mardi 31 décembre 2013

Miles Christi 3 - le sédévacantisme - abbé Chazal


Abbé François Chazal



SEDEVACANTISM

The classical attitude of traditional Catholics sliding back towards the Novus Ordo Church is to clamour that they are not sedevacantists, to justify their liberal slide, and to accuse those who resist the slide to be sedevacantists:
●One of the main arguments of Bishop Fellay to justify the text of the April 15th 2012 Declaration is his desire to be “above the sedevacantist temptation (which we tried to rule out in this Doctrine Declaration)” [Cor Unum 104, March 2013, p. 38].
●Then comes the punch line (sermon of Fr Couture, published in the weekly bulletin of OLVC, vol. XII, No17, p. 4).

And now we have the group calling themselves the ‘resistance’, those who have been expelled from the Society of St Pius X recently. They also offer the traditional mass, but now they are openly saying that people should not go to the Society of St Pius X masses, under the pretext that the Society of St Pius X would have become modernist and liberal, just like the Novus Ordo Catholics. I let you judge for yourselves the truthfulness of the accusation. One serious danger of these priests is that they are so vocal about the problems in the Church and with the present popes, they so easily use all kinds of names, that, if they themselves refuse the accusation of being sedevacantists, they lead their faithful to it. When you hear all the time that the pope is a bad pope, it is easy to eventually think, “but then, how can he be a true pope”, and from there to conclude that he cannot be pope, is only a step away. One of their families has already become sedevancantist and now this family even rejects them.


This accusation was repeated again in India (and possibly other places) and reminds me of the first threat I received last year “If you postpone an agreement with Rome, you will end up being a sedevacantist”. Note well: To criticise often Pope Francis is just one step away from the abyss! Poor Archbishop Lefebvre, who said bad things about new popes so many times!
●Other priests accuse us of being schismatics, using the ignorance of simple villagers both in Dagohoy and in Hindang.

So what do we say?

We cannot claim to be faithful to the Doctrinal position of our Founder if we support sedevancantism. The reasons that motivated his choice then have not changed. Sedevacantism is a pandora’s box, just like liberalism, it gives a simple and logical solution to the crisis in the Church, but opens a flurry of questions impossible to answer without falling into confusion, absurdity or division (who is the pope then? If there is no pope at all how will the pope return? Why is our Lady talking about good and bad popes? Where is the hidden Pope Gregory XVIII or Benedict XVII? What happened to the real supposedly good Pope Paul VI? Who is right between the Dolanites and Sanbornites? Why did error in the faith not “unpope” previous popes? How is the papal going to restart without valid cardinals? Etc.)
For all these questions and plenty more, like the minimal visibility of the Catholic Church, the Archbishop left the reality of a pope with no faith, (believing that all religions are true and good, like the Freemasons) to its own state: A mystery.
That mystery will be solved later, at the end of the crisis. Our duty is simple: To remain Catholic. The rest is beyond the capability of priests, and way beyond the capability of faithful who do not have even the time to find out who is right between Cajetan and Bellarmine….
Most popes and theologians don’t consider the possibility of Rome losing the faith, even after La Salette (“Rome will lose the faith….”). The conclusions of those fewer who do consider that possibility do differ, and for those who conclude that in that case the pope would not be pope, they do not tell us how he would be deposed or how Catholics would be officially notified that he is not Pope.
Sedevacantists then are obliged to twist what theologians say to make a seemingly erudite and impressive list of theologians agreeing with them, precisely when it is not the case (Cajetan) or when that author gives his opinion under the note of probability (Tanquerey).
They also argue that their thesis is most obvious and necessary. Why then did it take them so long and so many complex reasoning’s to come to it: The ‘Thesis of Cassissiacum” came 20 years after the accession of John XXIII, an invalid pope according to them. For 20 years, the Catholic Church had no pope and nobody knew about it, except a few clowns in Spain!
Therefore, my dear friends, don’t believe those who try to scare you, as the liberals within the XSPX go leftwards, they need to accuse those who don’t deviate to go to the extreme right. They even claim that we made the poor Ng family in Malaysia, sedevacantists. I never really talked to them until July 2012, and by then they had lost trust in the SSPX because of the liberalism of some priests on the issues of doctrine, family planning, modesty etc., that led a mistrust of the position of the Archbishop. But this I confess, is that I was not able to prevent them to sink further and become house church, being too clumsy or coming too late.

lundi 30 décembre 2013

En Allemagne, la FSSPX prépare son ralliement

En Allemagne, la FSSPX prépare son ralliement
La messe de Saint Pie V s'appelle dorénavant le "rite extraordinaire". 
source sur pius. info :
Voici le passage qui pose problème.
 Wir bieten an:
• Jeden Tag heilige Messe (im außerordentlichen Ritus)



Voici un commentaire en allemand écrit par un résistant allemand. Vous pouvez le mettre dans google traduction.

Die schleichende Liberalisierung der Priesterbruderschaft geht weiter. Bis vor kurzem pflegte die hl. Messe im überlieferten römischen Ritus gefeiert zu werden. Jetzt neu im Angebot: Die Abschaffung der lateinischen Messe als ordentliche Form.
Das Meßformular, wie es der hl. Papst Pius V. mit apostolischer Vollmacht ausgestattet und für alle Zeiten verbindlich festgeschrieben hat, ist „verpflichtend, wo immer nach dem Ritus der römischen Kirche die Messe gefeiert wird.“ Konstitution „Quo primum“, Hl. Pius V.
Als Katholiken, die römisch-katholisch sind, sind wir also verpflichtet, an diesem unveränderlichen Ritus als dem ordentlichen Meßritus der römisch –katholischen Kirche festzuhalten. Niemals dürfen wir den Sprachgebrauch der konziliaren Kirche übernehmen, die im 2. Vatikanischen Konzil einen unkatholischen Novus Ordo geschaffen hat und diesen in unerlaubter Weise zum ordentlichen Meßritus erklärt hat. Diesen Novus Ordo hat Erzbischof Lefebvre als Bastardritus bezeichnet ( Lille, 1976). Die neue Messe ist in sich schlecht, “ weil sie von protestantischem Geist erfüllt ist. Sie enthält ein für den Glauben schädliches Gift.” Offenen Brief an die ratlosen Katholiken (Mediatrix-Verlag, Wien, 1986) (S. 42 ff.)
Es kommt einer Verleugnung der Tradition der Kirche gleich, wenn die Priesterbruderschaft St. Pius X. diese durch das 2. Vatikanische Konzil geschehene Erniedrigung der wahren Messe bestätigt, indem sie sich die Bezeichnung „außerordentlicher Ritus“ für die ordentliche Form der hl. Messe zu Eigen macht.
Halten wir uns fern von jeder Form der Anbiederung!

