dimanche 29 mars 2015

Conseils de Jésus pour le dimanche des rameaux



COMMENT ON PRÉPARE L'ARRIVÉE DU SEIGNEUR ET COMMENT ON LUI DONNE L’HOSPITALITÉ . DIMANCHE DES RAMEAUX

Le saint jour des Palmes, tandis qu'elle était plongée dans la douceur des jouissances divines, elle dit au Seigneur : « Enseignez-moi, ô mon Bien-Aimé, comment je pourrai vous glorifier en allant au-devant de vous, ô mon Seigneur et mon Dieu, qui venez aujourd'hui souffrir la Passion pour mon salut. » Le Seigneur répondit : « Donne-moi une monture, une foule qui vienne avec joie au-devant de moi, une foule qui me suive en chantant mes louanges, une foule qui m'accompagne et me serve. 

La contrition de ton coeur me servira de monture, si tu confesses avoir souvent refusé de suivre la voix de la raison et n'avoir pas plus remarqué que ne le ferait un animal, tout ce que ma bonté opérait pour ton salut. Cette négligence a troublé mon calme et ma sérénité ; et tandis que j'aurais dû ne goûter en toi que des joies spirituelles, je me vois contraint par la justice de te purifier par des peines corporelles ou spirituelles ; de cette façon, je souffre pour ainsi dire en toi, parce que l'amour de la divine bonté me force à compatir à toutes tes souffrances. Lorsque tu m'auras fourni cette monture, je m'y assiérai assez commodément.

« Tu me donneras une foule venant joyeuse au-devant de moi, lorsque tu me recevras avec l'amour de toutes les créatures et en union avec la tendresse qui m'amena à Jérusalem en ce jour pour le salut de tous. Tu suppléeras ainsi aux louanges, aux actions de grâces, à l'amour et aux hommages qu'on a omis de me rendre pour ce bienfait.

« Donne-moi ensuite une foule qui me suive en chantant mes louanges. Pour cela, confesse que tu ne t'es pas assez efforcée de suivre les exemples de ma très sainte vie. Offre-moi une volonté si généreuse, que si tu pouvais engager tous les hommes à imiter de la manière la plus parfaite ma vie et mes souffrances, tu y emploierais volontiers toutes tes forces, pour ma gloire. Demande en même temps qu'il te soit donné, autant qu'il est possible à l'homme, de m'imiter avec un zèle ardent, spécialement par la vraie humilité, la patience et la charité, vertus que j'ai pratiquées au suprême degré pendant ma Passion.

« Donne-moi enfin une foule qui m'accompagne et qui m'assiste, en confessant que tu ne m'as jamais servi avec la fidélité requise lorsqu'il fallait défendre la vérité et la justice. Aie le désir de travailler à ces deux grandes causes autant qu'il me plaira par tes paroles, tes actes, et demande-moi d'avoir à toute heure cette bonne volonté afin de procurer ma gloire. »

Le Seigneur ajouta : « Si quelqu'un, au nom de l'univers, se donne à moi de ces quatre manières, je viendrai à lui avec tant de bonté qu'il en recueillera le fruit du salut éternel. » (...)

Ensuite comme on lisait dans la Passion : « emisit spiritum : il rendit l'esprit » (Matth, xxvii, 50), elle se prosterna en terre avec un grand amour et dit : « Me voici, ô Seigneur, prosternée de tout mon corps, et je vous demande, par cet amour qui vous a forcé à mourir, vous qui donnez vie à toute créature, de faire mourir en mon âme tout ce qui peut vous déplaire. » Le Seigneur répondit : « Exhale en ce moment, comme par ton souffle, tous les vices et toutes les négligences dont tu désires la mort en ton âme, et de par mon souffle divin aspire en toi tout ce que tu souhaites posséder de mes vertus et de ma perfection. Ce que tu auras exhalé maintenant, te sera pardonné sans aucun doute, et tu obtiendras l'effet salutaire de l'aspiration de mon souffle. Quand désormais tu travailleras à vaincre ces défauts déjà rejetés hors de toi, ou à obtenir les vertus que j'ai mises en germe dans ton âme, tu recueilleras le double fruit de la Passion que j'ai soufferte et de la victoire que tu as remportée. »

samedi 28 mars 2015

Le cardinal Sarah encensé par la porte latine



La porte latine publie un article de la Croix, avec les précautions oratoires habituelles : Note de la rédaction de La Porte Latine : il est bien entendu que les commentaires repris dans la presse extérieure à la FSSPX ne sont en aucun cas une quelconque adhésion à ce qui y est écrit par ailleurs.

L'article de la Croix présente le cardinal Sarah comme un héros, un saint, un intransigeant, quelqu'un de très fiable doctrinalement. Mgr Fellay et l'abbé Bouchacourt diffusent ce venin, sans commentaire, à tous les catholiques de tradition francophones. 

Voici une interview de ce cardinal que nous avons trouvée sur ce lien
Le JDD : Divorces, mariage pour tous, unions libres, familles recomposées… La notion de famille change. Le Vatican vient d'envoyer un questionnaire aux chrétiens du monde entier pour les interroger sur ces questions. L'Église est-elle prête à une plus grande ouverture?
Cardinal Sarah : Mais l'Église est déjà ouverte ! Les divorcés y ont leur place, leurs enfants également. Tout comme les homosexuels, qui doivent être accompagnés dans leur foi. (...)
Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Cette réflexion du cardinal ne sonne pas vraiment traditionnel, c'est le moins qu'on puisse dire... Il ne condamne pas ces péchés. Il veut donner aux homosexuels une certaine place dans l'Eglise.

[suit un passage davantage traditionnel où il se pose en défenseur du mariage considéré comme l'union d'un homme et d'une femme. Puis on arrive au passage suivant :]


Le JDD : Mais quel discours politique doit apporter l'Église à un monde en crise?

Cardinal Sarah : L'Église n'est pas là pour donner des solutions. Notre combat, c'est le Christ, notre référence, c'est l'évangile. Je pense que la grande crise que nous traversons est une crise anthropologique. Au temps du Christ, il y avait aussi des problèmes de société importants, de grandes crises. La colonisation de l'Empire romain, par exemple. Le Christ n'a rien dit à ce sujet. Il s'est contenté de donner une image de Dieu, un refus de l'esclavage. Une société sans Dieu, une société sécularisée ne peut répondre aux besoins de l'homme. Le bien-être matériel ne comble pas ses attentes.
Commentaire :
- Il est faux de dire que l'Eglise ne peut pas donner de solutions. Il fallait parler ici du Règne du Christ-Roi et dire en quoi ce Règne consiste (cf. encyclique Quas Primas).
- Il est faux de dire que la crise est anthropologique. Il fallait dire que la crise est une crise de la foi, due au Concile Vatican II et aux autorités de l'Eglise qui ne font plus leur travail de défendre et de prêcher la vérité.
- Le cardinal ne parle pas de la doctrine sociale de l'Eglise, qui pourtant existe.
- Le cardinal semble ignorer qu'il y a deux sources de la Révélation : l'Ecriture sainte et la Tradition. Jésus-Christ parle aussi par la Tradition de l'Eglise. 

Venons-en à l'opinion du cardinal Sarah sur le pape François. La porte latine laisse croire que le cardinal avertit le Pape. Or, voici ce que dit le cardinal Sarah sur ce pape :


Le JDD : [...] Au Vatican, en tout cas, il [François] mène son gouvernement en coupe réglée…

Cardinal Sarah : Il a entrepris des réformes fondamentales, dans le domaine économique notamment. Je pense qu'il va réussir. Je partage vraiment avec lui une aversion pour le carriérisme et la tentation des mondanités.

