mercredi 29 avril 2015

Bp Williamson and culture (Eleison Comment 406) : he praises Thomas Stearns Eliot, member of the Hermetic Order of the Golden Dawn and of the dionysiac sect Children of the Sun

French original of this article on this link

Pour lire l'article en français, cliquez sur ce lien

IDS did her best to translate the French article into English but there are language mistakes. Only the original article in French is perfectly reliable. So if you have any doubt, check.


Addendum on April 30 : IDS made some language corrections. About the book of Leon Surette, particularly. We had forgotten a negation in one of our sentences about this book. Do not hesitate to write at indominosperavi@gmail.com to correct other English mistakes. 

The Eleison Comment n°406 "Culture matters" recommending the study of this dangerous occultist is an opportunity to provide further information on the Golden Dawn. We will study other celebrities of the literary or educational world.
It is also an opportunity to discover Bishop Gaume thesis on the true Catholic culture. The vision of culture defended by Bishop Gaume is poles apart from Bishop Williamson's vision. We chose to follow Mgr Gaume because his ideas are pure, clear, pious, uncompromising, logical.
Catholics are, thanks to the sanctifying grace, the temple of God. They should therefore not sully their soul by contact with works imbued with pagan culture or even worse, with Gnostic works, that is to say Satanic.
At the end of the article, we ask Bishop Williamson some concrete actions for the good of souls.


Eleison Comment n°406 :

Culture Matters!
Come listen to Dr White, if still you can, To relate the true Faith truly to modern man.
From Friday evening, May 1st, to Sunday mid-day, May 3rd, there will be held here in Queen of Martyrs House, Broadstairs, another seminar by Dr. David White, as last year on Charles Dickens, so this year on T.S. Eliot (1888–1965), another giant of English literature with a direct connection to this corner of England. It was in an open-air pavilion overlooking Margate beach about five miles north of Broadstairs that between October and November of 1921 the world famous Anglo-American poet broke a writing-block and composed some 50 lines of the third of five parts of the most influential poem of the 20th century, at any rate in the English language,The Wasteland (1922).

The poem is a brilliant portrait of the nothingness in men’s hearts and minds in the wake of World War I (1914–1918). In The Wasteland Eliot forged a new fragmentary way of writing poetry that captured the broken spiritual condition of modern man. By his broad and deep grasp of the artistic masterpieces from the past, notably Dante and Shakespeare, Eliot was able to give shape to the spiritual poverty of today. For instance in the six lines of the peom which are clearly connected to Margate, one of three working-class girls tells how she gave away her honour, for nothing, and to highlight the emptiness of the lives of all three maidens, their words are framed within fragments from the song of the three Rhine maidens who open and close the cosmic vision of Wagner’s epic Ring of the Nibelungs.

Emptiness and nothingness. Why on earth should Catholics bother with such depressing authors? Salvation is by Our Lord Jesus Christ, not by culture, especially not by nihilistic culture. A particular answer concerns T S Eliot. A general answer concerns all “culture,” defined as those stories, pictures and music with which all men of all ages cannot help furnishing and forming th eir hearts and minds.

As for T S Eliot, he himself soon dismissed The Wasteland as “rhythmic grumbling,” and a few years later he became a member of the Church of England. He had given brilliant expression to modern nothingness, but he did not wallow in it. He went on to write a number of plays and especially the long poem of the Four Quartets, which are by no means nihilistic, and about which Dr White, who loves Eliot, will also be talking in Broadstairs in a few days’ time. Having grappled honestly with the problem, Eliot came up with no ostrich solution, like countless Catholics that have fallen for Vatican II.

For indeed culture in general is to religion (or irreligion) like the suburbs of a city are to the city centre. And just as a military general with the task of defending a city would be most foolish to leave the suburbs to be occupied by the enemy, so any Catholic concerned for his religion cannot be indifferent to the stories, pictures and musi c which are moulding the souls all around him. Of course religion (or irreligion) is central to a man’s life, compared with which “culture” is peripheral, because men’s culture is, deep down, a spin-off from their relation with their God. Nevertheless culture and religion interact. For instance, were so many Catholics not under the spell of “The Sound of Music,” would they so easily have fallen for Vatican II? Or had the present leaders of the Society of St Pius X, by contrasting Catholic culture and modern anti-culture, grasped the depth of the modern problem, would they be now so intent on getting back under the perpetrators of Vatican II? Culture can matter like Heaven and Hell!

Kyrie eleison.


The blog Respice stellam gives further informations :

"Here are details of the conference again –
T. S. Eliot: His Life, His Poems, His Plays
(and His Practical Cats !)

The venue is -Regina Martyrum House, 17 West Cliff Road, Broadstairs, Kent CT10 1PU

The weekend will start at with Mass at 6pm on Friday 1st May and conclude on the afternoon of Sunday 3rd May. There will be Mass available each day.

During the course of the weekend we hope to visit the place in Margate where Eliot wrote some of ‘The Wasteland’

Please contact us to reserve a place on the weekend. There is no cost, but any donations will be welcome

Commentary of With the Immaculate :
The book Freemasonry and secret societies: the hidden side of history (by Epiphanius, editions of Courrier de Rome) which you can order here (book in French language) teaches p.169 and footnote n°362 p.170 that Thomas Stearns Eliot , praised by Williamson in his Commentary Eleison No. 406, is a member of the Hermetic Order of the Golden Dawn (1) and a member of a Dionysian cult called the Children of the Sun. In other words, a Satanist ...

Here are some excerpts from the book by Epiphanius :

Pages 164 -169:

"The" Golden Dawn ":

Virulent offshoot of the Rosicrucian tree, the "Hermetic Brotherhood of the Golden Dawn" was born in 1887 in Keighley town near Manchester, stating by the mouth of its founders its willingness to practice more effectively an active life of magic in fidelity to the ideals taught by the Rosicrucians of the seventeenth century (350 - see note 2). In 1888 the first temple of the "Golden Dawn" was formed in London under the name of Isis-Urania. The cult of "Isis" was practiced . It was "organized on the basis of the book" Isis Unveiled" that the Russian occultist Helena Petrovna Blavatsky had written in 1877. In this book, the author appealed to the British aristocracy to organize itself in a priestly cult of Isis "(351 - cf. note 3). [...]



"The influence of the Golden Dawn on European affairs was very important: it suffices to say that some authors consider that it was "the seed of Nazism" and that from its ranks have come out several historical leaders of the movement (361 - see note 4) We have an additional proof of it if we note the paradoxical fact, reported by Gerson, of a Gestapo ruthlessly persecuting the lower Masonic Lodges and which never made a single search in the temple of the Golden Dawn situated in the heart of Berlin; 



Crowley [ndlr : well-known satanic magus] himself, dying of drugs in 1947, yet showed deep sympathy for Sir Oswald Mosley member of the Fabian Society and head of what was then the British fascist party. The role of the Golden Dawn in the creation and distribution of the drug culture, which is now at its peak, was more significant. From their ranks came Aldous Huxley, brother of Sir Julian, first Director General of UNESCO, and nephew of Thomas Huxley, one of the founders of the Round Table. Aldous Huxley, with his brother Julian, had HG Wells as a tutor in Oxford. He was also a member of the Golden Dawn, who introduced Aldous Huxley to Aleister Crowley. Meanwhile Aldous had been initiated into the "Children of the Sun" Dionysian sect to which belonged the sons of the elite of the British Round Table (362 [see next paragraph]). Aleister Crowley introduced him to the Golden Dawn in 1929 and introduced him to psychedelic drugs, so that at the end of the 30s, Huxley, in collaboration with Christopher Isherwood, Thomas Mann and his daughter Elisabeth Mann-Borghese born in 1918, laid the foundations of what would be the culture of LSD, through the cult of Isis. (...) "


Here's what the note n°362 p. 169 says (see above in underlined bold): "See Martin Green, "Children of the Sun: a Narrative of Decadence in England After 1918", New York Basic Books Inc., 1976. The sect had among its members Thomas S. Eliot, WH Anden, Oswald Mosley and DH Lawrence, Aldous Huxley's homosexual lover. "
p.169-170:

"Among the prominent members of the Golden Dawn can be noted:

Israel Regardie (1907-1985), Jewish English author in 1937 of the book The Golden Dawn (363 - see note 5), sum of authentic Kabbalistic theurgy;