„In diesen Zeiten der Verwirrung und der Unruhe sieht man nicht selten Gläubige, Katholiken, ja es gibt sie selbst unter den Weltgeistlichen und in den Klöstern, die immer Worte des Mittelwegs, der Versöhnung, des Kompromisses auf den Lippen haben. Nun, ich zögere nicht zu erklären: diese Männer sind im Irrtum, und ich sehe sie nicht als die ungefährlichsten Feinde der Kirche an. Wir leben in einer verdorbenen und widerlichen Atmosphäre; schützen wir uns dagegen; lassen wir uns nicht durch falsche Lehren verderben, die unter dem Vorwand, alles zu retten, alles verlieren.“ Pius IX.


samedi 28 décembre 2013

Commentaire d'un prêtre de la Résistance sur le changement d'intention effectué par le district d'Amérique du sud


Suite à notre articulet sur le changement d'intitulé de la 2ème intention de la croisade fait par l'abbé Bouchacourt un prêtre de la Résistance fait la réflexion suivante :
"Le problème avec le changement fait à la 2ème intention par le district d'Amérique du Sud est qu'elle N'EST PAS celle annoncée par  Mgr Fellay ! Donc manipulation des gens pour tenter de calmer les bons..."

Il est vrai que si Mgr Fellay et les autres districts ne changent pas leur intention dans le même sens que l'a fait l'abbé Bouchacourt et que seule l'Amérique du Sud continue de la présenter ainsi avec l'accord de Mgr Fellay, cette conclusion s'imposera...

Une étrange canonisation

Une étrange canonisation


Bon article sur le prétendu miracle de Paul VI... A lire sur :

Visite de l'abbé Hewko à Lévis dimanche 29 décembre

Visite de l'abbé Hewko à Lévis dimanche 29 décembre

À Lévis : Visite de M. l’abbé David Hewko Dimanche prochain le 29 Décembre. Confession à 07h30, Chapelet à 08h00 et Messe à 08h30 au sous-sol (salle des jeunes) de la salle communautaire de Beaumont au 48 Chemin du Domaine, derrière l’église. (La salle sera ouverte de 07h00 à 11h00). 

In Levis: Fr. David Hewko will be here on Sunday, December 29th. Confessions will start at 7:30 am .The Rosary will be at 8:00 am and Mass will take place at 8:30 am in the basement (youth room) of the community hall of Beaumont at 48 Chemin du Domaine, behind the church.

(The hall will be opened from 7:00 am to 11:00 am).

Enfin une bonne intention !

Enfin une bonne intention !

Croisade du Rosaire : le district d'Amérique du Sud a changé l'intention numéro 2 d'une bonne façon : 
2) Por el retorno de Roma a la Tradición católica.


vendredi 27 décembre 2013

Gabrielle est au ciel

Gabrielle est au ciel

Laissez venir à moi les petits enfants, (...)
 car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. 

La petite Gabrielle, née le 1er décembre et atteinte d'une tumeur incurable est décédée dans la nuit du 25 au 26 décembre. Elle était baptisée et aussi confirmée, ce qui lui ajoute au ciel une couronne de gloire supplémentaire. Prions pour sa famille, pour que cette épreuve terrible soit pour eux une source de grâces. Nous pouvons chacun en privé invoquer Gabrielle, afin qu'elle nous guide et nous protège. 

jeudi 26 décembre 2013

Jean prend un somnifère

Jean prend un somnifère

par un lecteur du blog Avec l'Immaculée



La nouvelle croisade de rosaires demandée par Mgr Fellay à partir du 1er janvier 2014 a inspiré un de nos lecteurs qui s'avère être un vrai boute-en-train ! Qu'il soit remercié d'avoir écrit cet article pour notre blog. 



Jean est un petit tradi fréquentant un prieuré français. Un de ces fidèles comme on les apprécie dans nos chapelles surtout maintenant qu’il y a, paraît-il, tellement de gens compliqués, tellement d’empêcheurs de se rallier en rond ! 


Jean, pour sa part, ne faisait, jusqu’à présent, aucune complication à personne, et surtout pas à son Prieur : on lui demandait de payer, il payait; on lui demandait de prier, il priait. Etc. 

Seulement, cette fois, l’intention n° 2 de la nouvelle croisade – qui, nous l’espérons, ne pave pas les voies de l’enfer – l’intention n° 2, donc, lui a paru si nébuleuse et si contradictoire que le malheureux qui ne s’était encore jamais posé de questions, commence à s’en poser et même à s’en poser beaucoup. 

Voici donc le courrier qu’il adresse à tous ses amis.


Chers amis,

En cette période de l’année, j’avais grande envie de m’offrir un petit périple. Seulement voilà : d’après mon Prieur, faut pas pour autant rater le début de la nouvelle croisade ! Alors, puisque le Prieur l’a dit…

J’ai donc consulté les intentions sur La Porte Latine. Et ça n’a pas été tout seul ! La n° 2, j’avais vraiment du mal à la comprendre. « Pour le retour de la Tradition dans l’Église ». Mais comment fait l’Église sans la Tradition ? Et puis la Tradition, c’est nous. Alors s’il faut que la Tradition revienne dans l’Église, moi Jean, j’suis pas dans l’Église ? Diable ! (enfin non, je voulais dire « Ciel ! »).

Pourtant l’Abbé s’est donné beaucoup de mal pour nous expliquer cette intention, mais il s’est donné tellement de mal que j’ai encore moins compris… Et puis, il n’avait pas l’air content du tout quand je suis allé le voir après la messe à la sacristie. C’est drôle : d’habitude il me parle toujours aimablement, surtout quand je lui apporte mon denier du culte.

Je me suis dit finalement que l'Abbé devait avoir raison : « Mon pauvre Jean, tu réfléchis trop, cela ne vaut rien. Prépare donc tes bagages ! »

Hélas, je n’étais pas au bout de mes peines !

