faut pas regarder si Mgr Williamson est une personne de confiance ou non. Il faut étudier quelle est la doctrine que Dieu préfère, concernant les relations à avoir avec Rome. Il nous semble clair que la doctrine que Dieu préfère est celle du nullam partem, c'est-à-dire la doctrine qui a présidé à la fondation de la Résistance, alors que Mgr Williamson ne voulait pas en faire partie. Alors restons-en à cette doctrine qui est celle des apôtres. Défendons-la avec confiance. Jésus ne nous a-t-il pas promis que si nous cherchions avant tout le royaume de Dieu et sa justice, le reste nous serait donné par surcroît ?

Phrase pour le 18 juin 2015


Ô Marie, je vous aime avec tout l'amour de Jésus.

mercredi 17 juin 2015

Phrase pour le 17 juin 2015


"Je vous supplie de m'ôter la liberté de vous déplaire". 

(Extrait de l'Acte d'offrande à l'amour de Saine Thérèse de l'Enfant Jésus)

mardi 16 juin 2015

Phrase pour le 16 juin 2015


"Ô Jésus, doux et humble de coeur, rendez mon coeur semblable au vôtre."

lundi 15 juin 2015

Nouvelles -- Demande de prières


Avec l'Immaculée n'oublie pas ses lecteurs et travaille à plusieurs articles. Nous avons cet été plusieurs intentions vraiment difficiles dont les enjeux sont graves. Nous réclamons davantage de prières afin que nous comprenions et fassions tous la volonté de Dieu. Le combat de la Résistance est avant tout un combat surnaturel. Un combat doctrinal sans prières qui l'accompagnent ne sert à rien car les âmes ne sont pas touchées par le raisonnement ou la science, mais par la grâce. La raison et la science sont nécessaires pour fournir à l'intelligence la matière de son adhésion mais c'est la grâce qui convainc. C'est pour cela que nous avons besoin des prières de nos lecteurs pour suppléer à ce que nous ne faisons pas ou faisons mal et pour nous protéger des erreurs.  A partir de maintenant nous proposerons une petite phrase tous les jours, dans la mesure du possible, pour nous aider à entretenir la flamme. 
Voici la phrase pour aujourd'hui :

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.

mardi 9 juin 2015

9 juin 1895 - 9 juin 2015 : cela fait 120 ans que Sainte Thérèse a prononcé son acte d'offrande à l'amour


Voici l'acte d'offrande à l'amour, la plus belle prière que Sainte Thérèse a composée. Cette prière résume toute sa spiritualité et a changé sa vie. Sainte Thérèse souhaitait ardemment que de nombreuses petites âmes s'offrent elles aussi. Voici les dernières paroles du manuscrit B :
« Ô Jésus ! que ne puis-je dire à toutes les petites âmes combien ta condescendance est ineffable... je sens que si par impossible tu trouvais une âme plus faible, plus petite que la mienne, tu te plairais à la combler de faveurs plus grandes encore, si elle s'abandonnait avec une entière confiance à ta miséricorde infinie. Mais pourquoi désirer communiquer tes secrets d'amour, ô Jésus, n'est-ce pas toi seul qui me les as enseignés et ne peux-tu pas les révéler à d'autres ?... Oui je le sais, et je te conjure de le faire, je te supplie d'abaisser ton regard divin sur un grand nombre de petites âmes... Je te supplie de choisir une légion de petites victimes dignes de ton Amour !... »

Aujourd'hui, si nous avons des grâces à demander, n'hésitons pas à les demander par l'intercession de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Si ces grâces sont conformes à la volonté de Dieu, nous serons sûrement exaucés, en souvenir de l'offrande de Thérèse. Elle a dit peu avant de mourir que Dieu ne lui refuserait rien parce qu'elle-même ne lui avait jamais rien refusé depuis l'âge de trois ans.

Offrande de moi-même comme Victime d’Holocauste à l’Amour Miséricordieux du Bon Dieu


Ô mon Dieu ! Trinité Bienheureuse, je désire vous Aimer et vous faire Aimer, travailler à la glorification de la Sainte Eglise en sauvant les âmes qui sont sur la terre et en délivrant celles qui souffrent dans le purgatoire. Je désire accomplir parfaitement votre volonté et arriver au degré de gloire que vous m’avez préparé dans votre royaume, en un mot, je désire être Sainte, mais je sens mon impuissance et je vous demande, ô mon Dieu ! d’être vous-même ma Sainteté.