Florence Farr, a close friend of Bernard Shaw;

Gerald Kelly, president of the Royal Academy;

Arthur Edward Waite, Rosicrucians specialist, Mason founder of the "Fellowship of the Rosy Cross" and director of an "inside" top secret Rosicrucian Order, called "Ordo Sanctissimus Rosae Crucis and Aureae" whose total members number could not exceed the half dozen (364);

poets like Thomas S. Eliot and William Butler Yeats, Bram Stoker, creator of Dracula ; Herbert G. Wells, promoter of the programs of High Finance globalization, to which he was closely connected;

Arthur Machen, the English writer in respect of which the only realities which counted were holiness and witchcraft, while the one who did not belong to one of those two categories was, for him, a "negligible";

Rudolph Hess - the top Nazi official - and Karl Haushofer, the theorist of the "living space" Germanic, and his son Albrecht [...] "


T.S Eliot

Fascism - Nazism - Freemasonry - Satanism

Note that Fascism and Nazism have links with the occult and Freemasonry. Thomas Stearns Eliot, like his occultist friend Ezra Pound, liked Mussolini. Eliot also supported Charles Maurras when sentenced by Rome. He was considered as a royalist. And yet, despite his support for Maurras and  his consideration for Mussolini, TS Eliot is acclaimed by the world! If we consult Wikipedia, we see that TS Eliot was heaped with honors:

- Order of Merit (awarded by King George VI (United Kingdom), 1948)[96]

- Nobel Prize in Literature "for his outstanding, pioneer contribution to present-day poetry" (Stockholm, 1948)[5]
- Officier de la Legion d'Honneur (1951)
- Hanseatic Goethe Prize (Hamburg, 1955)
- Dante Medal (Florence, 1959)
- Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres (1960)
Presidential Medal of Freedom (1964)
- Thirteen honorary doctorates (including Oxford, Cambridge, the Sorbonne, and Harvard)
- Tony Award in 1950 for Best Play: The Broadway production of The Cocktail Party
- Two posthumous Tony Awards (1983) for his poems used in the musical Cats
- Eliot College of the University of Kent, England, named after him
- Celebrated on commemorative postage stamps
- A star on the St. Louis Walk of Fame

Not only Freemasons heaped this poet with honors but they also created a prize bearing his name: the TS Eliot prize. The Masonic leftist newspaper The New York Times dedicated to him a laudatory page. This poet is published and studied everywhere. What is the reason for the infatuation of Freemasonry for someone politically incorrect? The reason is that he belonged to the Golden Dawn and they know very well that he is one of them. This is not because someone is sympathetic to Mussolini that he is not a Freemason. There is a whole current of Masonic "far right". This is further proof that only the doctrine of the Church gives the true political solution. Let us remind ourselves that Nazism was condemned by the Church (cf. Pius XI Mit brennender Sorge). The book Freemasonry and secret societies: the hidden side of history explains that Hilter was funded by the Jewish high finance. It gives names and proves. Thus, Freemasonry has very different faces, to infiltrate the whole political spectrum. (It is the same in the religious, economic, cultural and scientific domains...)

According to the words of Bishop Williamson, Thomas Stearns Eliot is very useful "To relate the true Faith truly to modern man", he says verbatim in his Eleison Comment. When you read Eliot, you discover a depressing, strange, gibberish text... All Eliot specialists say that his poems must be interpreted and have a hidden meaning. Bishop Williamson has presented in his Eleison Comment the official interpretation of the texts. He did not mention the hidden meaning, which is impregnated with Gnosticism and Satanism. He wants, like the current modern cultural trend, to make our Catholic faithful go into raptures over morbid, unhealthy, hermetic poems which are not even written in plain English. T.S. Eliot perfectly mastered the language and was highly intelligent ... But he put his talent to the service of evil. It is true that he was rightist ... But what Right! A demonic Right.

It is said on the blog Respice stellam that the seminar program of formation (or rather deformation) to be proposed from 1 to 3 May 2015 will include the study of the life of Thomas Stearns Eliot. But this aspect of the poet's biography will certainly not taught by Dr. White. We prefer also specify another thing that will probably be also forgotten or ignored (?) by Dr. White: One of the best friends of Thomas Stearns Eliot was called Ezra Pound. This is Ezra Pound who helped TS Eliot to enter the world of literature. But Ezra Pound who was later affected by "insanity" or rather demonic possession(?), was closely linked with the satanist Helena Blavatsky (6), founder of the sect of Theosophy, which also interested TS Eliot a lot: On Oct. 24 1927, he wanted to offer his friend John Gould Fletcher two books of the famous High Freemason René Guénon (7). One of them was entirely devoted to Theosophy. The titles were: Introduction to the general study of Hindu doctrines and Theosophy. Like Guénon, T.S. Eliot was also passionate about Eastern religions, which find many echoes in the works that Bishop Williamson wants to propose to the study of the faithful ...


Ezra Pound, one of the best friends of Thomas Stearns Eliot. A man in regular contact with several occultists. One of them was the Satanist Helena Blavatsky. See for example the book by Leon Surette (this book does not seem on our side but it represents a fairly thorough and interesting research, according to the excerpts we have read): The birth of modernism: Ezra Pound, TS Eliot, W. B Yeats and the occult.




Chapter 2 of this book Modernist Alchemy: Poetry and the Occult by Timothy Materer is entitled Ezra Pound as Magus. It is a magician who assisted T.S. Eliot in his task. During the writing of The Waste Land, there has been a close correspondence between both of them. Ezra Pound directed everything. The writings of Jessie Weston, theosophical writer, are mentioned several times in the footnotes of The Waste Land. (see ch. 3 and 4 of Leon Surette's book about this).

- The Waste Lands (an "s" was added) was chosen as the title of an album of a Satanist "heavy metal" group, Venom.

- The French progressive metal band Hord makes  widely tribute to the poet in its concept albums, The Waste Land (2010) and The Book of Eliot (April 2013). (source wikipedia)

The book of Eliot

Letter from Thomas Stearns Eliot to his friend John Gould Fletcher:



Examples of hidden and / or unhealthy allusions in the works of TS Eliot.



1. As in all demonic works, we notice T.S. Eliot's predilection for the theme of death, skeletons. The human skull is ubiquitous in Freemasonry and Satanism (eg the skull and bones, initiation ceremonies):

In French, Eliot's excerpts can be found at the esoteric section of this blog.

Here is the English version :

We are the hollow men
We are the stuffed men
Leaning together
Headpiece filled with straw. Alas!
Our dried voices, when
We whisper together
Are quiet and meaningless
As wind in dry grass
Or rats' feet over broken glass
In our dry cellar

Shape without form, shade without colour,
Paralysed force, gesture without motion;

Those who have crossed
With direct eyes, to death's other Kingdom
Remember us—if at all—not as lost
Violent souls, but only
As the hollow men
The stuffed men.


2. Hermetism
Here is an excerpt of the four quartets. Some of our readers may understand the esoteric message that hides in it. We did not have time to do some research on this extract ... What we want at the moment, it is to show the hermeticism, the unhealthy appearance, and the deconstruction of this gibberish language. This poet can in no way fortify souls neither help us to understand the crisis of the Church:

"At the still point of the turning world. Neither flesh nor fleshless; 
Neither from nor towards; at the still point, there the dance is,
But neither arrest nor movement. And do not call it fixity,
Where past and future are gathered. Neither movement from nor towards,
Neither ascent nor decline. Except for the point, the still point,
There would be no dance, and there is only the dance.
I can only say, there we have been: but I cannot say where.
And I cannot say, how long, for that is to place it in time.
[...]
Yet the enchainment of past and future
Woven in the weakness of the changing body,
Protects mankind from heaven and damnation
Which flesh cannot endure.
Time past and time future
Allow but a little consciousness.
To be conscious is not to be in time
[...]
Not here the darkness, in this twittering world.
Descend lower, descend only
Into the world of perpetual solitude,
World not world, but that which is not world,
Internal darkness, deprivation
And destitution of all property,
Dessication of the world of sense,
Evacuation of the world of fancy,
Inoperancy of the world of spirit;
This is the one way, and the other
Is the same, not in movement
But abstention from movememnt; while the world moves
In appetency, on its metalled ways
Of time past and time future.
[...]
" (...) the light is still 
At the still point of the turning world."