Quelques jours plus tard, Franc-Tireur sur Un évêque s’est levé nous a appris que l’intention n° 2 de la nouvelle croisade avait été modifiée : « Pour le retour à la Tradition dans l’Église ». 

Voilà qui n’a pas simplifié mon problème : je veux bien admettre que l’Abbé a raison et que je réfléchis trop. Mais c’est encore moins clair que la première fois ! D’abord cette façon de s’exprimer ne me paraît pas très académique. Et puis on en revient presqu’au même point : si l’Église doit revenir à la Tradition, c’est qu’elle n’a plus sa Tradition. Alors comment fait-elle sans sa Tradition ? Et puisque je suis dans la Tradition, l’Église sans sa Tradition va revenir à moi ; donc je ne suis toujours pas dans l’Église ? Mais je suis dans la Tradition, alors qu’est-ce que je vais en faire, moi, de cette Église sans Tradition qui va revenir à la Tradition ? 

A ce moment-là, j’ai pris un somnifère…

Au petit matin, j’étais vidé, épuisé, résigné, prêt à toutes les concessions, résolu à lever le drapeau blanc face à cette Église sans Tradition qui va revenir à la Tradition. 

Mais comme si ça ne suffisait pas, voilà qu’il m’est tombé une nouvelle tuile sur la tête !

Cette affaire étant bien compliquée, et puisque je prévoyais de partir en voyage, il m’a paru prudent de m’assurer que la nouvelle intention n° 2 était bien la même sous toutes les latitudes. On ne sait jamais.

En Angleterre, aux USA et en Inde, pas de problème : l’intention n° 2, ça marchait comme sur la Porte Latine, c’est-à-dire : pour "le retour à la Tradition dans l'Eglise". 

Site Fsspx d’Angleterre www.sspx.co.uk/
2) For the return to Tradition within the Church = pour le retour à la Tradition dans l’Église.

Fsspx USA http://sspx.org/
2) For the return to Tradition within the Church = pour le retour à la Tradition dans l’Église.

Fsspx Indes www.sspxasia.com
2) For the return to Tradition within the Church = pour le retour à la Tradition dans l’Église.

Mais où l’affaire s’est corsée, c’est quand j’ai envisagé de faire un crochet par l’Allemagne, l’Italie et l’Amérique du Sud !…
Site Fsspx d’Allemagne http://pius.info/.
2) Für die Rückkehr der Tradition in der Kirche = pour le retour de la Tradition dans l’Église.

Site Fsspx d’Italie www.sanpiox.it/
2) Per il ritorno della Tradizione nella Chiesa = pour le retour de la Tradition dans l’Église.

Fsspx Amérique du Sud www.fsspx-sudamerica.org
Espagnol : Por el retorno de la Tradición en la Iglesia = pour le retour de la Tradition dans l’Église.
Portugais : Pelo retorno da Tradiçáo na Igreja = pour le retour de la Tradition dans l’Église.

Je ne comprenais plus… Ça finissait par faire vraiment désordre ! Il y avait donc de par le monde la première intention n° 2 et la deuxième intention n° 2 ? Est-ce que Menzingen, vu la délicatesse de la situation, avait fini par adopter la politique commerciale de mon voyagiste : “Cher client, vous avez le choix entre différentes options selon votre destination. N’oubliez pas de vous renseigner auprès de nos agences (pardon : dans nos prieurés).”

Pauvre de moi ! Il faudrait donc que je m’adapte à chaque escale – une intention dans chaque port ! – que j’aille me renseigner au prieuré le plus proche dès que j’aurais mis pied à terre, et puis aussi - maudite Tour de Babel !- que j’emporte tous mes dictionnaires. Je sentais que j’allais y perdre mon peu de latin…

Cette lettre est inachevée parce qu’à ce moment-là, Jean a craqué. Que nos lecteurs se rassurent : aux dernières nouvelles, il reprend ses esprits mais il aura encore besoin de quelques jours de repos. 

Ses amis voudront bien l’excuser : ils n’auront pas, cette année, de carte postale : Jean va rester sagement dans l’Hexagone. 

D’après nos dernières informations, il a décidé de prier (en français) pour le retour des supérieurs de la Fraternité St Pie X au bon sens … et à la Tradition.

lundi 23 décembre 2013

2ème mise à jour de l'article : Avant que cela ne disparaisse... nouveaux dérapages de François


- Merci à la lectrice qui a déniché cela. 
Addendum : un lecteur nous a trouvé une hérésie.
- 2ème addendum : un autre lecteur nous a trouvé non seulement une hérésie, mais une citation blasphématoire.
Si d'autres lecteurs trouvent des "perles" de François, qu'ils nous les envoient. Nous les ajouterons les unes à la suite des autres, dans cet article, et nous changerons le numéro de mise à jour dans le titre de l'article.

La Madre di Gesù è stata la perfetta icona del silenzio. Dall’annuncio della sua eccezionale maternità al Calvario. Penso, osserva Papa Francesco, a “quante volte ha taciuto e quante volte non ha detto quello che sentiva per custodire il mistero del rapporto con suo Figlio”, fino al silenzio più crudo, “ai piedi della Croce”:

“Il Vangelo non ci dice nulla: se ha detto una parola o no… Era silenziosa, ma dentro il suo cuore, quante cose diceva al Signore! ‘Tu, quel giorno - questo è quello che abbiamo letto - mi hai detto che sarà grande; tu mi ha detto che gli avresti dato il Trono di Davide, suo padre, che avrebbe regnato per sempre e adesso lo vedo lì!’. La Madonna era umana! E forse aveva la voglia di dire: Bugie! Sono stata ingannata!’: Giovanni Paolo II diceva questo, parlando della Madonna in quel momento. Ma Lei, col silenzio, ha coperto il mistero che non capiva e con questo silenzio ha lasciato che questo mistero potesse crescere e fiorire nella speranza”.