Puisque vous m’avez aimée jusqu’à me donner votre Fils unique pour être mon Sauveur et mon Epoux, les trésors infinis de ses mérites sont à moi, je vous les offre avec bonheur, vous suppliant de ne me regarder qu’à travers la Face de Jésus et dans son Cœur brûlant d’Amour.

Je vous offre encore tous les mérites des Saints (qui sont au Ciel et sur la terre) leurs actes d’Amour et ceux des Saints Anges ; enfin je vous offre, ô Bienheureuse Trinité ! l’Amour et les mérites de la Sainte Vierge, ma Mère chérie, c’est à elle que j’abandonne mon offrande la priant de vous la présenter.

Son divin Fils, mon Epoux Bien-aimé, aux jours de sa vie mortelle, nous a dit : « Tout ce que vous demanderez à mon Père, en mon nom, il vous le donnera ! » Je suis donc certaine que vous exaucerez mes désirs ; je le sais, ô mon Dieu ! (plus vous voulez donner, plus vous faites désirer). Je sens en mon cœur des désirs immenses et c’est avec confiance que je vous demande de venir prendre possession de mon âme. Ah ! je ne puis recevoir la Sainte Communion aussi souvent que je le désire, mais, Seigneur, n’êtes-vous pas Tout-Puissant ?… Restez en moi, comme au tabernacle, ne vous éloignez jamais de votre petite hostie…

Je voudrais vous consoler de l’ingratitude des méchants et je vous supplie de m’ôter la liberté de vous déplaire, si par faiblesse je tombe quelquefois qu’aussitôt votre Divin Regard purifie mon âme consumant toutes mes imperfections, comme le feu qui transforme toute chose en lui-même…

Je vous remercie, ô mon Dieu ! de toutes les grâces que vous m’avez accordées, en particulier de m’avoir fait passer par le creuset de la souffrance. C’est avec joie que je vous contemplerai au dernier jour portant le sceptre de la Croix ; puisque vous avez daigné me donner en partage cette Croix si précieuse, j’espère au Ciel vous ressembler et voir briller sur mon corps glorifié les sacrés stigmates de votre Passion…

Après l’exil de la terre, j’espère aller jouir de vous dans la Patrie, mais je ne veux pas amasser de mérites pour le Ciel, je veux travailler pour votre seul Amour, dans l’unique but de vous faire plaisir, de consoler votre Cœur Sacré et de sauver des âmes qui vous aimeront éternellement.

Au soir de cette vie, je paraîtrai devant vous les mains vides, car je ve vous demande pas, Seigneur, de compter mes œuvres. Toutes nos justices ont des taches à vos yeux. Je veux donc me revêtir de votre propre Justice et recevoir de votre Amour la possession éternelle de Vous-même. Je ne veux point d’autre Trône et d’autre Couronne que Vous, ô mon Bien-Aimé !…

A vos yeux le temps n’est rien, un seul jour est comme mille ans, vous pouvez donc en un instant me préparer à paraître devant vous…

Afin de vivre dans un acte de parfait Amour, je m’offre comme victime d’holocauste à votre Amour miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous et qu’ainsi je devienne Martyre de votre Amour ô mon Dieu !…

Que ce martyre après m’avoir préparée à paraître devant vous me fasse enfin mourir et que mon âme s’élance sans retard dans l’éternel embrassement de Votre Miséricordieux Amour…

Je veux, ô mon Bien-Aimé, à chaque battement de mon cœur vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres s’étant évanouies je puisse vous redire mon Amour dans un Face à Face Eternel !…

Marie, Françoise, Thérèse de l’Enfant Jésus, de la Sainte Face - rel.carm.ind.
Fête de la Très Sainte Trinité, le 9 juin de l’an de grâce 1895

lundi 8 juin 2015

8 juin : Fête de Notre-Dame de la Sagesse -- consécration à la sainte Vierge


Consécration à la sainte Vierge selon saint Louis-Marie Grignion de Monfort 



La fête de Notre-Dame de la Sagesse est la fête de tous les montfortains et de tous ceux qui se sont consacrés à la Sainte Vierge selon la méthode de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Pour ceux qui n'ont jamais fait cette consécration, il faut d'abord s'y préparer pendant plusieurs jours avec Saint Louis-Marie Grignion de Montfort. On ne peut la faire sans préparation ni réflexion, nous dit le saint. On peut d'abord lire Le secret de Marie. Puis, si l'on veut faire la consécration, il faut lire le Traité de la vraie dévotion auparavant. Le texte ci-dessous est donc pour ceux qui veulent renouveler leur consécration déjà faite auparavant, ou pour ceux qui font la consécration la première fois mais qui s'y sont préparés suivant les conseils de Saint Louis-Marie. Le saint conseille de renouveler notre consécration chaque 8 juin.