3. appearance of mysticism
As all Freemasons who like, for example, the Gospel of St. John's prologue, to which they give a very different meaning as defined by the Church, there are religious words in Eliot's works. He likes to use quotations from John of the Cross. Eliot is often  officially presented as a soul in need of mysticism, seeking the truth, the absolute. In fact, the Gnostic mindset reverses everything and the meaning that Eliot wanted to give is satanic. Let us make no mistake: if a member of the Golden Dawn and of the Children of the Sun uses these words, it is certainly not to seek the true God.


Here is an extract of the four quartets inspired by John of the Cross:

To arrive where you are, to get from where you are not,
You must go by a way wherein there is no ecstacy.
In order to arrive at what you do not know
You must go by a way which is the way of ignorance.
In order to possess what you do not possess
You must go by the way of dispossession.
In order to arrive at what you are not
You must go through the way in which you are not.
And what you do not know is the only thing you know
And what you own is what you do not own
And where you are is where you are not.

Examples of false "eliotan""mysticism" :

Men's curiosity searches past and future
And clings to that dimension. But to apprehend
The point of intersection of the timeless
With time, is an occupation for the saint—
No occupation either, but something given
And taken, in a lifetime's death in love,
Ardour and selflessness and self-surrender.
[...]

The only hope, or else despair
Lies in the choice of pyre of pyre-
To be redeemed from fire by fire.
Who then devised the torment? Love.
Love is the unfamiliar Name
Behind the hands that wove
The intolerable shirt of flame
Which human power cannot remove.
We only live, only suspire
Consumed by either fire or fire.
[...]

With the drawing of this Love and the voice of this Calling
We shall not cease from exploration
And the end of all our exploring
Will be to arrive where we started
And know the place for the first time.
Through the unknown, unremembered gate
When the last of earth left to discover
Is that which was the beginning;

The constant renewal is a known idea of gnosis. This idea is symbolized by the Ouroboros present on the Declaration of Human Rights, in many religions and Satanism. We do not know to what "unknown door" Eliot refers. But it is certainly not Christ who acts in full light and who is well known.


In this picture, the ouroboros is above the Phrygian cap. Note also the triangle with the eye in the center.



Here is an excerpt of the notes of the book Modernist Alchemy: Poetry and the Occult. P. 187 note 40, we see the ouroboros in Helena Blavatsky.


[...]

And all shall be well and
All manner of thing shall be well
When the tongues of flames are in-folded
Into the crowned knot of fire
And the fire and the rose are one.


There. TS Eliot gives the solution to all our problems: 
"all shall be well
When the tongues of flames are in-folded
Into the crowned knot of fire
And the fire and the rose are one.."

We do not know to what degree you have to be initiated to understand this, but Eliot's ideas appeal to rockers, who obviously have some understanding on them. The rose is a symbol widely used in Freemasonry ... It symbolizes the woman, for the Rosicrucians. 

4. The tarot in Eliot



Esoteric Symbols: The Tarot in Yeats, Eliot, and Kafka

Tarot, a satanist card game, is very present in Eliot, Yeats and Kafka, to the point that a book was written about it. A man hanging upside down by one foot is one of the cards. This is one of the symbols you can find in The Waste Land. Eliot made it clear that he was referring to the hanged God of Fraser. This is an allusion to the cult of Odin. (see The Golden Bough by Fraser:  this book caused a scandal and some parts had to be weeded out to be published.) 

Here's a screenshot taken from the book Esoteric symbols: the Tarot in Yeats, Eliot and Kafka.



The hanged man, 
card of the tarot

True culture

Let us leave now the Masonic "cultural" garbage and let us seek, with the help of God, what the real culture is. How to know what real culture is? The definition of Knowledge, gift of the Holy Ghost, will help us.


What is Knowledge?
Knowledge is a gift enabling us to estimate created things at their proper worth, and to learn how to use them rightly and to direct them to our last end, which is God. 

Man is created to praise, reverence, and serve God our Lord, and by this means to save his soul. And the other things on the face of the earth are created for man and that they may help him in prosecuting the end for which he is created.

Now let us apply these ideas to culture. The good culture is the one which elevates the soul and leads it to God. All that leads to God by good and virtuous means is good. It is therefore necessary that culture does not incite people to make sins or to turn away from truth. It must give the soul aspirations of purity, love of beauty, truth, goodness. All that leads to error or sin should be avoided.


Conclusion

To go and listen false scholarly dissertations on an occultist leads to sin. We must therefore shun the seminar organized by Bishop Williamson, if he decides to keep it on that theme. His friend Dr. White seems suspicious. It would be better that this man moves away definitively from the Resistance. Indeed, it is hard to imagine that he is innocent and ignorant to this point, with his level of erudition. There is no need to do large studies to know that Eliot is unhealthy. This "ignorance" is even more suspiscious because White has prepared a study of the life of T.S. Eliot. Eliot's membership to the Golden Dawn and the Children of the Sun is not very known, but his links with the occult are known. His links with Ezra Pound are very well known. Everyone knows this is Ezra Pound who brought Eliot to the literary fore. And the links between Ezra Pound and occultism are not secret. The list of all the books published on the subject is quite substantial.

If Bishop Williamson wants to reassure us, it would be better from now on, not to get Dr White mixed up in his business. We hope this man will never teach anything more to the faithful of the Resistance. We also hope Bishop Williamson will stop to offer us a culture which is not really Catholic. Dickens also (seminar of last year) is not what it more urgent to fight against the crisis of the Church. We have not studied Dickens, but we would not be surprised if there were problems. This kind of literary study is superficial, worldly, encourages the faithful to take an interest in vanities. It is not the role of a bishop to encourage us to do that. The one who should set an example instead encourages musing on unnecessary things. This leads to lukewarmness.


Notes :
The footnotes are still in French. To translate them, you can use google translate.
(1) D'autres temples de la Golden Dawn furent construits à Bradford (temple d'Horus), à Edimbourg (temple de Amon-Ra) et en 1894 à Paris (temple d'Ahatoor). La Société comprenait trois Ordres et onze degrés : le premier appelé « Golden Dawn in the Outer » (= à l'Extérieur), le cercle le moins ésotérique, le plus extérieur, articulé en cinq grades inférieurs ; le second Ordre « de la Rose Rouge et de la Croix d'Or » avec trois grades intermédiaires, tandis que le troisième ordre était réservé aux Chefs Secrets avec les trois grades de Magister Templi, Magus et Ipsissimus. Le nom de la Golden Dawn s'accompagnait toujours de son équivalent juif « Chebreth Zerech aur Bokher » tandis que le symbolisme se référait à celui en usage chez les Égyptiens, les Grecs, a mythologie hindoue et, naturellement, la Cabale juive. De plus, dans la Golden Dawn, comme dans le Martinisme, les véritables chefs étaient considérés être les Supérieurs Inconnus, « des êtres invisibles qui, sans corps physique, transmettent cependant des pouvoirs à leurs adeptes ». (352)
La Golden Dawn entretenait d'étroits rapports avec la « Stella matutina », une des sociétés lucifériennes les plus fermées, cénacle restreint de mages à leur tour liés à la Société théosophique. Parmi les personnages éminents de la Golden Dawn, une place à part est occupée par Samuel Liddell Mathers (1854-1918), alias comte de Gleustroë, alias Mac Gregor Mathers. Très versé en sciences occultes, il fut théosophe et membre du cercle intérieur de l'« Ordo Templis Orientis » (O.T.O.) (353) [...] Mathers vivait à Paris avec sa femme Moina, une médium, sœur du juif Henri Bergson, le philosophe des modernistes, premier président du Comité de Coopération Intellectuelle de Paris (une section de la Société des Nations), préfiguration de l'U.N.E.S.C.O. En 1900 ce fut toujours Mathers qui initia à Paris le plus fameux mage noir du siècle, le martiniste Edward Alexander (« Aleister ») Crowley (1875-1947), évêque de l'Église Gnostique et haut dignitaire du rite égyptien de Memphis-Misraïm ; quoi qu'il en soit, peu après, une profonde et inguérissable fracture se produisit entre Mathers et Crowley [...] Crowley était farouchement anti-chrétien et aimait se définir, selon le texte de l'apocalypse, « La Grande Bête », signant ses écrits du nombre de l'Antéchrist, le 666 (v.J. Symonds, « La Grande Bestia », Roma, éd. Méditerranée, 1972.)." (fin de la citation complémentaire sur la Golden Dawn)
Note 1 suite : notes n°352 et 353 du livre se rapportant à l'extrait cité ci-dessus :
352. Jean-Pierre Bayard (maçon français), « Les francs-juges de la Saint-Vehme », éd. A. Michel, 1971 , p. 162.
353.Tout comme le juif Ignaz Thimotei Trebitsch-Lincoln (Budapest 1879-Shanghai 1943?) aventurier précurseur du nazisme ; 
comme Sean Mac Bride, fondateur, le jour de la Très Sainte Trinité de 1961, d'Amnesty International, comme Franz Hartmann, spiritiste de la Société Théosophique, le fondateur de l'Antroposophie Rudolf Steiner, Rudolf Hess, etc. Selon Gerson (pseudonyme du martiniste Pierre Mariel) l'O.T.O., ou Fraternitas Hermetica Luciferiana (voir « Daimon », périodique de culture néo-païenne, Pérouse, 1990), ce n'est que le stade préparatoire, propédeutique à la sorcellerie
initiatique (op. cit., p. 128). Il faut rappeler qu'à cette époque l'O.T.O. agissait en relation étroite avec le juif américain Harry Spencer Lewis, fondateur en 1900 de l'Antiquus Misticus Ordo Rosae Crucis(A.M.O.R.C.), société intensément engagée sur la voie de l'instauration d'un gouvernement mondial, dirigée de nos jours par le fils de Lewis, Ralph, et dont le siège principal est à San José de Californie. Cette société aurait aujourd'hui un million d'adhérents (cf. A. Charles Puech , op. cit.. p. 611). La loi suprême de l'O.T.O., loi que la Golden Dawn a faite sienne, était la proclamation de l'émancipation absolue de Dieu : « Fais ce que tu veux » (littéralement : Fais-le), le Do it que l'on peut voir affiché dans les lieux les plus divers, combiné au signe de l'outarde (voir p. 37 de ce livre). L'explication est contenue dans le Liber legis ou Livre de la Loi ; Pierre Mariel rapporte (op. cit., pp. 62-3) des extraits très éloquents « d'une sorte de catéchisme ad usum fratrum de l'O.T.O. ». 
En voici quelques extraits :