Le JDD : Cela lui vaut une popularité à toute épreuve…
Cardinal Sarah : Nous en sommes très heureux. Même si je regrette parfois que cet amour soit un peu superficiel. (...)
Commentaire : le cardinal Sarah loue le Pape. Il regrette que le Pape ne soit aimé que d'une façon superficielle...

- Le cardinal Sarah a été nommé archevêque de Conakry par Jean-Paul II, très probablement franc-maçon. 
- Il n'a cessé de recevoir des promotions de Benoît XVI et François. cf. wikipedia)
- Il ne condamne pas Vatican II. 
- Il célèbre la nouvelle messe et présente comme des références doctrinales les papes Jean-Paul II et Benoît XVI, dans la même interview...
Voilà le modèle de piété et de vie intérieure que nous propose la Porte latine. Nous ne pouvons certes pas juger des intentions de ce cardinal qui est peut-être courageux, pieux et sincère... Mais Saint Paul n'a -t-il pas dit : Galates (I, 8-9) : 
"Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!
Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"

Posons-nous la question suivante : ce cardinal annonce-t-il en tous points la même doctrine que Saint Paul ? 

Réponse : Non. Sinon, il attaquerait Vatican II, le faux oecuménisme et la nouvelle messe... 

Le cardinal serait donc déclaré anathème par Saint Paul.

Une autre question se pose donc immédiatement après : La Fraternité Saint Pie X défend-elle la vraie foi ou bien la combat-elle, quand elle propose en modèle un cardinal qui n'a pas la bonne doctrine ?

La réponse est que la Fraternité Saint Pie X combat la foi et est gravement coupable.



Conclusion
Quand une structure publie des articles qui mettent la foi en danger, il faut quitter cette structure avant de se faire contaminer par sa doctrine ambiguë. Ce genre d'article n'est pas le premier, sur la porte latine. Il est coupable de la part des prêtres de la FSSPX de ne pas réagir à ce genre d'article qui présente comme bon pour les âmes, un pasteur dangereux. La petite note préliminaire n'excuse en rien la porte latine pour les mauvaises idées qu'elle diffuse.  L'abbé Bouchacourt est responsable et devra rendre des comptes à Dieu pour ce genre de publication. Il prépare les esprits au ralliement de la FSSPX à Rome, laissant croire de façon mensongère qu'il y a encore des personnes bien pensantes en poste dans l'Eglise occupée, alors qu'il est évident que si une personne est en situation d'autorité à Rome, c'est qu'elle a accepté les hérésies de Vatican II (liberté religieuse etc.), le faux œcuménisme, la nouvelle messe... 

vendredi 20 mars 2015

Interview (english + français) de l'abbé Faure le 18 mars 2015, la veille de son sacre + commentaire

Mgr Jean-Michel Faure et Dom Thomas d'Aquin

Fr Faure's Interview in English + comment on this link


Dom Thomas of Aquinas' interview in English + comment on this link


Interview de Dom Thomas d'Aquin en français + commentaire sur ce lien



Nous sommes heureux d'avoir un nouvel évêque et nous prions pour lui et pour Mgr Williamson. Pour la Résistance, c'est une sécurité importante d'avoir deux évêques au lieu d'un seul... Mais certaines parties de l'interview du 18 mars donnée par l'abbé Faure juste avant son sacre, le 19 mars 2015, ne nous réjouissent pas. Après avoir dit dans un sermon, il y a quelques mois, l'été dernier, qu'il voulait le nullam partem avec Rome, nous venons de découvrir que Mgr Faure n'est pas pour le nullam partem, en réalité, puisqu'il est prêt à aller à Rome avec Mgr Williamson si Rome les appelle. 

Dans cet article, les parties du texte de cette interview qui ont été mises en violet correspondent aux parties de l'interview que nous trouvons dangereuses pour l'avenir de la Résistance ou bien aux parties avec lesquelles nous ne sommes pas d'accord. Nous proposons un commentaire de ces citations problématiques à la fin de l'interview. Notre ligne de conduite vis-àvis de Mgr Faure sera la même qu'avec Mgr Williamson : s'il dit quelque chose que nous jugeons dangereux, nous réagirons.

Original espagnol ici

Un peu d'histoire pour commencer. M. l’abbé, comment avez vous rencontré Mgr Lefebvre et laTradition?
En 1968, étant en Argentine, j'ai visité l'Archevêque du Parana, qui m'a dit : "Veux-tu défendre la Tradition? Dans le concile je l'ai défendue près d'un Évêque courageux, mon ami, Mgr Marcel Lefebvre”. C'était la première fois que j'entendais parler de Mgr Lefebvre. Je suis allé à la recherche de Mgr Lefebvre en Suisse en 1972 à Pâques et je l'ai rencontré.

Où êtes-vous né? Pourquoi vivez-vous en Amérique du Sud?
Je suis né en Algérie et ma famille, après l'indépendance, a acquis un champ en Argentine, près de Parana. Ma famille a été expulsée d'Algérie parce que le gouvernement français a donné le pouvoir aux combattants musulmans qui ont réalisé des massacres épouvantables au cours du processus d'indépendance. Mes grands-pères, parents et des oncles étaient agriculteurs là-bas depuis 1830.

En continuant avec l'histoire, comment avez-vous développé votre apostolat dans la FSSPX?
J'ai été ordonné par Mgr Lefebvre en 1977 à Ecône, et 15 jours après, je l'ai accompagné dans une tournée aux Etats-Unis, au Mexique (où le gouvernement nous a empêchés d'entrer), en Colombie, au Chili et en Argentine. Mgr Lefebvre m'a demandé de commencer l'apostolat dans cette région. La première année, deux prêtres argentins m'ont aidé et, l'année suivante, un autre Espagnol (de la FSSPX). Le District d'Amérique du Sud a été créé, tout de suite, sous ma responsabilité, et j'ai commencé à prêcher des retraites jusqu'au Mexique. Il y a eu, la première année, environ 12 vocations qui se sont installées dans le Prieuré de Buenos Aires, qui était dans une maison assez grande. Ensuite, en 1980, on a construit le séminaire de La Reja (lBuenos Aires), dont Mgr Lefebvre m'a nommé directeur. Là je suis resté jusqu'en 1985, quand ils m'ont nommé supérieur du District du Mexique.
Les églises dans la capitale et de Guadalajara ont été construites alors. Je travaillais avec les abbés Calderon, Angles et Tam, dans différentes parties du pays. Ensuite, j'ai passé quelques années en France. Par la suite j'ai été nommé au séminaire d'Argentine comme professeur d'histoire et j'y suis resté jusqu'à l'expulsion de Mgr Williamson d'Argentine (2009). 

Mgr Lefebvre avait confiance en vous?
Monseigneur m'a donné libre accès à son courrier et m'a chargé de certains dossiers. Il avait une certaine confiance en moi: en 1977, il m'a demandé, à Albano, ce que je pensais à propos des sacres. À une autre occasion, en 1977 aussi, il me confia : "Ils m'attendent" (le directeur d'Ecône et les professeurs). Ils suggéraient d'accepter la Nouvelle Messe et le concile afin de conserver la Messe Tridentine. ( le directeur et les professeurs Ecône). Ils ont dit: «Nous sommes maintenant confrontés à Rome. Si nous voulons conserver la messe (Tridentine) on doit accepter le concile”. Ils souhaitent que Monseigneur se retire dans une belle maison en Allemagne, mais il leur a dit qu'ils étaient libres de partir s'ils le souhaitaient. Il les a renvoyés.