Ô Sagesse éternelle et incarnée ! Ô très aimable et adorable Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Fils unique du Père Éternel et de Marie, toujours Vierge !
Je vous adore profondément dans le sein et les splendeurs de votre Père, pendant l’éternité, et dans le sein virginal de Marie, votre très digne Mère, dans le temps de votre incarnation. 

Je vous rends grâce de ce que vous vous êtes anéanti vous-même, en prenant la forme d’un esclave, pour me tirer du cruel esclavage du démon. Je vous loue et glorifie de ce que vous avez bien voulu vous soumettre à Marie votre sainte Mère, en toutes choses, afin de me rendre, par Elle, votre fidèle esclave.

Mais hélas ! ingrat et infidèle que je suis, je ne vous ai pas gardé les vœux et les promesses que je vous ai solennellement faits dans mon Baptême. Je n’ai point rempli mes obligations. Je ne mérite pas d’être appelé votre enfant ni votre esclave, et comme il n’y a rien en moi qui ne mérite vos rebuts et votre colère, je n’ose plus par moi-même approcher de votre très sainte et auguste Majesté.

C’est pourquoi j’ai recours à l’intercession et à la miséricorde de votre très sainte Mère, que vous m’avez donnée pour Médiatrice auprès de vous, et c’est par son moyen que j’espère obtenir de vous la contrition et le pardon de mes péchés, l’acquisition et la conservation de la Sagesse.

Je vous salue donc, ô Marie immaculée, tabernacle vivant de la divinité, où la Sagesse éternelle cachée veut être adorée des anges et des hommes ;
Je vous salue, ô Reine du ciel et de la terre, à l’empire de qui tout est soumis : tout ce qui est au-dessous de Dieu ;
Je vous salue, ô refuge assuré des pécheurs, dont la miséricorde n’a manqué à personne. Exaucez les désirs que j’ai de la divine Sagesse, et recevez pour cela les vœux et les offres que ma bassesse vous présente.

Moi, N…, pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie aujourd’hui, entre vos mains, les vœux de mon Baptême : je renonce pour jamais à Satan, à ses séductions et à ses œuvres, et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie, et afin que je lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici : 

Je vous choisis aujourd’hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et Maîtresse. Je vous livre et consacre, en qualité d’esclave, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité.

Recevez, ô Vierge bénigne, cette petite offrande de mon esclavage, en l’honneur et union de la soumission que la Sagesse éternelle a bien voulu avoir de votre maternité, en hommage de la puissance que vous avez tous deux sur ce petit vermisseau et ce misérable pécheur, et en action de grâces des privilèges dont la Sainte Trinité vous a favorisée. Je proteste que je veux désormais, comme votre véritable esclave, chercher votre honneur et vous obéir en toutes choses.

Ô Mère admirable ! Présentez-moi à votre cher Fils, en qualité d’esclave éternel, afin que, m’ayant racheté par vous, il me reçoive par vous.

Ô Mère de miséricorde ! Faites-moi la grâce d’obtenir la vraie Sagesse de Dieu et de me mettre, pour cela, au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous nourrissez et protégez comme vos enfants et vos esclaves.

Ô Vierge fidèle ! Rendez-moi en toutes choses un si parfait disciple, imitateur et esclave de la Sagesse incarnée, Jésus-Christ votre Fils, que j’arrive par votre intercession et à votre exemple, à la plénitude de son âge sur la terre et de sa gloire dans les cieux. Ainsi soit-il !

samedi 6 juin 2015

Nouvelles de Vincent Lambert


La justice européenne a validé hier l'arrêt de l'alimentation artificielle de Vincent Lambert mais ses parents ont annoncé qu'ils allaient poursuivre leur combat pour son maintien en vie. L'arrêt de la Cour valide aussi la loi Leonetti et donne un cadre à la justice européenne.
[...] La Cour européenne des Droits de l'Homme vient d'estimer qu'en l'occurrence, le Conseil d'État français n'a pas violé la convention européenne des Droits de l'Homme. Et que donc, il est désormais possible de débrancher le jeune homme et le laisser aller vers la fin de vie.
Mais l'affaire n'est sans doute pas complètement terminée : la mère du tétraplégique [...] annonce qu'elle se battra «nuit et jour s'il le faut» pour qu'on le maintienne en vie. Car pour la mère, ce fils n'est pas en fin de vie, mais handicapé. «Nous ne laisserons pas quelques robes noires et blouses blanches mettre à mort Vincent Lambert», a clamé avec véhémence son avocat Me Jérôme Triomphe, l'un de ses avocats, sur les parvis de la Cour. Désormais en Europe «il est licite de supprimer les personnes handicapées qui seraient considérées comme devenues inutiles» s'emporte un autre avocat.
Les avocats soulignent par exemple que la décision médicale de cesser les soins, validée par le conseil d'État a été prise par un médecin qui n'est plus en service actuellement. Ils exigent donc qu'une nouvelle décision médicale soit prise… pour pouvoir l'attaquer à nouveau devant les juges.

