vendredi 29 mars 2013

Lettre ouverte aux prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X - Mgr Williamson. Commentaires pratiques sur l'action à suivre.


Lettre ouverte aux prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X
par Mgr Williamson

Commentaires pratiques sur l'action à suivre 
par Avec l'Immaculée


Mgr Williamson au monastère de Santa Cruz, jeudi saint 2013

Note du 22 septembre 2013 : Ceux qui viennent sur cet article par le lien de tradinews, sachez qu'il s'agit en fait d'un autre article auquel Mgr Williamson fait allusion dans son CE n°323 du 21 septembre 2013. Voici le lien vers l'article en question qui s'intitule : Devons-nous quitter les chapelles de la FSSPX ?

Chers révérends Pères,

La récente publication de la Déclaration doctrinale, adressée par le Conseil général de la Fraternité Saint-Pie X aux autorités de l'Eglise de Rome le 15 avril de l'année dernière, confirme nos pires craintes. Nous avons attendu presque un an pour savoir ce qu'elle contient. Cela prouve une fois pour toutes que les Supérieurs actuels de la Fraternité Saint-Pie X veulent conduire celle-ci loin de l'orientation définie pour elle par Mgr Lefebvre, et vers les idées et les idéaux du Concile Vatican II. 


Si occupés que vous soyez par votre ministère quotidien, cela doit vous préoccuper parce que cela signifie que les âmes confiées à vos soins, sont amenées, par votre intermédiaire, sous l'autorité de supérieurs désirant les conduire, ainsi que vous-mêmes, vers et même au coeur de l'apostasie des temps modernes. Nous rappelons que ce sont les supérieurs qui font les sujets et que cela ne fonctionne pas dans le sens contraire. N'avons-nous pas observé de bons prêtres de la fraternité, l'un après l'autre abandonner la combat de la foi comme nous savons que Mgr Lefebvre l'a mené et se mettre à suivre au contraire le courant, le courant très fort et très différent qui vient depuis maintenant quelques années de la tête de la Fraternité Saint Pie X ?

Une analyse détaillée confirme le danger de chacun des dix paragraphes de la Déclaration, comme il est indiqué brièvement ci-dessous : 


I. La fidélité promise à « l'Église catholique » et au « Pontife romain » peut facilement être mal orientée aujourd'hui vers l'Église conciliaire en tant que telle, et envers les pontifes conciliaires. Des distinctions sont nécessaires pour éviter toute confusion.


II. L'acceptation des enseignements du Magistère, conformément à Lumen Gentium n ° 25 peut être facilement comprise, particulièrement lorsqu'elle est en relation avec la Profession de foi de Rome de 1989 mentionnée en note de la Déclaration, comme exigeant l'acceptation des doctrines de Vatican II.

III. L'acceptation de l'enseignement du Concile Vatican II sur  le Collège des Évêques tel qu'il figure dans Lumen Gentium, chapitre III, est, en dépit de la "Praevia Nota", une étape importante vers l'acceptation de la collégialité conciliaire et la démocratisation de l'Eglise.

III, 2. La reconnaissance du Magistère comme seul interprète authentique de la Révélation fait courir à la Tradition un risque grave de la soumettre au Concile, surtout quand toute interprétation de rupture entre les deux est automatiquement rejetée (cf. III, 5).

III, 3 La définition de la Tradition comme "transmission vivante de la Révélation" est hautement ambiguë, et son ambiguïté ne fait qu'être confirmée par des mots vagues sur l'Église, et par la citation tout aussi ambiguë de Dei Verbum n°8, qui suit.

III, 4 La proposition affirmant que Vatican II "éclaire" la tradition en "l'approfondissant" et en la rendant plus "explicite", est tout à fait hégélienne (depuis quand les contraires s'expliquent-ils et ne s'excluent-ils pas l'un l'autre ?), et elle risque de falsifier la Tradition en la  déformant pour qu'elle s'adapte aux multiples erreurs du Concile.