« Nous ne voulons pas fonder une nouvelle religion, mais nous voulons balayer les ruines que le christianisme a accumulées sur le vieux monde, afin que la religion antique de la Nature reprenne à nouveau ses droits. [...]. Nous constituons une communauté d'êtres sexuellement libres. Ce message pourra être victorieux seulement quand, dès l'âge le plus tendre, on inculquera aux jeunes tous les principes de la nouvelle morale. [...]"

note 2 correspondant au n°350 du livre : Cf. Henri-Charles Puech, op. cit., p. 604 ; selon Gerson, op. cit., p. 128, la Golden Dawn serait fille d'une autre association : la très secrète Hermetic Brotherhood of Light dont - selon lui - Abraham Lincoln aurait aussi fait partie.

note 3 correspondant au n°351 du livre : « Droga S.p.A. », cit., p. 402.

note 4 correspondant au n°361 du livre : Voir sur ce sujet « L'ascesa del nazismo e lo sterminio degli ebrei » (La montée du nazisme et l'extermination des juifs) de Paolo Taufer et Carlo Alberto Agnoli, éd. Civilita, Brescia, 1988, via G. Galilei, 121 ; Giorgio Galli, « Hitler e il nazismo magico », éd. Rizzoli, Milan, 1989.

note 4 bis correspondant au n° 362 du livre : Cf. Martin Green, « Children of the Sun : a Narrative of Décadence in England after 1918 », New York Basic Books Inc., 1976. La secte comptait parmi ses initiésThomas S. Eliot, W.H. Anden, Oswald Mosley et D.H. Lawrence, amant homosexuel d'Aldous Huxley.

note 5 correspondant au n°363 du livre : I. Regardie, « The Golden Dawn », St. Paul Llewellyn Publications, 1994. La devise de Regardie était « Ad Majorem Adonai Gloriam ».

(6) Pour davantage de détails sur Helena Blavatsky et la théosophie, voici ce que dit la note n°82 de Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire, p. 58 et 59 : "Maria Montessori fut fondatrice de la méthode didactique qui porte son nom et qui fut propagée par la Société Théosophique de Helena Petrovna Blavatsky, société à laquelle Maria Montessori appartenait. (cf. René Guénon, Il Theosophismo, éditions Arktos, 1987, vol.II, p.281). La Société Théosophique est une société illuministe fondée en 1875 par une occultiste russe, Helena Petrovna Blavatsky, société dans laquelle, sous le prétexte d'une connaissance universelle et exclusive, les thèmes lucifériens ne sont pas marginaux. Il suffit de penser que l'objectif déclaré de la Société était "d'effacer le Christianisme de la face de la terre... de chasser Dieu des Cieux." (cf. René Guénon, op. cit, vol I, p.13 et passim) en arrivant même à nier l'historicité de Jésus-Christ.
p.173 du même livre, on apprend que Rudolf Steiner le célèbre pédagogue, était le chef de la Société Théosophique en Allemagne et qu'en 1902, il a fondé une revue qui s'appelait Lucifer. En 1904, le titre de la revue est devenu Lucifer-Gnosis.

(7) Sur René Guénon : Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire, p. 504, note n°1050 : "René Guénon, versé dans les études de mathématiques et de philosophie, arrivé très précocement au 33e degré du Rite écossais et au 90e degré du Rite de Memphis-Misraïm (v. "Revue du Grand Orient de France", n° de janv.-fev. et sept.-oct. 1909, pp. 48, 137 et 196), auditeur de l'Ecole Hermétiste du mage Papus, fondateur à Paris d'un rite templier (v. Gastone Ventura, "Tutti gli uomini del Martinismo", ed. Anator, 1978, p.70), consacré évêque gnostique du martinisme sous le nom de Palingenius (v. Marie-France James, op. cit, p. 104. Très curieusement Palingenius fait fait référence à la renaissance du monde, après sa destruction, à un nouvel âge ; Re-né signifie "né de nouveau"), créateur de la revue "La gnose", il acquit la réputation de codificateur de l'ésotérisme doctrinal moderne. Pour en savoir plus sur cet auteur, cf. "René Génon : Quelle tradition ?" dans "Actes du 6e Congrès d'Etudes catholiques", Rimini, La Tradition Catholique, 1998."


mardi 28 avril 2015

Commentaire Eleison n°406 : Mgr Williamson loue Thomas Stearns Eliot, membre de l'ordre hermétique de l'Aube dorée (Hermetic Order of the Golden Dawn) et de la secte dionysiaque des Fils du Soleil (Children of the Sun)


To read this article in English, click here


Le Commentaire Eleison n°406 "Importance de la culture" recommandant l'étude de cet occultiste dangereux est une occasion de transmettre d'autres informations sur la Golden Dawn. Nous nommerons aussi d'autres célébrités du monde littéraire ou éducatif. 

Les catholiques sont par la grâce sanctifiante le temple de Dieu. Ils ne doivent donc pas se souiller au contact d’œuvres imprégnées de culture païenne ou encore pire, au contact d’œuvres gnostiques, c'est-à-dire sataniques.

Voici d'abord le texte du Commentaire Eleison 406 en français :
Si c’est encore possible, venez écouter le Dr White Pour relier correctement la Foi avec l’homme moderne.
A partir de vendredi soir, le 1er mai, jusqu’à dimanche midi, le 3 mai, ici à la maison de « La Reine des Martyrs », le Docteur White mènera un autre séminaire littéraire, comme l’année dernière sur Charles Dickens, ainsi cette année sur T.S.Eliot (1888–1965), autre géant de la littérature anglaise associé directement à ce coin de l’Angleterre. En effet, ce fut dans un pavillon ouvert donnant sur la plage de Margate à huit kilomètres au nord de Broadstairs que le poète anglo-américain de renommée mondiale reprit la plume et réussit à composer une bonne partie de la troisième section du poème le plus important du 20me siècle, au moins en langue anglaise, « The Wasteland ».