mercredi 3 juin 2015

Le Père Pierre Marie et Rome : commentaire de son article "Même les saints peuvent diverger".


Voici in extenso l'article publié par le Père Pierre Marie d'Avrillé sur le site du monastère. Cet article est très dangereux car il attaque habilement une fois de plus la position du nullam partem avec la Rome moderniste tant qu'elle n'est pas convertie :


"Même les saints peuvent diverger :


"Saint Épiphane (315-403) et saint Jean Chrysostome (347-407) agitaient un jour la question des Origénistes [1].
Le premier dit qu’il ne souffrira jamais les hérétiques.
Le second proteste qu’il ne confondra jamais l’innocent avec le coupable.
— Je vois bien, reprit saint Épiphane, que vous penchez du côté d’Origène.
— Et moi, répliqua saint Jean Chrysostome, je crains fort que vous ne soyez du côté des ennemis de la vérité.
— Eh bien ! ajouta saint Épiphane, je m’en vais et je vous dis, de la part de Dieu, que vous ne mourrez pas à Constantinople, mais en exil.
— Et moi, reprit saint Jean Chrysostome, je vous annonce que vous n’arriverez même pas chez vous, et qu’aussi bien que moi vous mourrez en route et sur mer.

D’après les Annales de Baronius

Tous deux étaient des saints, tous deux prophétisèrent, tous deux avaient raison, et tous deux semblaient avoir un peu tort.
Saint Épiphane est mort le 12 mai 403, en mer, avant de parvenir à sa ville épiscopale de Salamine. Il est fêté le 12 mai.
Saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople, fut exilé en 407 sur ordre impérial. Affaibli par la maladie, il meurt au cours du voyage près de Comana dans le Pont.

[1] — Certains disciples d’Origène (185-253), appelé Origénistes, enseignaient des erreurs graves, qu’ils attribuaient, à tort ou à raison, à Origène. Le débat ici ne porte pas sur une question de doctrine mais de personnes. On voit que ce genre de débat peut opposer même des saints." (fin de l'article d'Avrillé)

Commentaire d'Avec l'Immaculée sur cet article :

Tout ce qui est publié sur le site d'Avrillé l'est évidemment avec l'assentiment du supérieur. Tous les moines sont sous la loi de la sainte obéissance. Nous ne savons pas si c'est le Père Pierre-Marie qui a écrit l'article, mais étant donné que ce texte est publié sous sa houlette, c'est lui qui en est responsable. Nous écrirons donc "Père Pierre Marie" devant les citations de l'article.



Père Pierre Marie : "Saint Épiphane (315-403) et saint Jean Chrysostome (347-407) agitaient un jour la question des Origénistes [1].
Le premier dit qu’il ne souffrira jamais les hérétiques.
Le second proteste qu’il ne confondra jamais l’innocent avec le coupable.
Commentaire :
Il est précisé à la fin de cet article que cela est tiré des Annales de Baronius. Aucune référence précise n'est donnée. Nous voudrions le texte intégral en latin ou en français qui raconte ce passage car l'histoire est beaucoup trop résumée ici pour qu'on puisse en tirer un enseignement quelconque... 
Le premier dit qu’il ne souffrira jamais les hérétiques. Cela ne veut rien dire. Il faut préciser dans quel contexte Saint Epiphane dit qu'il ne les souffrira pas. Est-ce que c'est pour les laisser enseigner aux fidèles dans une église qu'il ne les souffrira pas ? Est-ce que c'est pour faire des cérémonies ensemble ? Est-ce que c'est pour manger avec eux ? Dit-il cela pour expliquer à Saint Jean Chrysostome qu'il faut dénoncer toutes leurs erreurs ? etc. On ne sait pas, rien n'est précisé.... 
Le second proteste qu’il ne confondra jamais l’innocent avec le coupable. De nouveau, il manque des détails indispensables. Dans quel cadre Saint Jean Chrysostome dit-il qu'il ne confondra jamais l'innocent avec le coupable ? Lors d'un procès ecclésiastique ? Dans la rue, dans les rapports de courtoisie quotidiens ? Quant aux consignes qu'il faut donner aux fidèles, aux prêtres ? Rien n'est précisé par le Père Pierre Marie. Cette suppression des circonstances de l’anecdote est très pernicieuse. Cela rend incompréhensible la pensée des saints. Cela conduit les gens à combler instinctivement le manque de détails en projetant inconsciemment leurs suppositions. Cela conduit donc chacun à interpréter cet article en un sens différent. Il y a un manque de rigueur intellectuelle qui est dangereux car on touche ici à la foi puisqu'il s'agit de la conduite à adopter vis-à-vis des hérétiques.... 