III, 5 L'affirmation selon laquelle les nouveautés de Vatican II doivent être interprétées à la lumière de la Tradition, mais qu'aucune interprétation impliquant une rupture entre les deux n'est acceptable, est de la folie ([cela revient à dire:] Toutes les chemises  doivent être bleues, mais toute chemise qui n'est pas une chemise bleue doit être tenue pour bleue !). Cette folie n'est autre que "l'herméneutique de la continuité" de Benoît XVI.

III, 6 Donner crédit aux nouveautés de Vatican II en les présentant comme étant un sujet légitime de débat théologique est gravement sous-estimer leur nocivité. Elles ne sont bonnes qu'à être condamnées.

III, 7 Le jugement selon lequel les rites sacramentels nouveaux ont été promulgués légitimement est gravement trompeur. Le Novus Ordo Missae, particulièrement, est bien trop dangereux pour le bien commun de l'Église pour qu'il soit une vraie loi.

III, 8 La "promesse de respecter" comme loi de l'Église  le Nouveau Code de Droit Canonique est la promesse de respecter un certain nombre de 
supposées lois directement contraires à la doctrine de l'Église.

Révérends Pères, celui qui étudie ces dix paragraphes dans le texte original ne peut que conclure que leur auteur ou les auteurs ont renoncé à la lutte de Mgr Lefebvre pour la Tradition, et qu'ils se sont ralliés, en esprit, à Vatican II. Voulez-vous vous-même et votre troupeau être façonnés par ces Supérieurs?

Qu'il ne soit pas dit non plus que les deux premiers et les trois derniers des dix paragraphes sont largement tirés du propre protocole de Mgr Lefebvre du 5 mai 1988, de sorte que la Déclaration lui est fidèle. Il est bien connu que le 6 mai, il a rejeté ce protocole parce qu'il a reconnu lui-même qu'il faisait trop de concessions pour que la Fraternité soit en mesure de continuer à défendre la Tradition.

Une autre erreur est de dire que le danger est passé parce que la Déclaration a été "retirée" par le Supérieur général. La Déclaration est le fruit empoisonné de ce qui est devenu un état d'esprit 
libéral au sommet de la Fraternité, et cet état d'esprit n'a pas été reconnu, et encore moins rétracté.

Une troisième idée fausse est de dire que, puisque aucun accord n'a été signé avec les apostats de Rome, alors il n'y a plus de problème. Le problème est moins l'accord que le désir de tout accord qui accorde une reconnaissance officielle à la Fraternité, et ce désir est toujours bien là. A la suite du monde moderne et de l'Eglise conciliaire, les supérieurs de la  Fraternité semblent avoir perdu leur attachement à la primauté  de la vérité, particulièrement la vérité catholique.

Révérends Pères, "ce qui ne peut être guéri doit être enduré." Les dirigeants aveugles sont un châtiment de Dieu. Cependant, le moins que vous puissiez faire vis-à-vis de cette déclaration désastreuse est de l'étudier par vous-mêmes avec tout ce qui l'a précédée, sinon vous perdrez votre Fraternité sans vous en rendre compte, tout comme la masse des catholiques ont perdu leur Eglise avec Vatican II, et ne l'ont pas compris. Puis, après avoir clairement vu la catastrophe dans votre esprit, vous devez dire la vérité à votre troupeau de la Fraternité, à savoir le danger dans lequel vos supérieurs mettent leur foi et par là leur salut éternel.

A nous tous, membres de cette Fraternité que Mgr Lefebvre  a faite forteresse mondiale de la foi, le Seigneur est en train de  poser la question de Jean, VI, 67: "Voulez-vous aussi me quitter ?"

A tous et à chacun j'envoie volontiers ma bénédiction épiscopale. Votre serviteur dans le Christ,


+ Richard Williamson, Nova Friburgo, Jeudi Saint, 2013



Commentaire d'Avec l'Immaculée :

Avec l’Immaculée remercie chaleureusement Mgr Williamson de dire aux prêtres de parler contre cette mauvaise déclaration. 