Ce poème est un portrait brillant du vide dans les esprits et les cœurs des hommes suite à la Première Guerre mondiale (1914–1918). Eliot y forgea une nouvelle façon fragmentaire d’écrire la poésie, qui capte la condition spirituelle fragmentée de l’homme moderne. C’est en ayant assimilé en profondeur les grands artistes du passé, notamment Dante et Shakespeare, qu’Eliot fut capable de donner une forme à la pauvreté spirituelle de nos temps. Par exemple, dans les six vers du poème directement liés à Margate, une de trois filles de la classe ouvrière raconte comment elle a bradé son honneur de jeune fille, pour rien, et pour souligner le vide de la vie de toutes les trois, leurs récits sont encadrés dans des fragments du chant des trois Filles du Rhin qui ouvre et ferme la vision cosmique du « Nibelungenring » de Wagner.

Le vide et le néant — pourquoi diable les Catholiques devraient-ils s’occuper d’auteurs si déprimants ? Nous nous sauvons par Notre Seigneur Jésus Christ et pas par la culture, surtout pas par la culture nihiliste. Une réponse en particulier concerne T.S.Eliot. Une réponse générale concerne toute « culture », définie comme ces histoires, images et musique dont les hommes ne peuvent éviter de former et fournir leurs esprits et leurs cœurs.

Quant à T.S.Eliot, il a lui-même bientôt répudié « The Wasteland » comme l’oeuvre d’un « ronchon rhythmique », et quelques années plus tard il se fit membre de l’église anglicane. Il avait exprimé de façon géniale le néant moderne, mais il ne s’est pas vautré dedans. Par la suite il a écrit plusieurs pièces de théâtre et surtout le long poème des « Quatre Quatuors », lesquels ne sont point nihilistes et dont le Dr White, qui aime beaucoup Eliot, va parler à Broadstairs dans quelques jours. Puisque T.S.Eliot avait lutté honnêtement avec le problème, il ne recourut à aucune solution d’autruche comme le firent bon nombre de Catholiques égarés par Vatican II.

Car la culture en général est à la religion (ou manque de religion) comme les banlieues d’une ville sont au centre-ville. Bien bête serait le général militaire chargé de défendre une cité s’il abandonnait les banlieues à l’ennemi. De même, tout Catholique qui prend au sérieux sa religion ne saurait être indifférent aux histoires, images et musique qui forment les âmes tout autour de lui. Bien sûr, la religion (ou son manque) est centrale dans la vie d’un homme, et la « culture » en comparaison n’est que périphérique, parce que la culture humaine n’est en fin de compte qu’un dérivé du rapport de l’homme avec son Dieu. Néanmoins la religion et la culture agissent chacune sur l’autre. Par exemple, si tant de Catholiques ne s’étaient pas laissé enchanter par « Le Chant du Bonheur », seraient-ils si facilement tombés victimes de Vatican II ? Et si les chefs actuels de la Fraternité St Pie X, en sachant opposer culture catholique à la contre-culture moderne, avaient saisi toute la profondeur du mal, seraient-ils maintenant si résolus à se soumettre aux délinquants de Vatican II à Rome ? La culture peut être importante comme l’Enfer et le Ciel !

Kyrie eleison.

Commentaire :
Le livre Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire (par Epiphanius, éditions du courrier de Rome) que l'on peut acheter sur ce lien nous apprend p.169 note n° 362 et p.170 que Thomas Stearns Eliot, loué par Mgr Williamson dans son Commentaire Eleison n°406, est un membre de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée (Golden Dawn)(1) et membre d'une secte dionysiaque nommée les Fils du Soleil. En d'autres termes, un sataniste... 
Voici quelques extraits du livre d'Epiphanius :
Pages 164 -169 :

"La « Golden Dawn » 
Rejeton virulent de l'arbre rosicrucien, l' « Hermetic Brotherhood of the Golden Dawn » (Fraternité hermétique de l'Aube d'Or) naquit en 1887 à Keighley, ville située près de Manchester, en déclarant par la bouche de ses fondateurs sa volonté de pratiquer de façon plus efficace la vie active de la magie dans la fidélité à l'idéal enseigné par les Rose-Croix du XVIIe siècle (350 - cf. note 2). En 1888 le premier temple de la « Golden Dawn » fut constitué à Londres, sous le nom d'Isis-Urania. On y pratiquait le culte d' «Isis» « organisé sur la base du livre "Isis dévoilée" que l'occultiste russe Blavatsky avait écrit en 1877. Dans ce livre, l'auteur lançait un appel à l'aristocratie britannique pour qu'elle s'organise en une secte sacerdotale d'Isis »(351 - cf.note 3). [...]
"L'influence de la Golden Dawn sur les affaires européennes fut des plus importantes : il suffit de dire que quelques auteurs considèrent qu'elle a été « le levain du nazisme » et que de ses rangs sont sortis plusieurs chefs historiques du mouvement (361 - cf. note 4). On en a une preuve supplémentaire si l'on note le fait paradoxal, rapporté par Gerson, d'une Gestapo qui persécutait impitoyablement les loges des maçonneries inférieures et qui n'effectua jamais ne serait-ce qu'une seule perquisition dans le temple de la Golden Dawn situé au coeur même de Berlin ;
Crowley lui-même, mourant de la drogue en 1947, affichait encore une profonde sympathie pour Sir Oswald Mosley membre de la Fabian Society et chef de ce qui était alors le parti fasciste britannique. Le rôle de la Golden Dawn dans dans la création et la diffusion de la culture de la drogue, qui en est aujourd'hui à son paroxysme, fut des plus significatifs. De ses rangs sortit Aldous Huxley, frère de Sir Julian, premier directeur général de l'U.N.E.S.C.O., et neveu de Thomas Huxley, un des fondateurs de la Round Table. Aldous Huxley, avec son frère Julian, eut pour tuteur à Oxford H.G. Wells, membre lui aussi de la Golden Dawn, qui le présenta à Aleister Crowley. Entre-temps Aldous avait été initié aux « Fils du Soleil », secte dionysiaque à laquelle appartenaient les fils de l'élite de la Round Table britannique (362 [cf. paragraphe suivant]). Aleister Crowley [ndlr : mage sataniste connu] l'introduisit auprès de la Golden Dawn et en 1929 lui fit connaître les drogues psychédéliques, de telle sorte que, vers la fin des innées trente, Huxley, en collaboration avec Christopher Isherwood, Thomas Mann et sa fille, Elisabeth Mann-Borghese née en 1918, jeta les bases de ce qui serait la culture du L.S.D., dans le cadre du culte d'Isis.(...)"
Voici ce que précise la note 362 p. 169 (soulignée ci-dessus en gras)  : "Cf. Martin Green, « Children of the Sun : a Narrative of Decadence in England after 1918 », New York Basic Books Inc., 1976. La secte comptait parmi ses initiés Thomas S. Eliot, W.H. Anden, Oswald Mosley et D.H. Lawrence, amant homosexuel d'Aldous Huxley."

p.169-170 :
"Parmi les membres éminents de la Golden Dawn on peut noter : 
Israël Regardie (1907-1985), juif anglais auteur en 1937 du livre The Golden Dawn (363 - cf. note 5), authentique somme de théurgie cabalistique ; 
Florence Farr, ami intime de Bernard Shaw ; 
Gerald Kelly, président de la Royal Academy ; 
Arthur Edward Waitespécialiste des Rose-Croix, maçon fondateur de la « Fellowship of the Rosy Cross » (= Confraternité de la Rose-Croix) et directeur d'un ordre rosicrucien « intérieur » ultrasecret, appelé « Ordo Sanctissimus Rosae et Aureae Crucis », dont le nombre de membres ne pouvait dépasser la demi-douzaine (364) ;
des poètes comme Thomas S. Eliot et William Butler Yeats, Bram Stockercréateur du personnage Dracula ; Herbert G. Wells, porte-voix des programmes de la Haute Finance mondialiste, à laquelle il était étroitement lié ; 
Arthur Machen, l'écrivain anglais pour lequel les seules réalités qui comptaient étaient la sainteté et la sorcellerie, tandis que celui qui n'appartenait pas à l'une de ces deux catégories était, pour lui, un « négligeable » ; 
Rudolph Hess - le haut dignitaire nazi - et Karl Haushofer, le théoricien de l'« espace vital » germanique, et son fils Albrecht [...]"