Addendum :
Voici l'hérésie : François dit que Jésus est consubstantiel à sa Mère.
“Una vez escuché que alguien decía: ‘¡Este pasaje del Evangelio parece la guía telefónica!’ No, es otra cosa: este pasaje del Evangelio es pura historia y tiene un argumento importante. Es pura historia, porque Dios, como decía San León Papa, Dios ha enviado a su Hijo. Y Jesús es consustancial al Padre, Dios, pero también consustancial a la Madre, una mujer. Y ésta es aquella consustancialidad de la Madre. Dios se ha hecho historia. Dios ha querido hacerse historia. Está con nosotros. Ha hecho el camino con nosotros”. 
Commentaire d'Avec L'Immaculée :
Les modernistes francs-maçons ont fait exprès dans un premier temps de changer le mot "consubstantiel" (consubstantialem Patri) par l'expression "de même nature"(de même nature que le Père), en faisant croire qu'il s'agissait de la même chose. C'est faux. En effet, on peut dire que Paul, qui est un être humain, a la même nature que Jacques, qui est aussi un être humain. Mais on ne peut pas dire que Paul et Jacques sont consubstantiels, ce qui signifierait qu'ils ont une unique substance pour deux personnes. 
Nous arrivons à présent dans le second temps du processus moderniste et maçonnique : on revient au mot consubstantiel, mais cette fois-ci pour affirmer une hérésie pure : Jésus, qui est Dieu, deviendrait consubstantiel à Marie, qui est une créature purement humaine. Affirmer cela revient à enlever à Dieu sa divinité. On peut donc dire de Jésus qu'outre la nature divine, il possède la nature humaine que sa Mère a contribué à former en lui, mais on ne peut pas dire qu'il est consubstantiel à sa Mère, ce qui signifierait que Jésus et Marie sont deux personnes dans une unique substance. En fait, le seul cas possible de consubstantialité (mot qui implique nécessairement une unique substance pour des personnes distinctes) se trouve en Dieu (mystère de la sainte Trinité). La substance de Jésus est séparée de celle de Marie. Ils ne forment pas une seule substance à tous les deux. Jésus ne lui est pas consubstantiel.


2ème addendum : Dieu porte le prénom de l'homme
Pour le pape, non seulement « Dieu est consubstantiel à [l'homme] » mais plus encore : « lorsque Dieu veut dire qui Il est, Il dit ‘Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob’ ». Ainsi, « le nom de Dieu », c’est « nous, c’est chacun de nous ».
« Dieu prend le prénom [de chacun] pour en faire son nom : 'Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Pedro, de Marietta, d’Harmony, de Marisa, de Simon, de tous !’. Le nom de Dieu, c’est chacun ».

Dieu « a laissé l'homme écrire Son histoire » aussi le croyant est appelé à « Le laisser écrire son histoire. C’est cela la sainteté (...).

Commentaire d'Avec l'Immaculée :

La phrase "le nom de Dieu c'est chacun" signifie en clair que Dieu n'est plus Dieu. C'est très grave. On reconnaît ici la volonté maçonnique de mettre l'homme à la place de Dieu et Dieu à l'égal de l'homme. Le nom, c'est ce qui exprime l'identité d'une personne. En Dieu, le nom exprime l'essence même de Dieu. C'est pour cela qu'il est indicible. Donc strictement parlant, dire : « le nom de Dieu », c’est « nous, c’est chacun de nous » est un pur blasphème. On voit même ici une affirmation qui met Dieu sous l'homme : Dieu « a laissé l'homme écrire Son histoire », dit François. Dieu n'a évidemment pas laissé l'homme écrire son histoire. Sinon cela implique que Dieu s'est soumis à l'homme.


Note : A propos de la différence entre le "consubstantiel" et le "de même nature"
Voici un article intéressant :
SUIS-JE SCHISMATIQUE ?
Etienne Gilson de l'Académie française.
[Nous avons enlevé des passages trop "mous" de l'article]
(...)
"J'avais été pourtant décontenancé, au début par un passage du Credo français, où il est dit que le Fils est "de même nature" que le Père. Je pouvais bien chanter le reste, mais ce de même nature ne passait pas. En y réfléchissant, j'eus tôt fait de voir pourquoi. C'est qu'ayant toujours chanté, en latin, que le Fils est consubstantiel au Père, il me semblait curieux que cette consubstantialité se fût ainsi changée en une simple connaturalité.
Nos prêtres semblent d'ailleurs n'avoir pas été informés de l'événement. A la grand'messe, l'officiant continue imperturbablement de chanter "consubstantialem Patri, comme si rien n'était arrivé, mais, nous autres, laïcs de plat pays, nous n'avons qu'à suivre la liturgie simplifiée à notre usage. C'est ce que me répondit le jeune vicaire à qui je finis un jour par demander, en recevant de lui ma messe française, si de même nature n'était pas une faute d'impression. "Moi, me dit-il, je suis là pour distribuer les feuilles; tout ce que vous avez à faire est de chanter ce qui est écrit dessus."
"Au fond, il avait raison. De quoi allais-je me mêler ? Le grand avantage, pour les laïcs, d'être invités à une passivité complète, c'est d'être déchargés par là même de toute responsabilité. Ils le seraient sans ce diable de schisme ! Deux êtres de même nature ne sont pas nécessairement de même substance. Deux hommes, deux chevaux, deux poireaux, sont de même nature, mais chacun d'eux est une substance distincte, et c'est même pourquoi ils sont deux. Si je dis qulils ont même substance, je dis du même coup qu'ils ont même nature, mais ils peuvent être de même nature sans être de même substance. Suis-je encore tenu de croire que le Fils est consubstantiel au Père ? Suis-je au contraire tenu de les croire seulement de même nature ? Et si je m'obstine à les croire d'abord consubstantiels, ne vais-je pas, schismatique en révolte contre la liturgie de ma paroisse, me séparer de l’Eglise à laquelle je suis si profondément attaché ?"
"C'est une situation bien embarrassante. On pourrait supposer que l'Église de France poursuit en cela une fin oecuménique; mais non, les symboles grecs d'Epiphane et de Nicée disent expressément du Fils qu'il est omousion tô patri. Le symbole dit de Damase, usité en Gaule vers l'an 500, dit bien du Père et du Fils qu'ils sont unius naturae. mais il ajoute aussitôt uniusaue substantiee unius potestatis. L'antique symbole Clemens Trinitas est una divinitas affirme en ces termes l'unité de la Trinité divine, parce que les trois personnes sont "une seule source, une seule substance, une seule vertu et une seule puissance". Les personnes ont la même nature, divine, en tant qu'elles sont trois ; en tant qu'elles sont en un seul Dieu, elles ont la même substance : "Trois, ni confondus ni séparés, mais conjoints dans la distinction et distincts dans la conjonction : unis par la substance, mais distincts par les noms; conjoints par la nature, distincts par les personnes". Je citerai autant de formules de la foi qu'on voudra pour anathématiser, avec le Concile romain de 382, ceux qui ne proclament pas ouvertement que le Saint-Esprit, le Père et le Fils, sont unius potestatis atque substantiae, et, redisons-le, l'unité de substance implique l'unité de nature, mais pour tant de textes qui affirment l'unité de substance, en mentionnant ou non l' unité de nature, je ne me souviens d'aucun où l'unité de nature soit seule mentionnée:
"On croit que le Fils est d'une même substance avec le Père :c'est pourquoi on le dit homoousios avec le Père, c'est-à-dire ejusdem cum Patre substantiae, en effet, en grec, omos veut dire un, et ousia veut dire substance, de sorte que les deux ensemble veulent dire : une seule substance."
"Ce Concile de Tolède (a. 675) me semble fort bien parler. Les trois personnes divines sont un seul Dieu parce qu'elles sont une seule substance : "Hae tres personae sunt unus Deus, et non très dii : quia trium est una substantia, una essentia, una natura, una divinitas, una immensitas, una aeternitas. " ; ce Décret sur les Jacobites (1441) plaçait encore en premier lieu l'unité de substance, source de tous les autres."
"Le symbole français de 1965 est, je crois, le premier qui ne se fasse pas faute de l'éliminer !"
(...)
"Il serait troublant de penser qu'une sorte d'avachissement de la pensée théologique puisse tenter certains de se dire qu'au fond ces détails techniques n'ont guère d'importance. Car à quoi bon faciliter l'acte de croire, s'il faut pour cela délester d'une partie de sa substance le contenu même de l'acte de foi ?"
La France Catholique, N° 970 - 2 Juillet 1965.