Est-ce vrai que Mgr. Lefebvre vous a demandé d'accepter d'être sacré?
En 1986, lors d'une visite Ecône, il me prit à part après un repas et me demanda si j'accepterais d'être consacré évêque. Sachant ce qui a suivi, peut-être que j'aurais dû accepter.

Donc, n'avez-vous pas accepté ?
Je lui ai dit que je pensais que Mgr De Galarreta serait plus approprié.

Pouvez-vous résumer ce qui s'est passé en 2012?
Cette année, nous étions très proches d'un accord et cela a échoué au dernier moment, sans doute, du fait de l'affaire Williamson. L’accord a échoué pour cette question et grâce à la lettre des trois évêques. Ces deux facteurs ont fait échouer l'accord.

Il est dit que la clé de la stratégie de Mgr Fellay ad intra, est d'avoir le soutien du Chapitre général. Pouvez-vous nous dire quelque chose à ce sujet?
Le Chapitre général a été bien préparé par Mgr Fellay et ils (les accordistes) ont atteint leurs objectifs. Là, j'ai compris ce qui est arrivé à Mgr Lefebvre et à ses amis lors de Vatican II. Lui (Mgr Fellay) avait décidé une approche politique de Rome et il a réussi à avoir le soutien général du chapitre pour expulser Mgr Williamson, qui était le seul capable d'empêcher cette politique.

À votre avis, quelles doivent être les conditions requises pour faire un accord avec Rome?
Mgr Lefebvre nous a dit que tant qu'il n'y avait pas de changement radical à Rome, un accord était impossible, parce que ces personnes ne sont pas loyales, et l'on ne peut pas essayer de transformer les supérieurs. C'est le chat celui qui mange à la souris et non la souris qui mange le chat. Un accord reviendrait à se livrer aux mains des modernistes, par conséquent, il faut absolument le repousser. C'est impossible. Il faut attendre que Dieu intervienne.

Pouvez-vous nous dire ce que vous pensez des visites d'évaluation de divers prélats modernistes aux Séminaires de la Fraternité ? Il est vrai que Mgr. Lefebvre a reçu certains prélats. Quelle est la différence maintenant?
Il s'agissait des visites exceptionnelles dans lesquelles le Card. Gagnon n'a jamais eu la possibilité de défendre le concile, alors que maintenant il s'agit des premiers pas de la réintégration (de la FSSPX) à l'église conciliaire.

Que pensez vous d'une éventuelle reconnaissance unilatérale de la part de Rome à la FSSPX ?
C'est un piège.

Entre le chapitre de 2006 et la crise qui a commencé en 2012, un changement d'attitude des autorités de la FSSPX concernant Rome est observée. Pourquoi ce changement?
Ce changement est dû à la décision des supérieurs de s’intégrer à l'église conciliaire. Dès 1994 ou 1995 le GREC a fait les contacts qui ont été significatifs vers la réconciliation, comme l’avait prévu l'ambassadeur Pérol (un ambassadeur de France en Italie) ce groupe est l'inventeur de la levée des excommunications (2009) et du Motu Proprio (2007). Cela devait avoir pour contrepartie la reconnaissance du concile.

Que ferait Mgr Lefebvre dans la situation actuelle?
Il suivrait dans la ligne qu'il nous a indiqué après les sacres, en écartant absolument l'éventualité d'un accord.

Si à l'avenir vous étiez invité à aller à Rome pour parler avec le Pape, iriez-vous? Que diriez-vous?
En premier lieu, je consulterais tous nos amis de la Résistance. J’irais avec Mgr Williamson et d'autres prêtres excellents qui mènent le combat de la Résistance avec beaucoup courage. Je maintiendrais informés tous nos amis, en toute transparence.

Mgr Fellay a dit que la FSSPX était d'accord avec 95% de Vatican II. Qu'en pensez vous?
Mgr. Lefebvre a répondu que tout le concile était envahi d'un esprit subjectiviste qui n’est pas catholique.

Francois, est un démolisseur efficace de l'Église et  un destructeur objectif de la foi: est-il vrai Pape?
Selon mon opinion, on ne peut pas dire que Francois est pire que Paul VI, qui a été celui qui a mis à l'Église dans une autre voie; alors nous devons conserver l'attitude qui a été celle de Mgr Lefebvre, l'attitude prudente qui exclut le sédévacantisme. Mgr. Lefebvre a toujours refusé d’ordonner un séminariste qui sédévacantiste. C'était la politique de la FSSPX jusqu'à sa mort. Donc qu’on ne nous dise pas que Monseigneur a dit ceci ou cela.

Quel est l'état de votre procédure d'expulsion de la FSSPX?
Aux dernières nouvelles j'ai trouvé, par hasard dans mon courrier électronique la deuxième monition. Demain, la FSSPX aura quatre Évêques de nouveau. Ils doivent rapidement me renvoyer! Deo gratias!

Cette décision de vous sacrer évêque doit avoir été soupesée et méditée pendant longtemps. Aussi comme Mons. Lefebvre, vous, Mgr Williamson et les prêtres de la Résistance n'ont pas voulu être les collaborateurs de la destruction de l'Église. C'est pour conserver la foi intacte qu'ils ont été poursuivis, condamnés et calomniés à plusieurs reprises. Votre sacre épiscopal peut vous apporter une prétendue excommunication. Quelles ont été les raisons principales pour réaliser ce sacre?
La raison principale consiste en ce que nous ne pouvons pas laisser la Résistance sans évêques. Comme l'a dit Mgr Lefebvre, les évêques catholiques sont indispensables pour la conservation de la vraie doctrine de la foi et des sacrements.

Mgr Lefebvre pensait à vous pour être consacré évêque et maintenant Mgr Williamson est en mesure de réaliser ce désir. Quelle sera votre principale préoccupation?
M'efforcer de maintenir l'oeuvre de Mgr Lefebvre dans le chemin qu'il avait tracé, sans dévier à la droite ni à la gauche.

Quel sera votre lieu de résidence?
La France, où nous avons prévu d'ouvrir un séminaire près des Dominicains d’Avrillé.

Voulez-vous dire quelques mots à les prêtres et les fidèles qui sont encore sous la structure de la fraternité, mais qu'ils sont inquiets à cause la dérive libérale de la Fraternité des dernières années?
Qu'ils recommencent à lire et à méditer les textes de son fondateur.

Voulez vous nous expliquer l'essentiel de votre blason épiscopal?
Au centre c’est l'Agneau de l'Apocalypse, l'Alpha et l'Oméga, l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, annoncé par Isaïe. Les Coeurs rappellent la Vendée martyre de la révolution et le fleur de lys est l'emblème de la France catholique. Le devise, ipsa conteret (elle t'écrasera) est tirée de la Vulgate, Genèse 3, 15, où Dieu promet la victoire de la Vierge Marie sur le dragon.

Y a-t-il autre chose que vous voudriez ajouter?
Conservons la foi, l'espérance et la charité. Il ne faut pas douter et il faut demander cela à Dieu et à Notre Dame ; qu’ils nous maintiennent dans ces vertus.