T.S Eliot

Fascisme - nazisme - franc-maçonnerie - satanisme 

On remarquera que le fascisme et le nazisme ont des liens avec l'occultisme et la franc-maçonnerie. Thomas Stearns Eliot, à l'instar de son ami occultiste Ezra Pound aimait bien Mussolini. Eliot a également soutenu Charles Maurras lors de sa condamnation par Rome. Il était considéré comme royaliste. Et pourtant, malgré son soutien à Maurras et sa considération pour Mussolini, T.S Eliot est encensé par le monde entier ! Si l'on consulte Wikipédia, l'on voit que T. S. Eliot a été comblé d'honneurs :


- Ordre du Mérite par le roi George VI (Royaume-Uni, 1948)

- Prix Nobel de littérature pour « accomplissements remarquables comme pionnier de la poésie moderne ». (Stockholm, 1948)

- Officier de la Légion d'honneur (1951)

- Prix Hanseatic Goethe (Hambourg, 1955)

- Médaille Dante (Florence, 1959)

- Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres, (1960)

- Médaille présidentielle de la liberté (États-Unis, 1964)

- diplômes honoris causa divers et variés

- à titre posthume, deux Tony Awards (1983) pour son recueil de poèmes Old Possum's Book of Practical Cats, utilisé comme base de scénario dans la comédie musicale Cats.

- l'Eliot College de l'université du Kent, au Royaume-Uni est nommé ainsi en son honneur.

Non seulement les franc-maçons comblent ce poète d'honneurs mais ils ont créé également un prix portant son nom : le prix T.S. Eliot. Le journal maçonnique de gauche The New York Times lui consacre une page louangeuse. Ce poète est publié et étudié partout. Quelle est la raison de l'engouement de la franc-maçonnerie pour cet homme pourtant politiquement incorrect ? La raison est qu'il appartenait à la Golden Dawn et qu'ils savent très bien qu'il est des leurs. Ce n'est donc pas parce qu'on est sympathisant de Mussolini qu'on n'est pas franc-maçon. Il y a tout un courant d'"extrême droite" maçonnique. C'est une preuve supplémentaire que seule la doctrine de l'Eglise donne la vraie solution politique. Rappelons que le nazisme a été condamné par l'Eglise (cf. Pie XI Mit brennender Sorge). Le livre Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire explique qu'Hilter a été financé par la haute finance juive mondiale. Il donne les noms, les preuves. La franc-maçonnerie prend donc des visages très divers, de façon à pouvoir noyauter tout l'échiquier politique. (Il en est de même d'ailleurs dans le domaine religieux, économique, culturel, scientifique...)

D'après les paroles mêmes de Mgr Williamson, Thomas Stearns Eliot est très utile "pour apprendre à relier correctement la vraie foi à l'homme moderne" : "To relate the true Faith truly to modern man", nous dit-il textuellement dans son Eleison comment, version anglaise. Quand on lit Eliot, l'on découvre un texte déprimant, étrange, à la limite du charabia... Tous les spécialistes d'Eliot disent que ses poèmes doivent être interprétés et ont un sens caché. Mgr Williamson n'a présenté dans son Commentaire Eleison que l'aspect officiel extérieur des textes. Il n'a pas parlé du sens caché, qui est imprégné de gnose et de satanisme. Il veut, à l'instar du courant  culturel moderne actuel, faire s'extasier nos fidèles catholiques sur des textes morbides, malsains, hermétiques, et donc de ce fait, pas même écrits en bon anglais. Eliot maîtrisait parfaitement sa langue et était supérieurement intelligent... Mais il a mis son talent au service du mal. Il est vrai qu'il était de droite... Mais quelle droite ! Une droite démoniaque.

Il est dit sur le blog Respice stellam que le programme du séminaire de formation (ou plutôt de déformation) qui sera proposé du 1er au 3 mai 2015 comportera l'étude de la vie de Thomas Stearns Eliot. Mais cet aspect de la biographie du poète ne sera certainement pas enseigné par Dr White. Nous préférons aussi préciser une autre chose qui sera probablement également oubliée ou ignorée (?) par Dr White : un des meilleurs amis de Thomas Stearns Eliot s'appelait Ezra Pound. C'est Ezra Pound qui a aidé T. S. Eliot à s'imposer dans le monde de la littérature. Or, Ezra Pound qui fut plus tard atteint de "folie" ou plutôt de possession(?), était très lié avec la sataniste Helena Blavatsky(6), fondatrice de la  secte de Théosophie, laquelle intéressait aussi beaucoup T.S Eliot : le 24 octobre 1927, ce dernier voulait offrir à son ami John Gould Fletcher deux livres du célèbre mage franc-maçon René Guénon(7) dont l'un était entièrement consacré à la Théosophie : Introduction à l'étude générale des doctrines Hindoues et La Théosophie. De même que Guénon, T. S. était également passionné de religions orientales, dont on retrouve de nombreuses réminiscences dans les œuvres que Mgr Wiliamson veut proposer à l'étude des fidèles...
Ezra Pound, un des meilleurs amis de Thomas Stearns Eliot. Un homme en relations régulières avec plusieurs occultistes dont la sataniste Helena Blavatsky. Voir par exemple le livre de Léon Surette (ce livre ne semble pas de nos idées mais il représente une recherche assez approfondie et intéressante, d'après les extraits que nous en avons lus) : The birth of modernism : Ezra Pound, T.S Eliot, W. B Yeats and the occult.





Le chapitre 2 de ce livre Modernist Alchemy: Poetry and the Occult Par Timothy Materer s'intitule : Ezra Pound as Magus (Ezra Pound comme Mage). C'est donc un magicien qui a assisté T. S. Eliot. Pour l'écriture de The Waste Land, il y a eu une correspondance serrée entre les deux. Ezra dirigeait tout. Les écrits de Jessie Weston, un écrivain de la Théosophie sont cités plusieurs fois en notes de The Waste Land. (cf. ch. 3 et 4 de Léon Surette à ce sujet).

- The Waste Lands ( un "s" a été ajouté) a été choisi comme titre d'un album d'un groupe sataniste "heavy metal" : Venom
- Le groupe de metal progressif français Hord rend très largement hommage au poète dans ses concepts albums, The Waste Land (2010) et The Book of Eliot (avril 2013). (source wikipédia)

The book of Eliot


Lettre de Thomas Stearns Eliot à son ami John Gould Fletcher :




Voici quelques exemples d'allusions occultes et/ou malsaines dans les oeuvres de Thomas Stearns Eliot.


1. Comme dans toutes les œuvres diaboliques, prédilection chez Eliot pour le thème de la mort, les squelettes. Le crâne humain est également omniprésent dans la franc-maçonnerie et le satanisme (ex : les skull and bones, les cérémonies d'initiation) :



A la rubrique ésotérisme de ce blog (cf. le lien ci-dessous), on peut trouver un extrait des "hommes creux" ("the hollow men" et des quatre quatuors :

http://newsoftomorrow.org/esoterisme/litterature/t-s-eliot-les-hommes-creux-et-les-quatre-quators


LES HOMMES CREUX

"Nous sommes les hommes creux
Les hommes empaillés
Cherchant appui ensemble
La caboche pleine de bourre. Hélas !
Nos voix desséchées, quand
Nous chuchotons ensemble
Sont sourdes, sont inanes
Comme le souffle du vent parmi le chaume sec
Comme le trottis des rats sur les tessons brisés
Dans notre cave sèche.
Silhouette sans forme, ombre décolorée,
Geste sans mouvement, force paralysée ;
Ceux qui s’en furent
Le regard droit, vers l’autre royaume de la mort
Gardent mémoire de nous – s’ils en gardent – non pas
Comme de violentes âmes perdues, mais seulement
Comme d’hommes creux
D’hommes empaillés."