dimanche 22 décembre 2013

Saint Noël à tous !

Saint Noël à tous !


Nous souhaitons à tous nos lecteurs un saint Noël sous le regard de la Sainte Famille. En raison d'impératifs divers, à moins d'un événement ou d'un article important à publier, le blog va prendre 4 semaines de vacances. Si des prêtres ou des fidèles souhaitent nous joindre, vous pouvez nous écrire sur notre boîte email (cf. onglet contact) que nous consulterons tous les jours, sauf exception. Nous vous répondrons à tous, même si ce n'est qu'un petit mot, dans la mesure du possible.
Nous remercions les 5 personnes qui sont venus se rajouter pour parrainer des prêtres, suite à l'article sur le parrainage. Nous en sommes donc à 45 prêtres parrainés. Merci de vos prières.
N'oublions pas de prier pour la famille de Gabrielle qui est si éprouvée.

samedi 21 décembre 2013

L'abbé Pinaud rejette son appel - les lettres

L'abbé Pinaud rejette son appel - les lettres


Nous remercions le ciel qui a fait prendre cette décision à l'abbé Pinaud. Nous sommes très heureux qu'il rejoigne l'abbé Rioult et qu'il l'aide à bâtir la résistance en France. C'est une grande grâce d'avoir un prêtre de plus pour la France. C'est un beau cadeau de Noël. Nous prions pour que d'autres prêtres les rejoignent bientôt.

Affaire Pinaud: conclusion du procès et rejet de l'appel

M. l’abbé Pinaud a subi huit mois d’isolement et de privation de tout ministère pour s’entendre dire qu’il ne pourrait plus dorénavant offrir le saint sacrifice de la messe. On lui reproche d’avoir corrigé les fautes d’orthographe d’une lettre, d’avoir donné un avis en privé à un confrère qui lui avait demandé conseil et d’avoir pensé qu’on pouvait s’opposer à une autorité qui mettait la foi en péril même si cette autorité s’appelait Mgr Fellay.
Le 15 novembre 2013, la veille de quitter Jaidhof, sa prison ecclésiastique en Autriche, M. l’abbé Pinaud a écrit la lettre qui suit au Supérieur Général.

Lettre de M. l’abbé Pinaud à Mgr Fellay

Monseigneur,
La sentence du 28 octobre 2013 qui me condamne m’a été remise le 8 novembre 2013 par M. l’abbé Frey.
J’en appelle par la présente pour les raisons suivantes :
1° - L’avocat que j’avais choisi a été révoqué sans motif suffisant.
2° - L’action canonique que vous avez entreprise à mon encontre, ainsi que le procès qui a suivi, reposent de façon exclusive sur des courriers privés, sans parler des usurpations d’identité dont j’ai été victime.
3° - L’acte du tribunal me condamnant ne répond que partiellement à ma défense.
4° - La sentence portée est disproportionnée par rapport aux actes incriminés. Si l’on ajoute la circonstance que le Supérieur Général est à la fois juge et partie, elle va scandaliser bien des confrères et des fidèles.
5° - Le point 6 montre que je suis condamné pour avoir tenu les propos suivants lors de ma comparution le 19 octobre 2013 : « En raison des nombreuses concessions qu’elle fait au Concile et aux réformes conciliaires inacceptables, à elle seule, la Déclaration doctrinale du 15 avril 2012 constitue un péril pour la foi qui légitime la révolte, car cette Déclaration doctrinale n’est pas ‘un texte minimaliste’, comme l’écrit Mgr Fellay dans l’éditorial de Cor Unum N° 102. »
La privation de mon avocat m’ayant laissé échapper quelques maladresses, je souhaiterais remplacer le terme « révolte » par celui de « résistance », qui est plus conforme à ma pensée ; mais comment pourrais-je éprouver du regret pour avoir estimé que ce qui favorisait un accord pratique sans accord doctrinal serait un grand malheur pour la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X ?
Avec vous je rends grâce « de ce que nous avons été préservés de toute sorte d’accord l’an dernier ». Mais je ne peux m’empêcher de penser, encore aujourd’hui, que les causes principales qui nous conduisaient au malheur sont d’une part le non-respect des prescriptions du Chapitre de juillet 2006 qui excluaient un accord pratique sans accord doctrinal, et d’autre part le refus de tenir compte des nombreux avis sages et légitimes de ceux qui vous suppliaient de ne pas persister dans cette voie d’un accord pratique. Seule l’opinion favorable à un accord pratique était exposée dans nos publications. Les confrères qui ont manifesté, d’une manière ou d’une autre, leur désaccord ont été repris ou sanctionnés.
De plus, les jugements très défavorables émis par des supérieurs majeurs, qui avaient eu connaissance confidentiellement du contenu de la Déclaration doctrinale du 15 avril 2012, favorisaient de graves soupçons au sujet de concessions inacceptables qui auraient été faites. La publication de cette Déclaration, au printemps 2013, a confirmé ces soupçons. Mgr Tissier de Mallerais m’écrivait le 20 mai 2013 : « Je ne m’étendrai pas sur le contenu du dernier N° de Cor Unum, trop déplorable pour être commenté, trop évidemment insatisfaisant pour être approuvé, trop choquant pour ne pas faire honte à qui de droit. »
Il est clair que toute cette affaire tourne autour des positions doctrinales qui sont exprimées par cette Déclaration du 15 avril 2012, non rétractées lors du Chapitre. Vos déclarations subséquentes, tout en retirant ce texte, ne renient pas son contenu et n’apportent pas les corrections doctrinales nécessaires.
- Maintenez-vous votre acceptation de la nouvelle formule de la Profession de foi et du Serment de fidélité pour assumer une charge exercée au nom de l’Église (DD II, note 1) ?
- Maintenez-vous que la nouvelle messe et les nouveaux sacrements ont été légitimement promulgués par les papes Paul VI et Jean-Paul II (DD III, § 7) ?
- Maintenez-vous que Mgr Lefebvre a accepté en 1988 « la légitimité ou légalité de la promulgation du NOM » (votre note de présentation de la DD publiée dans Cor unum 104) ?
- Maintenez-vous votre acceptation du nouveau Code de 1983 (DD III, § 8) ?
Le fait d’avoir mentionné la Constitution dogmatique Pastor æternus en DD III ne supprime pas l’acceptation de la nouvelle Profession de foi qui a été faite au paragraphe précédent, ni ne lève l’ambiguïté des autres affirmations mentionnées ci-dessus, puisque aussi bien il n’y a aucune ambiguïté dans ces affirmations.
En vous assurant de ma prière, je vous prie d’agréer, Monseigneur, mes respectueuses salutations.