M. l’Abbé, nous remercions profondément Dieu, sa Très sainte Mère, et Saint-Joseph Protecteur de l'Église, de cette si grande grâce. Nous prions que le Bon Dieu vous conserve et vous garde. Nous vous remercions d'avoir accepté une charge si lourde et nous remercions aussi Monseigneur Williamson de vous consacrer comme successeur des Apôtres. Deo Gratias!

Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Citation de l'interview : "Pouvez-vous résumer ce qui s'est passé en 2012?
Cette année, nous étions très proches d'un accord et cela a échoué au dernier moment, sans doute, du fait de l'affaire Williamson. 
Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Nous ne sommes jusqu'à présent jamais rentré dans ce débat secondaire, mais nous ne pensons pas que le battage médiatique fait trois ans et demi après l'interview de Mgr Williamson  en Suède, en janvier 2009, ait joué un rôle réel dans l'interruption du processus de l'accord avec Rome. La franc-maçonnerie a toujours voulu l'accord avec Rome. Elle ne s'est pas coupé à elle-même l'herbe sous le pied en faisant ce battage. Il y a autre chose, à notre avis. 
Il est évident, selon nous que l'accord avec Rome a été empêché par la menace que Mgr Tissier de Mallerais a faite de sacrer des évêques et de faire scission ainsi que par les réactions courageuses de certains prêtres comme l'abbé Koller... nous aimerions d'ailleurs qu'il vienne nous rejoindre, pour pouvoir parler tout haut. Nous l'attendons un jour parmi nous. 

Citation de l'interview : "À votre avis, quelles doivent être les conditions requises pour faire un accord avec Rome?
Mgr Lefebvre nous a dit que tant qu'il n'y avait pas de changement radical à Rome, un accord était impossible, parce que ces personnes ne sont pas loyales, et l'on ne peut pas essayer de transformer les supérieurs. C'est le chat celui qui mange à la souris et non la souris qui mange le chat. Un accord reviendrait à se livrer aux mains des modernistes, par conséquent, il faut absolument le repousser. C'est impossible. Il faut attendre que Dieu intervienne."
Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Premier problème grave : il y a une grosse ambiguïté qui en dit long. M. l'abbé Faure, tout en tenant un discours en apparence énergique et tout en disant que l'accord est impossible actuellement avec Rome ne dit nulle part qu'il faut attendre que Rome se convertisse entièrement pour pouvoir conclure un accord avec elle. Il tient le même discours que l'abbé Pivert, France fidèle et Avrillé : pour le moment on ne peut avoir confiance, il faut un changement radical d'attitude de Rome... Mais sa conversion n'est pas exigée, ce qui est très préoccupant et diffère complètement de la position initiale de la Résistance. 

Citation : "Pouvez-vous nous dire ce que vous pensez des visites d'évaluation de divers prélats modernistes aux Séminaires de la Fraternité ? Il est vrai que Mgr. Lefebvre a reçu certains prélats. Quelle est la différence maintenant?
Il s'agissait des visites exceptionnelles dans lesquelles le Card. Gagnon n'a jamais eu la possibilité de défendre le concile, alors que maintenant il s'agit des premiers pas de la réintégration (de la FSSPX) à l'église conciliaire."
Commentaire :
L'abbé Faure, au lieu de reconnaître que ces visites étaient dangereuses et que Mgr Lefebvre n'aurait pas dû les autoriser, les excuse au contraire... Donc peut-être aurons-nous un jour Mgr Müller -- qui nie la virginité de la Sainte Vierge et la transsubstantation cf. ici -- qui viendra nous faire un petit bonjour tout en n'ayant pas notre permission de parler du Concile ! Il ira visiter amicalement nos séminaristes d'Avrillé et taillera une bavette avec l'abbé Pivert qui étudiera si ses propositions nous permettent de défendre le "règne du Christ-Roi"... (Pour ceux qui ne sont pas informés des problèmes avec l'abbé Pivert, cf. ici et ici).

Que pensez vous d'une éventuelle reconnaissance unilatérale de la part de Rome à la FSSPX ?
C'est un piège.
Commentaire :
Même tournure d'esprit que Mgr Lefebvre, même vocabulaire, basé sur la confiance au lieu de baser cela sur la doctrine : pour l'instant, les Romains sont trop méchants donc on n'a pas confiance, mais s'ils redeviennent gentils, on étudiera... C'est ce qu'on va voir ci-dessous. 
NB -- Sur Mgr Lefebvre, cf. note en bas de cet article + cet article.

Que ferait Mgr Lefebvre dans la situation actuelle?
Il suivrait dans la ligne qu'il nous a indiqué après les sacres, en écartant absolument l'éventualité d'un accord.
Commentaire :
Le mot "absolument" est en contradiction avec la suite de l'interview et ce qui est suggéré au début de celle-ci, puisque la conversion de Rome n'est pas exigée. De plus nous avons vu dans nos études précédentes que Mgr Lefebvre n'a jamais posé le principe d'attendre la conversion de Rome pour faire un accord. Il a dit parfois qu'il l'attendait, par nécessité, en raison de leurs mensonges, mais il ne l'a jamais dit par principe, parce qu'ils n'avaient pas la vraie doctrine.

Si à l'avenir vous étiez invité à aller à Rome pour parler avec le Pape, iriez-vous? Que diriez-vous?
En premier lieu, je consulterais tous nos amis de la Résistance. J’irais avec Mgr Williamson et d'autres prêtres excellents qui mènent le combat de la Résistance avec beaucoup courage. Je maintiendrais informés tous nos amis, en toute transparence.
Commentaire :
Voici le passage le plus triste de cette interview. L'abbé Faure et ceux qui le soutiennent n'ont rien compris. Ils n'ont toujours pas tiré les leçons des différentes scissions de la FSSPX dans le passé. Ils sont encore prêts à aller se jeter dans la gueule du loup et à se faire saucissonner en tranches encore plus fines, comme c'est le résultat systématique de tous les contacts de la Tradition avec Rome depuis le début. Ils sont prêts à serrer la main, voire  à embrasser l'anneau de francs-maçons pro homosexuels (voire homosexuels eux-mêmes) hérétiques qui tuent les âmes. Qu'ils ne comptent pas sur nous pour les encourager en cela. 
Il est peccamineux d'aller discuter avec ces gens-là. Cela va contre toute la Tradition de l'Eglise (cf. onglet nullam partemet contre le discernement des esprits, car l'expérience enseigne que c'est se mettre en occasion prochaine de péché. En effet, à chaque fois qu'on va à Rome, il y a une proposition alléchante de reconnaissance sans contrepartie ou "si peu"... Ce qui fait qu'une partie de ceux qui s'en approchent se laisse systématiquement tromper. De plus, étant donné que par principe il est interdit de se remettre sous l'autorité d'hérétiques, il est inutile et même nuisible de s'en approcher tant qu'ils ne sont pas convertis.
Quant à la transparence, nous savons ce qu'il faut en penser : Mgr Fellay lui aussi l'avait promise et il n'a finalement jamais publié les textes des discussions avec Rome, comme il était initialement prévu. Une fois qu'on est pris dans l'engrenage romain, on se trouve toujours de bonnes excuses pour ne pas être transparent car la tentation est trop forte de considérer telle ou telle proposition... surtout quand on n'a pas précisément en tête le principe qu'il faut exiger la conversion complète de Rome avant toutes choses !
Nous découvrons aussi de façon discrètement amenée que Mgr Wiliamson serait prêt à aller discuter avec Rome si Rome l'appelait. Nous supposons en effet que l'abbé Faure lui a demandé s'il pouvait dire qu'il l'accompagnerait, avant d'écrire cela publiquement... Le discours est donc en train de changer, du côté de Mgr Williamson... ce qui ne nous étonne qu'à moitié, étant donné les commentaires eleison ambigus contre lesquels nous avons dû combattre dans le passé. (cf. par exemple ici et ici)

Mgr Fellay a dit que la FSSPX était d'accord avec 95% de Vatican II. Qu'en pensez vous?
Mgr. Lefebvre a répondu que tout le concile était envahi d'un esprit subjectiviste qui n’est pas catholique.
Commentaire :
C'est bien mais insuffisant. L'abbé Faure ne dit pas qu'il faut rejeter tout le Concile Vatican II. Nous sommes donc encore dans la ligne de l'abbé Pivert et d'Avrillé... qui est la ligne que Mgr Lefebvre avait lui aussi. Cette ligne n'est pas tenable dotrinalement, si l'on veut rester fidèle à la doctrine de Saint Thomas d'Aquin concernant l'hérésie (cf. explications dans cet article).