2. Hermétisme
Voici un extrait des quatre quatuors. Certains de nos lecteurs comprendront peut-être le message ésotérique qui se cache ci-dessous. Nous n'avons pas eu temps de faire des recherches sur cet extrait... Ce que nous voulons pour le moment, c'est faire constater l'hermétisme, l'aspect malsain, le charabia, la déconstruction du langage. Ce poète ne peut en rien fortifier l'âme ni aider à comprendre la crise de l'Eglise :

"Au point de quiétude du monde qui tournoie. Ni dans la chair, ni désincarné;
Ni provenance ni visée; au point de quiétude, c’est là qu’est la danse,
Mais sans arrêt ni mouvement. Ne l’appelez pas fixité,
Le lieu où le passé et l’avenir se joignent. Ni exode ni élan,
Ni ascension ni déclin. N’était le point, le point de quiétude,
La danse n’aurait pas lieu, or il n’y a rien que la danse.
Je puis dire seulement : là nous avons été; mais je ne saurais dire où.
Et je ne peux dire combien de temps, car ce serait le situer dans la durée.
[...]
 Pourtant l’enchaînement du passé et de l’avenir
Tissé dans la faiblesse du corps changeant
Protège les humains du ciel et de la damnation
Que nulle chair ne peut endurer.
Temps passé et temps futur
Ne permettent que très peu de conscience.
Etre conscient, c’est ne pas être dans le flux du temps.
 [...]
 Non, elle n’est pas ici, l’obscurité, dans ce monde qui pépie.
Descend plus bas, descend seulement
Dans le monde de la solitude perpétuelle.
Un monde qui n’est pas un monde, sinon justement cela qui n’est nul monde,
Obscurité interne, dépossession
Et destitution de toute propriété,
Dessèchement du monde sensible,
Évacuation du monde imaginaire,
Inopérance du monde de l’esprit;
Tel est l’un des chemin, et l’autre
Est le même, non par le mouvement
Mais dans l’abstention de mouvement; alors que le monde se meut
 [...]
 La lumière trouve son repos
Au point de quiétude du monde tournoyant."

3. Une apparence de mysticisme
Comme chez tous les franc-maçons, qui aiment par exemple beaucoup le prologue de l'Evangile de Saint Jean, auquel ils donnent un sens tout différent que le sens donné par l'Eglise, il y a chez Eliot un phénomène de récupération de paroles religieuses. Il utilise volontiers des citations de Jean de la Croix. On présente souvent officiellement Eliot comme une âme en mal de mysticisme, cherchant la vérité, l'absolu. En fait, la tournure d'esprit gnostique inverse tout.
Voici un exemple d'extrait des quatre quatuors, inspiré de Jean de la Croix.
[...] 
Pour arriver là où vous êtes, pour sortir d’où vous n’êtes pas,
Vous devrez aller par un chemin dépourvu d’extase.
Pour arriver à ce que vous ne savez pas
Vous devrez passer par un chemin qui est la voie de l’ignorance.
Pour posséder ce que vous ne possédez pas
Vous devrez passer par la voie du dépouillement.
Pour arriver à ce que vous n’êtes pas
Vous devrez passer par le chemin dans lequel vous n’êtes pas.
Et ce que vous ne savez pas est la chose que vous sachiez
Et ce que vous possédez, c’est ce que vous ne possédez pas
Et là où vous êtes, c’est là où vous n’êtes pas.

Voici quelques exemples de fausse "mystique" éliotienne : 

La curiosité des hommes fouille le passé et l’avenir
Et se cramponne à cette dimension. Mais saisir
Le point d’intersection de l’être intemporel
Avec la durée, voilà une occupation pour le saint ­
Par une tâche non plus, mais quelque chose est donné
Et pris, tout le temps d’une vie en agonie d’amour,
Avec ardeur et sacrifice et abandon de soi.
[...]
Le seul espoir ou, à défaut, le désespoir
Réside dans le choix entre bûcher et bûcher ­
Nous ne serons sauvés du feu que par le feu.
Qui donc inventa le tourment ? Amour.
Amour est le Nom peu familier
Derrière les mains qui ourdirent
L’intolérable tunique de flammes
Qu’aucun pouvoir humain ne pourrait dépouiller.
Nous vivons, nous aspirons seulement
Consumés tantôt par le feu ou par le feu.
[...]
Avec l’attirance de cet Amour et la voix de cet Appel
Nous ne cesserons pas d’explorer
Et la fin de toute notre exploration
Sera d’arriver à l’endroit d’où nous sommes partis
Et de connaître le lieu pour la première fois.
Passant par la porte inconnue dont nous nous souvenons
Quand l’ultime coin de terre qui reste à découvrir
Est celui qui était notre commencement;

L'éternel recommencement est une idée connue de la gnose. Cette idée est symbolisée par l'Ouroboros présent sur la déclaration des droits de l'homme, dans de nombreuses religions et dans le satanisme. Nous ne savons pas ce qu'est "la porte inconnue" à laquelle Eliot fait allusion. Mais ce n'est certainement pas le Christ, qui lui agit en pleine lumière et est bien connu.



Sur cette image, l'ouroboros est au-dessus du bonnet phrygien. On remarque aussi le triangle avec l'oeil au centre.

Voici un extrait des notes du livre Modernist Alchemy: Poetry and the Occult P. 187 note 40, on y voit l'ouroboros chez Helena Blavatsky.


[...]
Et tout sera bien et
Toute manière de chose sera bien
Quand les langues de feu se reploient
Dans le nœud de feu qu’elles couronnent,
Quand le feu et la rose sont un.

Voilà. T. S. Eliot nous donne la solution à tous nos problèmes : "tout sera bien quand les langues de feu se reploient dans le nœud de feu qu’elles couronnent, quand le feu et la rose seront un". Nous ne savons pas à quel degré il faut être initié pour comprendre cela, mais les idées d'Eliot plaisent aux rockers, qui manifestement ont quelques lumières dessus. La rose est un symbole très utilisé dans la Franc-maçonnerie... Elle symbolise la femme chez les Rose -Croix. 


4. Le tarot chez Eliot




Esoteric Symbols: The Tarot in Yeats, Eliot, and Kafka

Le tarot, jeu de carte sataniste, est très présent chez Eliot, Yeats et Kafka, au point qu'on en a fait un livre. Un homme pendu la tête en bas par un pied en est l'une des cartes. C'est l'un des symboles présents dans The Waste Land. Eliot a dit clairement qu'il faisait allusion au Dieu pendu de Fraser. C'est une allusion au culte d'Odin. (cf. The Golden Bough de Fraser. Un livre qui a fait scandale et a dû être épuré pour pouvoir être publié.) Voici une prise d'écran du livre esoteric symbols : the tarot in Yeats, Eliot and Kafka.




The hanged man, 
carte du tarot

La vraie culture

Quittons à présent la poubelle maçonnique "culturelle" et recherchons, avec l'aide de Dieu, quelle est la vraie culture. Comment savoir ce qu'est la vraie culture ? 

La définition du don de Science va nous aider :
"La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu."
La culture qui est la bonne est donc celle qui élève l'âme pour la conduire à Dieu. Tout ce qui conduit à Dieu par de bons moyens vertueux est bon. Il faut donc que la culture ne tente pas de faire des péchés et ne détourne pas de la vérité, il faut qu'elle donne à l'âme des aspirations de pureté, d'amour du beau, du vrai, du bien. Tout ce qui mène à l'erreur ou au péché est donc à fuir. 


Conclusion

Aller écouter des dissertations faussement savantes sur un occultiste mène au péché. Il faut donc fuir le séminaire organisé par Mgr Williamson, s'il décide de le maintenir sur ce thème. Son ami Dr White nous paraît suspect. Il vaudrait mieux que cet homme s'éloigne définitivement de la Résistance. En effet, il est difficile d'imaginer que l'on est innocent et ignorant à ce point, à son degré d'érudition. Il ne faut pas avoir fait de grande études pour savoir qu'Eliot est sulfureux. C'est d'autant plus suspect que White a préparé une étude de la vie du poète.
L'appartenance d'Eliot à la Golden Dawn et aux Children of the Sun n'est pas très connue, mais ses liens avec l'occultisme le sont. Ses liens avec Ezra Pound le sont encore plus. Tout le monde sait que c'est Ezra Pound qui a mis Eliot sur le devant de la scène littéraire. Et les liens d'Ezra Pound avec l'occultisme ne sont pas secrets. Il n'y a qu'à voir  la liste de tous les livres publiés sur la question.