Réponse de Mgr Fellay

Menzingen, le 25 novembre 2013
Monsieur l’abbé,
Votre courrier du 15 novembre par lequel vous faites recours contre la décision du tribunal du 28 octobre m’est bien parvenu. Vous serez informé ultérieurement de la suite qui sera donnée à votre recours.
Comme je vous l’écrivais dans le fax que mon secrétaire vous a fait parvenir le 15 octobre, je vous autorise à prendre deux semaines de vacances dans votre famille. A l’issue de ces deux semaines, je vous demande de vous rendre à Montgardin.
L’exécution de la peine prévue par le jugement du 28 octobre est suspendue de par votre recours. En revanche, ce que je vous signifiais dans le fax du 15 octobre dernier demeure, à savoir que, lors du séjour en famille, vous êtes censé éviter de passer dans nos prieurés et vous contenter de célébrer votre messe en privé.
Soyez assuré de ma prière à vos intentions.
+ Bernard Fellay.

Ultime réponse de M. l’abbé Pinaud

Le 8 décembre 2013
Monseigneur,
Votre réponse à ma lettre du 15 octobre m’est bien parvenue et je vous en remercie.
Les mesures que vous m’imposez n’étant nullement nécessaires à titre conservatoire, je constate qu’elles ont un caractère de peine, ce que va contre la présomption d’innocence.
Je suis condamné avant d’avoir été jugé.
Dans ces conditions arbitraires, mon recours n’a plus d’objet et je m’en désiste.
Vous assurant de ma prière, je vous prie d’agréer, Monseigneur, mes respectueuses salutations.
*
Depuis, Mgr Fellay a appliqué, par contumace, la peine décrétée par M. l’abbé Wuilloud. Mgr Fellay a fait savoir à M. l’abbé Pinaud que ses vacances en famille était finies, qu’il était bien suspens a divinis, qu’il devrait déjà être à Mongardin et qu’il devait donc s’y rendre pour y subir sa peine pour un temps indéterminé…

M. l’abbé Pinaud n’est pas en ce moment à Mongardin et célèbre quotidiennement la messe en privé comme en public.

Bon article sur la croisade du Rosaire de Mgr Fellay

Bon article sur la croisade du Rosaire de Mgr Fellay
par Avila


On peut lire l'article sur le 

Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Il est évident que l'on ne peut s'associer à la croisade du Rosaire de Mgr Fellay. C'est un piège cousu de fil blanc qui va nous amener probablement aux alentours de la Pentecôte prochaine (date donnée pour la fin de la croisade) à une entourloupe romano-fellaysienne. Remarquez le choix de la Fête de la Pentecôte. On attribuera ainsi ce qui se passera avec Rome à l'action du Saint-Esprit.
Bien sûr, le fait que nous ne nous associons pas à la croisade ne signifie pas pour autant qu'il faille moins prier. Mais de même que nous ne pouvons pas prier en communion avec François, nous ne pouvons pas non plus prier en communion avec Mgr Fellay qui défend l'herméneutique de la continuité de façon déguisée, qui donne des intentions si douteuses que la deuxième intention de cette croisade et qui se comporte comme il s'est comporté depuis 2012.

Nous avons bien aimé la réflexion du prêtre à Avila qui ajoute, un peu plus bas dans le fil de sa conversation, sous son article :
"Un prêtre me faisait remarquer aujourd'hui que l'expression Retour de la Tradition dans l’Église peut être lue de deux façons aussi néfastes lune que l'autre :

- soit Tradition signifie le dépôt sacré, alors il est absurde de prétendre que cette Tradition doive retourner dans l’Église car l’Église, la vraie, (pas la conciliaire), ne peut perdre sa Tradition. Quant à l’Église conciliaire elle ne peut retrouver aucune Tradition mais seulement disparaître par la conversion de ses membres à la vraie doctrine catholique ;
- soit Tradition signifie les groupes de fidèles catholiques attachés à la Tradition, en ce cas cette expression Retour de la Tradition dans l’Église témoignerait de ce que ces fidèles sont hors de l’Église catholique. Alors cette expression est dangereuse car les catholiques fidèles à la Tradition millénaire de l’Église sont dans l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique. 
Que ce soit donc dans un sens ou dans l'autre, cette intention de prières est scandaleuse, absurde et dangereuse."