Francois, est un démolisseur efficace de l'Église et  un destructeur objectif de la foi: est-il vrai Pape?
Selon mon opinion, on ne peut pas dire que Francois est pire que Paul VI, qui a été celui qui a mis à l'Église dans une autre voie; alors nous devons conserver l'attitude qui a été celle de Mgr Lefebvre, l'attitude prudente qui exclut le sédévacantisme. Mgr. Lefebvre a toujours refusé d’ordonner un séminariste qui sédévacantiste. C'était la politique de la FSSPX jusqu'à sa mort. Donc qu’on ne nous dise pas que Monseigneur a dit ceci ou cela.
Commentaire :
De nouveau, comme du temps de Mgr Lefebvre, l'abbé Faure prend la précaution de lutter tant qu'il peut contre le sédévacantisme, qui est une opinion libre au plan théologique, opinion qui a pour elle plusieurs saints docteurs (même s'ils ont très probablement tort et que cette doctrine peut avoir des conséquences très dangereuses pour les âmes). Avec l'Immaculée n'est pas sédévacantiste mais nous pensons que du fait que cette opinion est libre et permise et que seul le Saint Pontife à venir aura le droit de trancher la question, il est peccamineux de persécuter les sédévacantistes, du moment que ceux-ci gardent pour eux au for interne leur opinion et sont d'accord pour ne pas prêcher dessus ni faire de prosélytisme à ce sujet, en raison du trouble que cela suscite systématiquement chez les âmes. Il faut aussi qu'ils ne pensent pas que leur opinion est un dogme. S'ils en font un dogme, dans ce cas en effet, c'est excessif, et il faut qu'ils aillent chez les sédévacantistes. Mais s'ils conviennent que c'est une opinion libre et qu'ils sont d'accord pour ne pas en parler pour ne pas troubler les gens, il faut les garder. Chasser les séminaristes sédévacantistes non dogmatiques serait un péché selon nous, car cela les acculerait au sédévacantisme dogmatique s'ils veulent être ordonnés, alors que en conscience, certains ne veulent pas adhérer au sédévacantisme dogmatique, sachant qu'ils n'en ont pas le droit tant qu'un pape n'a pas tranché. Cela persécuterait des personnes qui n'ont rien fait de mal et se contentent d'adopter au for interne une attitude théologique permise par l'Eglise.
[NB addendum : Si Mgr Faure était d'accord pour ordonner des sédévacantistes non dogmatiques, nous lui serions reconnaissants de le dire publiquement et de nous envoyer un lien. Ce serait bien qu'il en profite pour préciser sa conduite à venir vis-à vis du problème que nous exposons ci-dessous : le "serment".]
Si l'on veut rester fidèle à Mgr Lefebvre sur ce sujet, on défend également le faux "serment" immoral fait devant le tabernacle ouvert, selon lequel on reconnaît que le pape est le pape. Or en l'état actuel de la théologie, il est interdit de promettre cela car on n'a pas le droit d'avoir une certitude définitive sur ce sujet. Tout ce problème a été traité dans cet article. Si l'abbé Faure exigeait ce serment par fidélité à Mgr Lefebvre, ce serait peccamineux, selon le code de droit canon de 1917. On n'a pas le droit en conscience de promettre des choses incertaines.
De plus, une attitude aussi dure de persécution à l'égard des sédévacantistes non dogmatiques, qui peuvent être de très saints prêtres et qui ont avec eux toute la doctrine de l'Eglise, est véritablement douloureuse, quand on voit qu'en même temps, l'abbé Faure est prêt à aller embrasser la main des homosexuels franc-maçons hérétiques romains. Et cela, en se réclamant de Mgr Lefebvre, non sans raison. C'est pour cela qu'Avec l'Immaculée a mis en garde contre certaines orientations de Mgr Lefebvre depuis le 16 juillet 2014.


Citation : "Mgr Lefebvre pensait à vous pour être consacré évêque et maintenant Mgr Williamson est en mesure de réaliser ce désir. Quelle sera votre principale préoccupation?
M'efforcer de maintenir l'oeuvre de Mgr Lefebvre dans le chemin qu'il avait tracé, sans dévier à la droite ni à la gauche."
Commentaire :
Nous sommes d'accord qu'il ne faut dévier ni à droite ni à gauche de la véritable doctrine de l'Eglise. C'est la doctrine de l'Eglise qui doit être la ligne dont nous ne devons pas dévier. Mais ne pas vouloir dévier de la ligne tracée par Mgr Lefebvre est mauvais, car sa ligne n'est pas la bonne, sur plusieurs points, notamment les rapports avec Rome : il n'a jamais énoncé le principe qu'on n'avait pas le droit en conscience d'envisager de mettre des âmes sous la conduite de personnes qui n'avaient pas entièrement la vraie foi. C'est pourtant le bon sens : si quelqu'un n'a pas la vraie foi, comment pourrait-il tenir de Dieu l'autorité pour guider les âmes vers le ciel ? (cf. aussi l'onglet nullam partem)

Quel sera votre lieu de résidence?
La France, où nous avons prévu d'ouvrir un séminaire près des Dominicains d’Avrillé.
Commentaire :
Nous avons vu que les Dominicains d'Avrillé, tout en étant bons sur certains points, n'ont pas une bonne doctrine claire concernant l'attitude à avoir vis-à-vis de Vatican II et vis-à-vis de Rome. Il est donc problématique que les séminaristes soient formés par eux... tout au moins par leur supérieur, le Père Pierre-Marie, (car certains de ces Dominicains sont plus traditionnels que leur supérieur).

Citation : "Voulez-vous dire quelques mots aux prêtres et aux fidèles qui sont encore sous la structure de la fraternité, mais qu'ils sont inquiets à cause la dérive libérale de la Fraternité des dernières années?
Qu'ils recommencent à lire et à méditer les textes de son fondateur.
Commentaire :
Tous les textes de Mgr Lefebvre ne sont pas clairs doctrinalement, sur certains points. Il s'est contredit ou s'est trompé à plusieurs reprises dans ses conférences ou ses sermons, concernant les rapports avec Rome, le sédévacantisme, "l'Eglise conciliaire" (tantôt considérée comme la véritable Eglise et digne à ce titre d'être fréquentée selon lui, tantôt traitée de secte, suivant les périodes. -- Nous avons donné notre position sur ce sujet dans cet article.). Mgr Lefebvre s'est aussi trompé sur la juridiction de suppléance qui viendrait selon lui, des fidèles (alors que théologiquement, on ne peut affirmer cela. La juridiction de suppléance vient de Dieu. Mgr Tissier dans sa biographie de Mgr Lefebvre a relevé cette erreur. (cf. explications en note 1 a. de cet article). Donc Mgr Lefebvre n'est pas à considérer comme parole d'évangile sur tous les points... même si lorsqu'il parle de la Sainte Trinité ou du Verbe incarné, il est fascinant et même parfois, sublime ! Mais sur tous les points de doctrine jamais vraiment étudiés de près par l'Eglise et liés à a crise, il a erré, ce qui est compréhensible. Nous ne le condamnons pas pour cela. Mais nous n'en faisons pas non plus une référence ni notre maître en tout. Seul Jésus est notre maître.