Notes :
(1) D'autres temples de la Golden Dawn furent construits à Bradford (temple d'Horus), à Edimbourg (temple de Amon-Ra) et en 1894 à Paris (temple d'Ahatoor). La Société comprenait trois Ordres et onze degrés : le premier appelé « Golden Dawn in the Outer » (= à l'Extérieur), le cercle le moins ésotérique, le plus extérieur, articulé en cinq grades inférieurs ; le second Ordre « de la Rose Rouge et de la Croix d'Or » avec trois grades intermédiaires, tandis que le troisième ordre était réservé aux Chefs Secrets avec les trois grades de Magister Templi, Magus et Ipsissimus. Le nom de la Golden Dawn s'accompagnait toujours de son équivalent juif « Chebreth Zerech aur Bokher » tandis que le symbolisme se référait à celui en usage chez les Égyptiens, les Grecs, a mythologie hindoue et, naturellement, la Cabale juive. De plus, dans la Golden Dawn, comme dans le Martinisme, les véritables chefs étaient considérés être les Supérieurs Inconnus, « des êtres invisibles qui, sans corps physique, transmettent cependant des pouvoirs à leurs adeptes ». (352)
La Golden Dawn entretenait d'étroits rapports avec la « Stella matutina », une des sociétés lucifériennes les plus fermées, cénacle restreint de mages à leur tour liés à la Société théosophique. Parmi les personnages éminents de la Golden Dawn, une place à part est occupée par Samuel Liddell Mathers (1854-1918), alias comte de Gleustroë, alias Mac Gregor Mathers. Très versé en sciences occultes, il fut théosophe et membre du cercle intérieur de l'« Ordo Templis Orientis » (O.T.O.) (353) [...] Mathers vivait à Paris avec sa femme Moina, une médium, sœur du juif Henri Bergson, le philosophe des modernistes, premier président du Comité de Coopération Intellectuelle de Paris (une section de la Société des Nations), préfiguration de l'U.N.E.S.C.O. En 1900 ce fut toujours Mathers qui initia à Paris le plus fameux mage noir du siècle, le martiniste Edward Alexander (« Aleister ») Crowley (1875-1947), évêque de l'Église Gnostique et haut dignitaire du rite égyptien de Memphis-Misraïm ; quoi qu'il en soit, peu après, une profonde et inguérissable fracture se produisit entre Mathers et Crowley [...] Crowley était farouchement anti-chrétien et aimait se définir, selon le texte de l'apocalypse, « La Grande Bête », signant ses écrits du nombre de l'Antéchrist, le 666 (v.J. Symonds, « La Grande Bestia », Roma, éd. Méditerranée, 1972.)." (fin de la citation complémentaire sur la Golden Dawn)
Note 1  suite : notes n°352 et 353 du livre se rapportant à l'extrait cité ci-dessus :
352. Jean-Pierre Bayard (maçon français), « Les francs-juges de la Saint-Vehme », éd. A. Michel, 1971 , p. 162.
353.Tout comme le juif Ignaz Thimotei Trebitsch-Lincoln (Budapest 1879-Shanghai 1943?) aventurier précurseur du nazisme ; 
comme Sean Mac Bride, fondateur, le jour de la Très Sainte Trinité de 1961, d'Amnesty International, comme Franz Hartmann, spiritiste de la Société Théosophique, le fondateur de l'Antroposophie Rudolf Steiner, Rudolf Hess, etc. Selon Gerson (pseudonyme du martiniste Pierre Mariel) l'O.T.O., ou Fraternitas Hermetica Luciferiana (voir « Daimon », périodique de culture néo-païenne, Pérouse, 1990), ce n'est que le stade préparatoire, propédeutique à la sorcellerie
initiatique (op. cit., p. 128). Il faut rappeler qu'à cette époque l'O.T.O. agissait en relation étroite avec le juif américain Harry Spencer Lewis, fondateur en 1900 de l'Antiquus Misticus Ordo Rosae Crucis (A.M.O.R.C.), société intensément engagée sur la voie de l'instauration d'un gouvernement mondial, dirigée de nos jours par le fils de Lewis, Ralph, et dont le siège principal est à San José de Californie. Cette société aurait aujourd'hui un million d'adhérents (cf. A. Charles Puech , op. cit.. p. 611). La loi suprême de l'O.T.O., loi que la Golden Dawn a faite sienne, était la proclamation de l'émancipation absolue de Dieu : « Fais ce que tu veux » (littéralement : Fais-le), le Do it que l'on peut voir affiché dans les lieux les plus divers, combiné au signe de l'outarde (voir p. 37 de ce livre). L'explication est contenue dans le Liber legis ou Livre de la Loi ; Pierre Mariel rapporte (op. cit., pp. 62-3) des extraits très éloquents « d'une sorte de catéchisme ad usum fratrum de l'O.T.O. ». 
En voici quelques extraits :

« Nous ne voulons pas fonder une nouvelle religion, mais nous voulons balayer les ruines que le christianisme a accumulées sur le vieux monde, afin que la religion antique de la Nature reprenne à nouveau ses droits. [...]. Nous constituons une communauté d'êtres sexuellement libres. Ce message pourra être victorieux seulement quand, dès l'âge le plus tendre, on inculquera aux jeunes tous les principes de la nouvelle morale. [...]"

note 2 correspondant au n°350 du livre : Cf. Henri-Charles Puech, op. cit., p. 604 ; selon Gerson, op. cit., p. 128, la Golden Dawn serait fille d'une autre association : la très secrète Hermetic Brotherhood of Light dont - selon lui - Abraham Lincoln aurait aussi fait partie.

note 3 correspondant au n°351 du livre : « Droga S.p.A. », cit., p. 402.

note 4 correspondant au n°361 du livre : Voir sur ce sujet « L'ascesa del nazismo e lo sterminio degli ebrei » (La montée du nazisme et l'extermination des juifs) de Paolo Taufer et Carlo Alberto Agnoli, éd. Civilita, Brescia, 1988, via G. Galilei, 121 ; Giorgio Galli, « Hitler e il nazismo magico », éd. Rizzoli, Milan, 1989.

note 4 bis  correspondant au n° 362 du livre Cf. Martin Green, « Children of the Sun : a Narrative of Décadence in England after 1918 »New York Basic Books Inc., 1976. La secte comptait parmi ses initiés Thomas S. Eliot, W.H. Anden, Oswald Mosley et D.H. Lawrence, amant homosexuel d'Aldous Huxley.


note 5 correspondant au n°363 du livre : I. Regardie, « The Golden Dawn », St. Paul Llewellyn Publications, 1994. La devise de Regardie était « Ad Majorem Adonai Gloriam ».


(6) Pour davantage de détails sur Helena Blavatsky et la théosophie, voici ce que dit la note n°82 de Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire, p. 58 et 59 : "Maria Montessori fut fondatrice de la méthode didactique qui porte son nom et qui fut propagée par la Société Théosophique de Helena Petrovna Blavatsky, société à laquelle Maria Montessori appartenait. (cf. René Guénon, Il Theosophismo, éditions Arktos, 1987, vol.II, p.281). La Société Théosophique est une société illuministe fondée en 1875 par une occultiste russe, Helena Petrovna Blavatsky, société dans laquelle, sous le prétexte d'une connaissance universelle et exclusive, les thèmes lucifériens ne sont pas marginaux. Il suffit de penser que l'objectif déclaré de la Société était "d'effacer le Christianisme de la face de la terre... de chasser Dieu des Cieux." (cf. René Guénon, op. cit, vol I, p.13 et passim) en arrivant même à nier l'historicité de Jésus-Christ.
p.173 du même livre, on apprend que Rudolf Steiner le célèbre pédagogue, était le chef de la Société Théosophique en Allemagne et qu'en 1902, il a fondé une revue qui s'appelait Lucifer. En 1904, le titre de la revue est devenu Lucifer-Gnosis.


(7) Sur René Guénon : Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l'histoire, p. 504, note n°1050 : "René Guénon, versé dans les études de mathématiques et de philosophie, arrivé très précocement au 33e degré du Rite écossais et au 90e degré du Rite de Memphis-Misraïm (v. "Revue du Grand Orient de France", n° de janv.-fev. et sept.-oct. 1909, pp. 48, 137 et 196), auditeur de l'Ecole Hermétiste du mage Papus, fondateur à Paris d'un rite templier (v. Gastone Ventura, "Tutti gli uomini del Martinismo", ed. Anator, 1978, p.70), consacré évêque gnostique du martinisme sous le nom de Palingenius (v. Marie-France James, op. cit, p. 104. Très curieusement Palingenius fait fait référence à la renaissance du monde, après sa destruction, à un nouvel âge ; Re-né signifie "né de nouveau"), créateur de la revue "La gnose", il acquit la réputation de codificateur de l'ésotérisme doctrinal moderne. Pour en savoir plus sur cet auteur, cf. "René Génon : Quelle tradition ?" dans "Actes du 6e Congrès d'Etudes catholiques", Rimini, La Tradition Catholique, 1998."