Deux nouvelles chapelles de Résistance : Paraguay et Uruguay - Ce que peut faire un séminariste

Deux nouvelles chapelles de Résistance : Paraguay et Uruguay
Ce que peut faire un séminariste résolu, 
avec l'aide de Dieu

L'abbé Faure et un ex-séminariste de La Reja (séminaire de la FSSPX) qui ira bientôt rejoindre le séminaire dans le Kentucky ont contribué à ce que toute une chapelle réalise que la néo-FSSPX de Mgr Fellay n'est plus la FSSPX de Mgr Lefebvre. Les paroissiens ont écrit à l'abbé Bouchacourt, supérieur du district d'Amérique du Sud. 

Pour voir la suite, cliquer ici



Traduction de Cristera en anglais :
By this letter, we address you, and through you, to the Superiors of the SSPX, to communicate that, due to recent events and statements made by the SSPX members, we can see a clear change of direction relative to the doctrine that we knew years back, which was the reason for our adherence to the Society. 
For reasons of faith, which we must keep and preserve, faith grounded in the Catholic doctrine of always, transmitted by the Founder, Archbishop Lefebvre, those who sign bellow commend our spiritual direction to the priests of the called “Catholic Resistance”, to avoid the dangers of apostate Rome.
Any programming apostolate in Ciudad del Este, with whom we have diametrical differences, becomes therefore unviable, in spite of our personal will, at least until the old conditions and guarantees be restored. 
It only remains for us now to thank you and every one of the SSPX priests… etc.

Fidèles de la nouvelle chapelle en Uruguay 
avec l'abbé Cardozo


jeudi 19 décembre 2013

Que penser de l'éditorial de l'abbé de Cacqueray de la lettre aux amis et bienfaiteurs n°81 ?

Que penser de l'éditorial de l'abbé de Cacqueray de la lettre aux amis et bienfaiteurs n°81 ?

Voir la note ajoutée le 23 décembre 2013, à la fin de l'article.


Ce texte est beau et bien écrit, comme tous les textes de l'abbé de Cacqueray. Il exprime des pensées élevées et très vraies (1). Mais pour nous, il reste lettre morte. Tant que Monsieur l'abbé de Cacqueray ne cessera pas d'accréditer Mgr Fellay et de le défendre, nous nous méfierons de lui, même s'il tient des propos très édifiants. Quelle crédibilité accorder à un chef qui accuse publiquement les bons de faire le jeu du démon et qui fait prospérer les mauvais et les accordistes aux postes de commande ? Un passage a particulièrement retenu notre attention. Le voici : Il ne nous faut pas nous rendre sur des lieux de messe où nous ne trouverons pas et la vraie messe et la vraie doctrine. Comme les Vendéens n’assistaient pas aux messes des prêtres jureurs, n’assistons pas aux messes des prêtres qui ne s’opposent pas clairement et publiquement aux erreurs du concile Vatican II.
L'abbé de Cacqueray sait pourtant pertinemment que dans nombre de ses prieurés, en France, on ne dénonce pas clairement ni publiquement les erreurs de Vatican II. Dans la plupart d'entre eux, on n'en parle pas. Certains prêtres accordistes, pour qu'on ne puisse pas le leur reprocher, parlent de temps en temps contre Vatican II... Mais de quelle manière ! La critique dans ce cas est tournée de façon confuse. 
Et si ce n'était que cela... Il ne faut pas oublier que des prêtres de France de la FSSPX ont défendu Assise III, ont dit qu'ils étaient prêts à célébrer la nouvelle messe, ont défendu la canonisation de Jean-Paul II, etc. ! Monsieur l'abbé de Cacqueray sait cela mieux que nous. Il n'a pas sanctionné ces prêtres qui ont souvent des postes de responsabilité au sein du district. Les prêtres peu fiables se comptent par dizaines. Qu'il les dénonce publiquement et qu'il mette les fidèles en garde contre eux, s'il n'a pas le droit de les renvoyer (ce qui nous étonnerait. Mais comme des bruits circulent, disant qu'il ne fait pas ce qu'il veut, nous le précisons). S'il ne peut diriger son district comme il l'entend, qu'il le quitte et qu'il rejoigne la Résistance ouverte. S'il est vraiment sincère, qu'il ne reste pas à collaborer avec l'ennemi.
Alors pour une fois, Avec l'Immaculée va conseiller d'obéir à l'abbé de Cacqueray : nous demandons à nos lecteurs, à la suite du supérieur de district de France, de quitter les messes de tous ces prêtres dangereux qui appartiennent à la Fraternité saint Pie X, d'aller trouver ceux qui tiennent encore la route et qui y voient clair mais qui craignent à juste titre de se faire chasser de la Fraternité, s'ils parlent. Il faut réconforter ces prêtres, leur montrer que nous sommes là pour assurer l'intendance et agir. Chaque jour qui passe est un jour de perdu et met davantage en danger ces prêtres et nous autres, fidèles. Et étant donné que l'abbé de Cacqueray soutient Mgr Fellay qui soutient Vatican II, qu'il soutient cet évêque dont la doctrine n'est pas sûre du tout, nous conseillons également aux fidèles d'éviter les messes de l'abbé de Cacqueray qui ne dénonce pas clairement et publiquement celui qui veut mettre toute la Fraternité à l'ombre de Vatican II, Mgr Fellay.
Si l'abbé de Cacqueray reconnaissait ses torts, dénonçait clairement Mgr Fellay et rejoignait la résistance ouverte, il sait qu'il serait bien accueilli. Nous ne sommes pas rancuniers et nous ne refuserons aucun nouveau venu dans la Résistance, du moment que son discours respecte les règles du est, est, non, non. Cependant, pour l'instant, l'attitude de l'abbé de Cacqueray est double. Il est possible qu'il parle ainsi pour faire croire qu'il est très traditionnel et pour empêcher de bouger certains de des prêtres de France qui se demandent s'ils doivent quitter ou non la Fraternité. Jusqu'à preuve du contraire, c'est de cette façon que nous interprétons cet éditorial, à cause de la phrase que nous avons citée. Parce que nous savons qu'il sait ce qui se passe dans ses prieurés. Et donc cette phrase n'est pas logique, car dans sa bouche, elle ne signifie pas qu'il faille rejoindre la Résistance. Alors qu'est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que l'abbé de Cacqueray considère officiellement que la Fraternité défend la bonne doctrine. Ce qui est faux. Il réaffirme donc une fois de plus ici implicitement que la ligne de la Fraternité n'a pas changé, comme il l'avait déjà fait dans sa lettre aux amis et bienfaiteurs n°80.
L'abbé de Cacqueray retient les bons prêtres d'agir par ses propos énergiques dit en privé, propos que tout le monde se répète plein d'espoir, depuis 18 mois, sous le manteau. Il a fait de fausses promesses. Il retient les prêtres par des textes comme cette dernière lettre. Le bon prêtre encore un peu indécis se dit : Quand même, il parle bien... Il est énergique... Il est surnaturel.... Ce sont des paroles à poigne... Cela serait ridicule de bouger avec un supérieur qui pense si bien... Et le tour est joué. Le bon prêtre, encore un peu plus affaibli, n'a pas la force de bouger, se dit que les choses ne sont pas assez nettes et c'est reparti pour quelques mois supplémentaires d'inertie, jusqu'à ce qu'à force d'avaler de plus en plus de couleuvres, le prêtre se résigne à les avaler toutes. 
Quelles que soient les intentions, bonnes ou mauvaises, de l'abbé de Cacqueray, le résultat est catastrophique pour la France. Si nous étions complices de Mgr Fellay et que nous étions Supérieur du district de France, nous n'agirions pas différemment de lui. C'est la façon la plus fine, la plus intelligente, la plus psychologue, la plus dialectique, la plus efficace pour tuer toute réaction en France et l'anesthésier définitivement. Ne nous laissons pas prendre par ses belles paroles sans cesse démenties par les faits. 
Si nous obéissions à la lettre au Supérieur du district et que nous quittions tous les prieurés où Vatican II n'est pas clairement et publiquement attaqué, il y aurait au moins la moitié des chapelles de la Fraternité en France qui devraient se vider entièrement. L'abbé Rioult ne saurait plus où donner de la tête et devrait desservir 10 000 personnes, au bas mot. Cela n'encouragerait-il les bons prêtres encore hésitants à sortir, si demain 10 000 tradis quittaient les chapelles pour obéir à l'abbé de Cacqueray et réclamaient un prêtre de la Résistance ? 
Mais il ne faut plus se contenter de lutter contre Vatican II. Plus que des prêtres qui luttent clairement et publiquement contre Vatican II, nous prions pour avoir des prêtres qui dénoncent clairement et publiquement ceux qui veulent mettre la Fraternité sous la coupe de Vatican II et de la hiérarchie conciliaire maçonnique par les six conditions édictées le 14 juillet 2012 et par l'insinuation masquée qu'ils font, çà et là, de la doctrine de l'herméneutique de la continuité. 