Père Pierre Marie : — Je vois bien, reprit saint Épiphane, que vous penchez du côté d’Origène.
— Et moi, répliqua saint Jean Chrysostome, je crains fort que vous ne soyez du côté des ennemis de la vérité.
Commentaire :
De nouveau, il faudrait le contexte exact et tous les détails donnés par Baronius. Et si ces détails ne sont pas suffisants, il faut faire des recherches historiques. 
- Tout d'abord pour savoir si ces saints se sont réellement fait réciproquement et textuellement de telles accusations. 
- Deuxièmement, s'ils se sont bien fait textuellement de telles accusations, il faut étudier de façon précise ce qui a pu les mener à ce désaccord. Les faits étant cités hors contexte, ils ne peuvent donner aucun enseignement.

Père Pierre Marie : — Eh bien ! ajouta saint Épiphane, je m’en vais et je vous dis, de la part de Dieu, que vous ne mourrez pas à Constantinople, mais en exil.
— Et moi, reprit saint Jean Chrysostome, je vous annonce que vous n’arriverez même pas chez vous, et qu’aussi bien que moi vous mourrez en route et sur mer.
Commentaire :
Les deux saints avaient reçu de Dieu l'esprit de prophétie. L'esprit de prophétie n'est pas forcément un signe de grande sainteté en lui-même. Saint Jean de la croix en parle. Il est donné parfois à des personnes débutant dans la vie spirituelle, ex : Salomon. Dieu donne même également parfois cet esprit de façon naturelle à des personnes peu recommandables comme Balaam. Il ne faut donc pas forcément suivre l'exemple d'une personne parce qu'elle a l'esprit de prophétie. Saint Jean de la Croix dit que de façon générale, il faut faire peu de cas des prophéties car même si elles viennent de Dieu, on peut se tromper dans leur interprétation (cf. La Montée du Carmel, livre 2 chapitre 26, §11 à 18). 

Père Pierre Marie : D’après les Annales de Baronius
Commentaire :
Le mot "d'après" signifie que le texte a été adapté par le Père Pierre Marie, par rapport à ce qui est écrit dans les annales de Baronius. L'adaptation est telle que la suppression de toutes les circonstances empêche qu'on puisse porter un jugement valable sur l'histoire. Il est possible également que les paroles des saints aient été abrégées en enlevant des détails importants ou bien que leurs mots aient été un peu modifiés. C'est pourquoi le texte intégral est indispensable pour que nous puissions nous faire une idée réelle de la situation. 

Il est très probable que les Origénistes n'étaient pas en position d'autorité et de supériorité comme le sont les autorités romaines hérétiques actuelles vis-à-vis du petit monde de la Tradition et de la Résistance. Le contexte de la situation dans laquelle Saint Epiphane et Saint Jean Chrysostome se trouvaient était probablement complètement différent du nôtre :
- nous ne pensons pas, par exemple, que le pape de l'époque était Origéniste... tandis qu'à présent nous avons un pape hérétique.
- nous ne pensons pas non plus qu'il ne restait sur terre, dans le monde de la chrétienté qu'un tout petit reste qui avait la vraie foi... tandis qu'actuellement, c'est malheureusement le cas.
- nous ne pensons pas qu'il s'agissait pour Saint Epiphane et Saint Jean Chrysostome d'obtenir une reconnaissance canonique de la part des Origénistes comme étant catholiques et en communion avec les autorités romaines, etc.

Il nous semble donc qu'on peut dire que cette anecdote n'est pas adaptée du tout au  cas de la crise actuelle de l'Eglise à laquelle la Résistance est confrontée. 