Conclusion 
Nous demandons à Saint Joseph, en la fête duquel l'abbé Faure a été sacré et patron de l'Eglise universelle de protéger notre nouvel évêque et de lui montrer qu'il ne faut pas vouloir être fidèle en tout à Mgr Lefebvre, quand celui-ci n'est pas sûr doctrinalement. Vouloir suivre en tout la ligne tracée par Mgr Lefebvre amènerait de nouveaux drames dans la Résistance, car les mêmes principes erronés produiront les mêmes injustices et les mêmes drames que par le passé, ils ont produit dans la Fraternité Saint Pie X.

Blason de Mgr Jean-Michel Faure




Fr Faure's Interview (english) + comment


We are happy to have a new Bishop and we pray for both Bp Faure and Bp Williamson. For the Resistance, it is a important security to have two Bishops instead of one... But we are not happy with some parts of the interview given by Fr Faure just before his consecration... After having told in a previous preach he wanted the nullam partem with Rome, we have just found out that he is not for the nullam partem in reality, since he is ready to go to Rome with Bp Wiliamson if Rome calls them. The purple parts of the text of the interview are the parts we find dangerous for the future of the Resistance or with which we do not agree. We propose a comment of these quotes at the end of the interview. So our course of action will be the same as with Bp Williamson : if something we find dangerous is told, we will react. 

Translated by Michael (not the Michael from Avec l'Immaculée but another one) 

Avec l'Immaculée corrected a few mistakes of translation (cf. the spanish original.) The translation has apparently been orally dictated. We have not checked everything, but just the parts which were not English for our level of understanding, which is not bilingual. So we may have left mistakes. We put our corrections into [ ].

How about a little history to begin, Father, how did you get to know Tradition and Archbishop Lefebvre?
In 1968, while in Argentina, I visited the Archbishop of Paraná, who told me: "Do you want to defend Tradition? In the Council I defended Tradition together with a brave Bishop, a friend of mine, Archbishop Lefebvre." It was the first time I had heard of Archbishop Lefebvre. I went to look for Archbishop Lefebvre in Switzerland in 1972, and during Holy Week was went I first met him there.

Where were you born? Why were you living in South America?
I was born in Algeria and my family, after the independence, acquired a plot of land in Argentina, close to Paraná. My family was deported from Algeria because the French government seceded power to the militant Moslems that committed horrendous massacres during the course of the process of the independence. My grandparents, parents and uncles worked in agriculture there since 1830.

Returning to the story, how your apostolate in the Society come about?
Archbishop Lefebvre ordained me in 1977 in Econe, and 15 days later I went with him on a trip through the southern United States, Mexico (where the government refused our entry), Colombia, Chile, and Argentina. The Archbishop put me in charge of starting an apostolate in this region. During the first year 2 Argentinian priests helped me and the following year another Spanish priest (of the Society). After this the South American district of the United States was formed as was my position and responsibility and I began to preach retreats as far north as Mexico. The first year there were 12 vocations that were put in the Priory of Buenos Aires that was in a large enough house. Following this, around 1980, the seminary in La Reja (Buenos Aires) was built, where Archbishop Lefebvre put me as rector. I stayed there until 1985, when I was named superior of the District of Mexico. That was when they built the churches in Mexico City and Guadalajara. I looked after the country and its distinct places together with Frs. Calderon, Angles, and Tam. Later I was in France for some years. After all of this I was named as professor of history in the Seminary in Argentina and I was there until the expulsion of Bishop Williamson from Argentina (2009).

Did Archbishop Lefebvre confide in you?
Archbishop Lefebvre gave me free access to his mail and correspondence and he put me in charge of certain records. He had a certain kind of trust for me: in 1977 in Albano he asked me what I thought about consecrations. In this opportunity he confided in me that "they are waiting for me" (the rector in Econe and the professors). They would suggest accepting the New Mass and the Council in order to preserve the Tridentine Mass. They said to him: " now we are confronted with Rome. If we conserve the Mass (Traditional) we must accept the Council." They tried to persuade the Archbishop to retire in a beautiful house in Germany, but he told them that they were free to leave if they wanted to. He got rid of them. 

Is it true that Archbishop Lefebvre asked you to accept being consecrated a bishop?
In 1986, while on a visit to Econe, he called me aside after a meal and asked me if I would accept being consecrated a bishop. Knowing what happened, I suppose I must accept. 

Then you did not accept?
I told him that it seemed to me that Bishop De Galarreta would be the most adequate. 

Can you summarize what happened in 2012?
In that year we were very close to an accord and it failed at the last moment, probably, because of the issue with Bishop Williamson. The deal failed because of that matter and the letter of the three bishops. Both of these caused the deal to fail. 

It is said that the key to the ad intra strategy of Bishop Fellay is the backside of the General Chapter. Can you tell us something about this?
The General Chapter was very well prepared by Bishop Fellay and the they (the accordistas) accomplished their objectives. [I understood there] what Archbishop Lefebvre and his friends felt like in the Second Vatican Council. Bishop Fellay had taken the decision of a policy of getting close to Rome and he had fixed it in order to have the the general support of the Chapter in expelling Bishop Williamson, who was the only one capable of obstructing this policy. 

According to your judgement, what should be the conditions required to make a deal with Rome?
Archbishop Lefebvre told us that while there were no real changes in Rome a deal would be impossible, because these people were not loyal, and one cannot intend to change one's superiors. It is the cat that chases the mouse and not the mouse that chases the cat. A deal would be equal to handing over oneself to the modernists, and consequently, it must be absolutely refused. It is impossible. We must wait for God's intervention. 

Can you tell us what you think the visits of evaluation of various modernist prelates to the Seminaries of the Society? Is it true that once Archbishop Lefebvre received some prelates? What is the difference now?
It dealt with exceptional visits during which Cardinal Gagnon never had the possibility of defending the Council, while on the other hand now it deals with the first steps of a reintegration (of the Society) into the conciliar church. 

What do you think about an eventual unilateral recognition on the part of Rome to the Society?
It is a trick.

Between the 2006 chapter and the crisis started in 2012 certain changes are observed and attitudes of the authorities of the Society Of St. Pius X in respect to Rome? What is the reason for this change?
[It is due to the decision of the superiors] to be reintegrated into the conciliar church. Since 1994 or 1995 there were some contacts with GREC ; that were significant steps towards a reconciliation, like what had been seen with the ambassador Perol ([represented France] in Italy) who is the inventor of the lifting of the excommunications (2009) and the Motu Proprio (2007). [The recognition of the Council had to be the counterparty] (ndlr : Avec l'Immaculée is not sure of the translation here in this last sentence). 

What would Archbishop Lefebvre do in the current situation?
He would follow in the line that he indicated to us after the consecrations, doing away completely with the possibility of a deal.