(1) Note ajoutée le 23 décembre 2013 : les pensées de l'abbé sont vraies ... sauf sur le fait qu'il faille participer à la croisade du Rosaire de Mgr Fellay. La deuxième intention est rédigée de façon ambiguë et Mgr Fellay nous réserve très probablement aux alentours de la Pentecôte une nouvelle embrouille avec Rome.

40 prêtres sont maintenant parrainés.

40 prêtres sont maintenant parrainés


Avec l'Immaculée remercie beaucoup les personnes qui discrètement, chaque semaine, viennent ajouter un clic en haut de la colonne de droite pour parrainer un prêtre de la Résistance. Cela montre que de plus en plus de personnes sont prêtes à s'investir pour nos prêtres et veulent la constitution d'une Résistance sérieuse. Nous sommes persuadés de l'efficacité de ces prières. Ceux qui voudraient se rajouter aux 40 personnes peuvent consulter les conditions de parrainage dans l'onglet du haut de la page. Dans l'idéal, il faudrait environ 100  à 125 personnes pour que chaque prêtre susceptible de nous rejoindre un jour soit parrainé. Voici quelques belles citations sur le prêtre que nous avons trouvées ici et là, afin de nous encourager à prier pour eux. 

Abbé V.-A. Berto à un séminariste

On dit souvent que le coeur du prêtre est semblable au coeur des mères, comme si l’on voulait dire que le coeur des mères est le modèle parfait, auquel ressemble le coeur des prêtres jusqu’à parfois l’égaler. C’est le contraire qui est vrai. Le modèle, le modèle parfait et supérieur à tout, c’est le coeur d’un prêtre, j’entends d’un vrai prêtre. Et l’amour qui est dans le coeur, qui y est venu de Jésus, qui est l’amour même de Jésus se servant de ce coeur pour aimer, cet amour est si fort et si tendre, si discret et si incoercible, si violent et si doux, si humain et si divin, que l’amour même des mères n’en paraît plus qu’une imparfaite imitation.
Puissiez-vous, après avoir été ainsi aimé, aimer ainsi ! Puissiez-vous goûter les inénarrables tourments et les inénarrables délices de cet Amour éternel et infini qui, lorsqu’il lui plaît d’envahir le coeur tout offert d’un prêtre, lui fait éprouver sur les âmes des joies au-delà des joies des mères, et des douleurs au-delà de leurs douleurs !

Paroles du saint Curé d'Ars sur le prêtre

« L’Ordre : c’est un sacrement qui ne semble regarder personne parmi vous et c’est un sacrement qui regarde tout le monde. »

« C’est le prêtre qui continue l’œuvre de Rédemption sur la terre. »

« Quand vous voyez le prêtre, pensez à Notre-Seigneur Jésus-Christ. »

« Le prêtre n’est pas prêtre pour lui, il est pour vous. »

« Allez vous confesser à la Sainte Vierge ou à un ange. Vous absoudront-ils ? Vous donneront-ils le corps et le sang de notre Seigneur ? Non, la Sainte Vierge ne peut pas faire descendre son divin Fils dans l’hostie. Vous auriez deux cents anges là qu’ils ne pourraient vous absoudre. Un prêtre, tant simple qu’il soit, le peut. Il peut vous dire : Allez en paix, je vous pardonne. »

« Oh ! que le prêtre est quelque chose de grand ! »

« Un bon pasteur, un pasteur selon le cœur de Dieu, c’est là le plus grand trésor que le bon Dieu puisse accorder à une paroisse, et un des plus précieux don de la miséricorde divine. »

« Le Sacerdoce, c’est l’amour du cœur de Jésus. »

« Laissez une paroisse vingt ans sans prêtre : on y adorera les bêtes. »