Une chose est sûre : si  le Père Pierre Marie a jugé bon de publier ce texte, ce n'est pas par souci de notre culture historique mais bien pour tenter de donner une orientation à la Résistance dans la conduite qu'elle doit tenir vis-à-vis du pape actuel. Ce texte est une réponse aux objections que nous faisons contre l'abbé Pivert, contre la mauvaise déclaration de fidélité catholique publiée par France fidèle, contre Mgr Faure parce qu'il dit qu'il veut aller à Rome si Rome l'appelle.


Voyons donc à présent la morale que le Père Pierre Marie veut nous faire tirer de cette histoire tronquée :

Père Pierre Marie : Tous deux étaient des saints, tous deux prophétisèrent, tous deux avaient raison, et tous deux semblaient avoir un peu tort.
Commentaire :
Pour un Dominicain, c'est-à-dire a priori une personne maîtrisant la philosophie, ces propos sont surprenants car ils sont illogiques. L'affirmation : tous deux avaient raison est évidemment fausse.
En effet, en vertu du principe de non contradiction, il est impossible à deux personnes d'un avis opposé d'avoir raison toutes les deux sur un même problème considéré sous le même rapport : une affirmation ne peut pas être à la fois vraie et fausse si elle est envisagée dans les mêmes circonstances... Or, ici, dans l'exemple donné, c'est le cas. Les deux saints ayant un désaccord sur le même problème considéré dans les mêmes circonstances, la simple raison montre clairement que l'un des deux saints avait tort. Dieu était forcément en faveur de l'un et contre l'autre, sur ce point. Dieu est vérité et ne tolère pas l'erreur. Dans tout problème, Dieu choisit forcément une ligne de conduite plutôt qu'une autre. 

Nous avons vu avec Saint Jean de la croix que l'esprit de prophétie n'est pas forcément signe qu'une personne ne se trompe en rien. Saint Jean de La Croix dit que ceux qui ont cet esprit doivent se défier d'eux-mêmes car le démon peut leur tendre des pièges. Donc l'argument "tous deux prophétisèrent" n'est d'aucune valeur pour prouver que tous deux avaient raison sur un point aussi important que la conduite à tenir envers les Origénistes. Les saints se trompent parfois lourdement. Par exemple, Saint Thomas d'Aquin s'est trompé sur l'Immaculée conception à laquelle il ne croyait pas. (Ce dogme n'a été défini que beaucoup plus tard par Pie IX, le 8 décembre 1854. Il n'était donc pas obligatoire de croire en l'Immaculée conception du temps de Saint Thomas.) 


La raison et la philosophie nous enseignent au contraire que l'un des deux avait tort. Ce qui n'empêche pas qu'ils aient été canonisés car dans leur contexte, il ne s'agissait certainement pas de conclure un accord pratique de reconnaissance canonique d'un petit reste catholique avec un pape Origéniste... Tandis que l'idée qui est insufflée à la Résistance par cet article, c'est qu'il n'est pas mauvais d'aller discuter avec Rome pour éventuellement conclure un accord pratique si la proposition est unilatérale sans contrepartie ou tout au moins, si la contrepartie demandée est "tolérable" et "permet de défendre le Règne du Christ-Roi", dans l'esprit donné par l'abbé Pivert et dans l'esprit de la mauvaise déclaration de fidélité de France fidèle publiée initialement par Avrillé. 


Le Père Pierre Marie emploie la même tactique que Mgr Fellay : 

De même que Mgr Fellay a retiré sa déclaration doctrinale du 15 avril 2012 sans la condamner, de même le Père Pierre Marie a retiré la partie la pire de la déclaration de France fidèle première mouture (c'est-à-dire la phrase "Il ne serait pas moins risqué de s’installer dans l’attentisme d’un statu quo sans issue") sans toutefois la condamner. Et encore, il n'a retiré cette phrase qu'après la publication de notre article sur le sujet, l'envoi privé préalable de celui-ci que nous lui avions fait plusieurs jours auparavant n'ayant servi à rien. Il a donc agi donc sous la pression de l'opinion, quand il a vu que les fidèles et peut-être certains prêtres étaient alertés et que le texte de la déclaration de fidélité ne passait plus auprès d'eux. 

De même que Mgr Fellay a tenté de rassurer ses troupes après le chapitre de 2012, de même le Père Pierre Marie a publié pendant quelque temps des articles conservateurs dont la fameuse citation de Mgr Freppel sur les principes (1), comme gage de sa rectitude doctrinale. 