If in the future you were invited to go to Rome and speak with the pope would you go? What would you say?
First, I would consult with all of my friends in the resistance. I would go with Bishop Williamson and the other excellent priests that accept the combat of the resistance with much valor. And I would keep all of our friends well-informed with all transparency. 

Bishop Fellay has said that the Society is in agreement with 95% of the Second Vatican Council. What do you think of this?
Archbishop Lefebvre answered that all of the Council is invaded by a subjectivist spirit that is not Catholic. 


Is Francis, being an effective devastation of the Church and objective destroyer of the Faith, a true pope?
In my opinion, it cannot be said that Francis is worse than Paul VI, who was who put the Church on the wrong course, and so we must conserve the attitude that was the same of Archbishop Lefebvre, a prudential attitude that excluded sedevacantism. Archbishop Lefebvre always refused to ordain a seminarian that was sedevacantist. And that was the policy in the SSPX until his death. So don't let it be said that the Archbishop did this or said that.

What is the state of the process of your expulsion from the Society?
The last news that I had heard was by chance a second warning in an email. After tomorrow, therefore, the Society of St. Pius X will again have 4 bishops! They better throw me out quickly. Deo gratias!

This decision of consecrating a bishop must have been thought about and meditated during much time. Just like Archbishop Lefebvre, you, Bishop Williamson and the priests of the resistance have not wanted to collaborate in the destruction of the Church. It is for conserving the faith intact that they have persecuted you all, condemning you all and calumniating you all many times. Your episcopal consecration could run the risk of resulting in an alleged excommunication. What were the principal reasons for bringing about this consecration?
The main reason is that that we cannot leave the resistance without bishops. Just like Archbishop Lefebvre said, Catholic bishops are indispensable for the conservation of the true doctrine and faith and the sacraments.

Archbishop Lefebvre thought of you in the consecration of bishop and now Bishop Williamson is finalizing this wish. What will be your main concern?
Maintaining the strength of the work of Archbishop Lefebvre and the way that he had went, without deviating too much to the right or to the left. 

Where will your place of residence be?
In France where we have been thinking about opening a seminary close to the Dominicans of Avrille.

Would you like to say any words to the priests and faithful that are still under the structure of the society but that are not satisfied with the liberal ways in the last years?
That they return to read into meditate upon the texts of their founder.

Can you explain to us the essential of your coat of arms?
[In the center] is the lamb of apocalypse and Alpha and the Omega the lamb of god that takes away the sins of the world announced by Isaiah. The hearts are symbols of the Vendée martyrs and the revolution and the flower de lily is the emblem of Catholic France. The motto, ipsa conteret (she will crush you) is taken from the Vulgate, Genesis 3, 15 where God promises the victory of the Virgin Mary against the dragon.

Is there anything more you would like to add?
We conserve Faith, Hope, and Charity. There is nothing to doubt and we must [beg God and Our Lady to be maintained] in these virtues.

Father, we greatly thank God, His Most Holy Mother, and Saint Joseph protector of the Church for this great grace. We ask of God that he may protect and conserve you. We thank you for having accepted this tremendous [burden] and [we thank] Bishop Williamson for consecrating you as one of the successors of the Apostles. Deo Gratias!

Comment of Avec l'Immaculée :

Quote from the interview : "Can you summarize what happened in 2012?
In that year we were very close to an accord and it failed at the last moment, probably, because of the issue with Bishop Williamson. The deal failed because of that matter and the letter of the three bishops. Both of these caused the deal to fail. 
Comment of Avec l'Immaculée :
Until now, we never debated about this secondary issue, but we do not think that the media hype about Bp Williamson, made three years and a half after his interview in Sweden, in january 2009, played a real part in stopping the process of the agreement sspx-Rome in 2012. Freemasonry always wanted a deal between the Society St Pius X and Rome, because they know it is the only way to kill the sspx. So we think that freemasons did not pull the rug from under them. In our opinion, there is something else.
It is evident for us that the deal with Rome was prevented because of Bp Tissier de Mallerais' threat made to Bp Fellay to consecrate new Bishops and to leave the sspx if the superior signed the agreement with Rome, in 2012. It was also prevented by the courageous reaction of good priests like Fr Koller... 

 
According to your judgement, what should be the conditions required to make a deal with Rome?
Archbishop Lefebvre told us that while there were no real changes in Rome a deal would be impossible, because these people were not loyal, and one cannot intend to change one's superiors. It is the cat that chases the mouse and not the mouse that chases the cat. A deal would be equal to handing over oneself to the modernists, and consequently, it must be absolutely refused. It is impossible. We must wait for God's intervention. 
Commentary of Avec l'Immaculée :
First serious problem :
There is a big ambiguity which tells a lot. Fr Faure, while having an apparently strong speech and saying that an agreement with Rome is impossible for the moment, says nowhere that we must wait for the full conversion of Rome to make a deal with it. He tells the same thing as Fr Pivert, France fidèle, Avrillé, that is : for the moment, we cannot trust them, we need a radical change of Rome... But its conversion is not required, which is very worrying and completely differs from the initial position of the Resistance.
Quote : "Can you tell us what you think the visits of evaluation of various modernist prelates to the Seminaries of the Society? Is it true that once Archbishop Lefebvre received some prelates? What is the difference now?
It dealt with exceptional visits during which Cardinal Gagnon never had the possibility of defending the Council, while on the other hand now it deals with the first steps of a reintegration (of the Society) into the conciliar church."
Comment: 
Fr Faure, instead of recognizing that these visits were dangerous and that Abp Lefebvre should not have permitted them, excuse them, on the contrary... So perhaps one day, cardinal Müller -- who denies the Virginity of Our Lady and the transsubstantiation dogma, -- cf. here -- will come and say hello to us, while not having our permission to speak about Vatican II! He could come to visit our seminarians near Avrillé and could have a little chat with Fr Pivert who would study if his proposals permit us to fight "for the reign of Christ the King". -- For those who are not aware of the problem with Fr Pivert, cf. here and here)
What do you think about an eventual unilateral recognition on the part of Rome to the Society?
It is a trick.
Comment :
Same way of thinking as Abp Lefebvre, same vocabulary, based on confidence, instead of basing the reflexion on doctrine : at present, the Romans are too mean, so we do not trust them, but if they become again sincere and nice, we will study... It is what we are going to see in the next quote.
NB -- About Abp Lefebvre, cf. note at the bottom of this article + this article.