De même que Mgr Fellay a ressorti par la suite les mauvais principes de la déclaration doctrinale du 15 avril 2012, de même le Père Pierre Marie nous propose de nouveau ses mauvais principes sous un autre aspect, en se retranchant derrière des saints, surtout Saint Jean Chrysostome. Nous ne sommes pas sûrs que Baronius, mort en odeur de sainteté, ainsi que Saint Epiphane et Saint Jean Chrysostome apprécient beaucoup le procédé...

Cet article est nocif car il introduit la notion de relativisme sur un sujet vital, un sujet d'importance capitale pour la foi et pour nous. Le message de l'article est qu'il n'y a pas de vérité absolue quant aux rapports que nous devons avoir vis-à-vis des hérétiques, et donc quant aux rapports que nous devons avoir vis-à-vis de la Rome moderniste. Cela insinue qu'il est impossible de trouver la volonté de Dieu pour la Résistance dans le domaine des rapports avec Rome et que nous devons donc tolérer parmi nous des personnes comme l'abbé Pivert ou Mgr Williamson, l'un étant en faveur de l'accord pratique avec Rome à certaines conditions (abbé Pivert), l'autre -- Mgr Williamson -- étant en faveur de l'accord pratique proposé unilatéralement par un pape conciliaire (cf. la conférence du 1er juin 2014 à Postfalls)... Le Père Pierre Marie, l'abbé Pivert et Mgr Williamson ne voient pas pourquoi il ne faudrait pas aller demander à celui qui lave et embrasse les pieds des transexuels de nous reconnaître comme étant de bons catholiques, si certaines conditions de "sécurité" sont remplies. Les multiples hérésies qu'il profère ne lui enlèvent pas son autorité sur nous, à leurs yeux, puisqu'ils envisagent une reconnaissance canonique avant sa conversion. Le fait qu'il appartient au Rotary club, nid bien connu de francs-maçons n'a aucune importance non plus... Mgr Williamson pense probablement que c'est faire preuve d'"étroitesse d'esprit" (2) que de refuser la reconnaissance canonique de la part de François, bien que ce pape accumule les scandales. De nouveau, le principe fondateur de la Résistance, le principe du nullam partem avec Rome tant qu'elle n'est pas entièrement convertie est combattu... mais cette fois-ci, c'est sans le dire explicitement, de façon plus déguisée.

Père Pierre Marie : [...] [1] — Certains disciples d’Origène (185-253), appelé Origénistes, enseignaient des erreurs graves, qu’ils attribuaient, à tort ou à raison, à Origène. Le débat ici ne porte pas sur une question de doctrine mais de personnes. On voit que ce genre de débat peut opposer même des saints." 
Commentaire :
Cette petite note est pernicieuse. Le Père Pierre Marie dit : Le débat ici ne porte pas sur une question de doctrine mais de personnes. C'est faux. Le débat porte bien sur une question de doctrine puisqu'il s'agit de savoir comment Dieu souhaite que nous réglions nos rapports avec les hérétiques, afin de préserver notre foi et la foi de ceux qui nous sont confiés.
On voit que ce genre de débat peut opposer même des saints, dit le Père Pierre Marie. Nous avons vu plus haut que les circonstances de l'époque étant très probablement entièrement différentes et que toutes les détails de l'anecdote étant enlevés, nous ne pouvons tirer aucune leçon de cette histoire.

Contrairement au message relativiste que diffuse cet article, il y a une vérité quant aux rapports que nous devons avoir avec les hérétiques et il est possible de la trouver car le Bon Dieu ne nous propose jamais d'épreuve au-dessus de nos forces. Pour ce faire, il faut suivre les conseils donnés par Saint Jean de la Croix :

1) Paroles de lumière et d'amour n° 155Ne prends jamais pour exemple l'homme en ce que tu as à faire, si saint soit-il, car le démon te proposera ses imperfections ; mais imite le Christ, qui est suprêmement parfait et suprêmement saint, et jamais tu n'erreras. 
N'imiter donc que le Christ... et ne pas se faire une obligation d'imiter Mgr Lefebvre, dans nos rapports avec Rome. On peut imiter les saints, bien sûr, mais il faut vérifier que leur conduite est en accord avec la conduite du Christ, ses paroles, la tradition de l'Eglise, l'Ecriture sainte, la raison... Ce n'est pas le cas de Mgr Lefebvre concernant les relations avec Rome, que ce soit avant ou après 1988. (cf. article en onglet).


2) Suivre la raison : Paroles de lumière et d'amour n°42 et 43 :  43. Tiens compte de ta raison pour faire ce qu'elle te dit dans le chemin de Dieu, et cela te vaudra plus devant Dieu que toutes les œuvres que tu fais sans cet avis et que toutes les saveurs spirituelles que tu recherches.
44. Heureux celui qui, laissant de côté son goût et son inclination, regarde les choses en raison et justice pour les faire.