What would Archbishop Lefebvre do in the current situation?
He would follow in the line that he indicated to us after the consecrations, doing away completely with the possibility of a deal.
Comment :
The words "doing away completely" are in contradiction with the following part of the interview and what is suggested at the beginning of it, since the conversion of Rome is not required.
Moreover, we saw in our previous studies that Abp Lefebvre never set out the principle which states we should wait for the conversion of Rome to make a agreement. Sometimes he said he was waiting for it, by necessity, because of their lies, but he never told it by principle, because they had not the true doctrine.
Quote : "If in the future you were invited to go to Rome and speak with the pope would you go? What would you say?
First, I would consult with all of my friends in the resistance. I would go with Bishop Williamson and the other excellent priests that accept the combat of the resistance with much valor. And I would keep all of our friends well-informed with all transparency."
Comment :
Here is the sadest extract of the interview. Fr Faure and those who support him understood nothing. 
They still have not learned the lessons of the various divisions of the SSPX in the past. They are still willing to go jump into the lion's den and to be divided even more, as it is the systematic result of all contacts of Tradition with Rome since the beginning. They are ready to shake hands or to kiss the ring of pro gay Freemasons  (or gay themselves), of heretics who kill souls. They must not count on us to encourage them in this.
It is sinful to go to talk to these people. This goes against the whole tradition of the Church (cf. nullam partem) and against the discernment of spirits, as experience teaches that it is to get in a proximate occasion of sin. In fact, every time we go to Rome, there is a compelling proposition which seems at first without compensation, or so little ... This technique makes those who approach Rome to be systematically deceived. Moreover, since in principle it is prohibited to put ourselves under the authority of heretics, it is useless and even harmful to approach them until they are not fully converted. As for transparency, we know what to think: Bishop Fellay  had also promised transparency and finally, he never published the texts of the discussions with Rome, as originally planned. Once one is caught in the downward spiral of Rome, there is always good excuses for not being transparent because the temptation to consider a particular proposal is too strong ... especially when one does not keep the principle that we must demand the complete conversion of Rome before all things! We also discover that Bishop Williamson would be willing to go talk to Rome if Rome called : we assume that Fr. Faure asked him if he could say that he would accompany him to Rome, before writing this publicly... So the discourse is changing, from the Williamson side ... which only half surprised us, given the ambiguous Eleison Comments against which we had to fight in the past. (See for example here and here)

 
Bishop Fellay said that the Society is in agreement with 95% of the Second Vatican Council. What do you think of this?
Archbishop Lefebvre answered that all of the Council is invaded by a subjectivist spirit that is not Catholic. 
Comment:
It's good but insufficient. Father Faure does not say that we must reject all Vatican II. So we are still in the line of Father Pivert and Avrillé ... This is also the line which Archbishop Lefebvre had. This line is not doctrinally tenable, if we want to remain faithful to the doctrine of St. Thomas Aquinas on heresy (see explanation in this article).

Is Francis, being an effective devastation of the Church and objective destroyer of the Faith, a true pope?
In my opinion, it cannot be said that Francis is worse than Paul VI, who was who put the Church on the wrong course, and so we must conserve the attitude that was the same of Archbishop Lefebvre, a prudential attitude that excluded sedevacantism. Archbishop Lefebvre always refused to ordain a seminarian that was sedevacantist. And that was the policy in the SSPX until his death. So don't let it be said that the Archbishop did this or said that.
Comment:
Again, like in the time of the Archbishop, Father Faure is careful to fight as much as he can against sedevacantism, which is a theologically free opinion, for this opinion is justified by the writings of many holy doctors (even if they are very probably wrong and even if this doctrine can have very dangerous consequences for the souls). With the Immaculate is not sedevacantist but we believe that this view is free and permitted and only the Holy Pontiff to come will have the right to decide about the question. So we think it is sinful to persecute sedevacantists, as long as those people keep for themselves their opinions and agree not to preach or proselytize about it, because of the trouble that  it always arouses in souls. It is also necessary that they do not think their opinion is a dogma. If they make it a dogma, in this case, it is excessive, and they have to go with the other sedevacantists, outside the Resistance. But if they agree that it is a free opinion and if they agree not to speak about it not to disturb people, let's keep them. Chasing the non-dogmatic sedevacantists seminarians would be a sin in our opinion, because it would force them to go towards dogmatic sedevacantism if they want to be ordained priest, while in good conscience, some do not want to join the dogmatic sedevacantism, knowing they do not have the right to decide about it, as a trustful pope has not yet ruled on it. So this decision not to ordain sedevacantist seminarians, even the non dogmatic ones, persecutes people who have done nothing wrong and simply adopt a theological attitude permitted by the Church. (NB : if Bp Faure agrees to ordain the non dogmatic sedevacantists he can publicly tell it and send us a link to the article where it is told, and we will rectify our statement, with relief)
If we want to remain faithful to Archbishop Lefebvre on this subject, it implicates that we also defends the false immoral "oath"  done in front of the open tabernacle, telling that we recognize that the pope is the pope. But in the current state of theology, it is forbidden to promise this because no one has the right to have a final certainty on this issue. This problem has been studied in this article. If Fr. Faure required this "oath" because of his loyalty to Archbishop Lefebvre, it would be sinful, according to the Code of Canon Law of 1917: we have no right in conscience to promise uncertain things.
In addition, a harsh attitude of persecution against non-dogmatic sedevacantists, who can be very holy priests and who have with them the whole doctrine of the Church is truly painful, when we see at the same time that Father Faure is ready to go and kiss the hand of homosexuals Freemasons Roman heretics. And this, claiming he is faithful to Archbishop Lefebvre, not without reason. That's why with the Immaculate warned against some of Archbishop Lefebvre positions since July 2014.

Archbishop Lefebvre thought of you in the consecration of bishop and now Bishop Williamson is finalizing this wish. What will be your main concern?
Maintaining the strength of the work of Archbishop Lefebvre and the way that he had went, without deviating too much to the right or to the left. 
Comment:
We agree that we should not deviate to the right or left of the true doctrine of the Church. This is the doctrine of the Church which must be the line we must not deviate. But not to want to deviate from the line traced by Archbishop Lefebvre is bad because this line is not correct, on several points, including the relations with Rome: he never stated the principle that we had not the right in conscience to consider putting souls under the guidance of people who had not entirely the true faith. It is common sense that if someone does not have the true faith, God could not want to give him authority to guide the souls to heaven. (see also the nullam partem rubric)


Where will your place of residence be?
In France where we have been thinking about opening a seminary close to the Dominicans of Avrille.
Comment:
We have seen that the Dominicans of Avrillé, while good in some points, do not have a good clear doctrine concerning the attitude to adopt towards Vatican II and Rome. It is therefore problematic that the students are trained by them ... at least by their superior, Father Pierre-Marie, (because some of these Dominicans are more traditional than their superior).


Would you like to say any words to the priests and faithful that are still under the structure of the society but that are not satisfied with the liberal ways in the last years?
That they return to read into meditate upon the texts of their founder.
Comment:
All of Archbishop Lefebvre texts are not doctrinally clear, on some points. He contradicts or is mistaken several times in his lectures or sermons, concerning the relations with Rome, sedevacantism, "conciliar church" (sometimes considered as the true Church and such as worthy of being frequented by us, and sometimes considerated as a sect, it depends on the time. - We have given our position on this subject in this article.Archbishop Lefebvre was also wrong about the jurisdiction of substitution that the faithful are supposed to give to the priests of the sspx (according to him, but theologically, we cannot say that.) The authority of substitution comes from God. Bishop Tissier in his biography of Archbishop Lefebvre noted this error . (see explanation in note 1 a. of this article.) So Archbishop Lefebvre is not to be considered as gospel on all points ... although when speaking of the Holy Trinity and the Incarnate Word, he is fascinating and sometimes even sublime! But on all points of doctrine never really studied closely by the Church and related to the present crisis, he hesitated, which is understandable. We do not condemn him for it. But we do not say either he is our master in everything. Only Jesus is our master.


Conclusion
We ask Saint Joseph, since Fr. Faure was consecrated on his feast day and since he is the protector of the universal Church, to protect our new bishop and to show him that it is not the best thing to want to be faithful in everything to Archbishop Lefebvre, when he is not doctrinally safe. Attempting to follow all the line drawn by Archbishop Lefebvre would bring new dramas in the Resistance, because the same erroneous principles would produce the same injustices and tragedies as in the past, in the Society of St. Pius X.