3) S'instruire de la doctrine de l'Eglise en la matière.


Nous avons tenté de suivre ces trois conseils dans notre onglet nullam partem. Si les membres de la Résistance en faveur d'un accord pratique avec les hérétiques romains veulent savoir s'ils font la volonté de Dieu en défendant cette position, qu'ils cherchent dans les exemples de la vie du Christ, dans l'Ecriture Sainte, dans la doctrine des Pères et des docteurs de l'Eglise, et qu'ils exercent leur raisonnement en utilisant le syllogisme de préférence. Ils découvriront leur erreur à ce moment-là. Tant qu'ils ne nous fourniront que des affirmations non prouvées du style : "si vous ne voulez pas discuter avec eux, c'est du sédévacantisme" ou des histoires tronquées prises dans un contexte entièrement différent -- comme c'est le cas de cet article d'Avrillé --, ou encore des faux raisonnements menant au relativisme, ils nous conforteront dans notre position. 

De même que pour Mgr Williamson, nous n'avons pas le temps de réfuter chaque erreur publiée par le Père Pierre Marie sur son site ou dans le Sel de la Terre. Certains articles sont bons, d'autres dangereux. Nous conseillons donc de ne plus lire ses publications, tant qu'il ne sera pas publiquement revenu sur la condamnation du nullam partem qu'il a faite en privé à Avrillé les 15 et 16 juillet 2014 et qu'il n'a jamais promulguée clairement. Le Père Pierre Marie agit de façon cachée, ambiguë et non au grand jour. De même que l'abbé Pivert, il fait croire aux fidèles confiants et de bonne volonté qu'il est plus traditionnel qu'il n'est en réalité. L'esprit du Père Pierre Marie n'est pas l'esprit de la Résistance. Il la mine au lieu de la fortifier. Ce jugement que nous portons sur le Père Pierre Marie, en raison de ses publications dangereuses, ne s'applique pas à tous ses moines. Il y en a que nous estimons beaucoup. 



Note :
(1) Voici cette très belle citation de Mgr Freppel :

Le plus grand des malheurs pour un siècle ou pour un pays, c’est l’abandon ou l’amoindrissement de la vérité. On peut se relever de tout le reste ; on ne se relève jamais du sacrifice des principes.


Les caractères peuvent fléchir à des moments donnés, et les mœurs publiques recevoir quelque atteinte du vice ou du mauvais exemple ; mais rien n’est perdu tant que les vraies doctrines restent debout dans leur intégrité. Avec elle tout se refait tôt ou tard, les hommes et les institutions, parce qu’on est toujours capable de revenir au bien lorsqu’on n’a pas quitté le vrai. Ce qui enlèverait jusqu’à l’espoir même du salut, ce serait la désertion des principes, en dehors desquels il ne se peut rien édifier de solide et de durable.

Aussi le plus grand service qu’un homme puisse rendre à ses semblables, aux époques de défaillances ou d’obscurcissement, c’est d’affirmer la vérité sans crainte, alors même qu’on ne l’écouterait pas ; car c’est un sillon de lumière qu’il ouvre à travers les intelligences ; et si sa voix ne parvient pas à dominer les bruits du moment, du moins sera-t-elle recueillie dans l’avenir comme la messagère du salut. »

Mgr Charles-Émile Freppel (1827-1891), Panégyrique de saint Hilaire (prononcé dans la cathédrale de Poitiers, le 19 janvier 1873).

C'est très bien à Avrillé de publier ce texte, mais encore faut-il essayer de le mettre en pratique en n'abandonnant pas soi-même les principes de base de la philosophie et en n'abandonnant pas non plus les règles données par l'Ecriture Sainte et la Tradition concernant les rapports à avoir avec les hérétiques !

(2) "do not be narrow" : ne soyez pas étroits d'esprit... C'est l'expression que Mgr Williamson vient d'employer dans son dernier commentaire eleison en langue anglaise  n°411 tentant de justifier la conférence perverse qu'il nous a proposée sur T. S. Eliot

(3) Pour en savoir plus sur les problèmes avec le Père Pierre Marie et la dernière mouture de la déclaration de fidélité qu'il a publiée, voici le lien vers l'onglet Problème avec France fidèle et Avrillé
http://aveclimmaculee.blogspot.fr/p/cet-article-ete-envoye-en-avant.html