Les deux derniers paragraphes de la lettre de Mgr Williamson nous amènent à faire quelques considérations pratiques, au niveau de l’action.

Imaginons ce qui risque de se passer à présent : 

En effet, si les prêtres anti-accordistes de la FSSPX doivent être prêts à supporter les mauvais chefs de Menzingen, du moment qu’on ne les empêche pas de parler et de prêcher entièrement la vérité autant qu’il le faut, les mauvais Supérieurs, eux, ne sont pas prêts à supporter des prêtres qui les critiquent sans cesse ouvertement. Que va-t-il donc se passer après le sermon que les bons prêtres auront fait pour dénoncer cette déclaration doctrinale inacceptable ? La même chose qu’avec les abbés Pinaud et Salenave. Ils vont se faire muter par Menzingen, parfois à l’étranger. On va les couper d’internet (qui est souvent pour eux un fort soutien moral) et l’on va surveiller les communications qu’ils ont avec l’extérieur. On va également leur retirer leur apostolat. On va donc réduire ou arrêter complètement leur apostolat et leur influence.

On va ensuite mettre le plus longtemps possible pour instruire le dossier de leur procès canonique et pendant ce temps on espérera qu'ainsi isolés, ils changent d’avis et « reconnaissent leurs torts ». On leur enverra des confrères accordistes pour les endoctriner, ils seront mis sous pression. Pendant ce temps, les fidèles seront sans bons prêtres car ceux-ci auront tous été réduits au silence… Et ces bons prêtres seront soumis à une très rude épreuve.

Attention donc à ne pas tomber dans le piège du légalisme qui serait de vouloir aller au procès et obéir aux sanctions des supérieurs.

Oui, il faut parler, mais quand Menzingen fera pleuvoir les sanctions, il faudra les refuser, car si ces prêtres acceptent de les suivre :

1) Ils se mettront en danger d’être retournés par l’influence accordiste continuelle sous laquelle ils seront placés. Il faut se défier de soi-même. Si Dieu donne les grâces pour résister aux mauvaises influences auxquelles on est soumis malgré soi et par contrainte, il est à craindre qu’Il ne donne pas ses grâces quand c’est la personne elle-même qui se place sous une mauvaise influence qu’elle pourrait éviter en en prenant les moyens… Il est à craindre qu’il se passe pour certains  prêtres ce qui s’est passé pour Saint Pierre, lequel s’est imprudemment avancé jusque dans la cour du Sanhédrin et a renié Jésus alors qu’il était si fervent et si fougueux, quelques heures auparavant. Saint Pierre a trop présumé de ses forces. Il s’est mis en milieu hostile et il n’a pas tenu…

2) En obéissant aux sanctions, les prêtres se mettront de nouveau en situation de ne pas pouvoir accomplir leur devoir de prêtre en étant de nouveau réduits au silence. Or Notre Seigneur ne demande pas de prêcher la vérité seulement une fois, mais à temps et à contretemps. La foi s’entretient chez soi et chez les fidèles par des soins continuels, surtout au moment où elle est le plus attaquée. Or, les sanctions de Menzingen et le procès ne viseront qu’à une seule chose : réduire ces prêtres au silence de gré ou de force (en essayant de les retourner ou en les sanctionnant et en leur retirant leur apostolat). 

3) Notons qu'une autre possibilité n'est pas à exclure : que Menzingen décide de ne pas réagir aux sermons contre la Déclaration du 15 avril. Dans ce cas, il ne faudra pas être décontenancé, il faudra continuer à prêcher ouvertement et publier sur gloria tv et ailleurs. Nous attendons toutes les études qui seront faites de cette déclaration. Il y a au moins matière à 10 sermons pour démonter toutes les erreurs et pour commenter de façon exhaustive tous les tenants et aboutissants de ce texte. Donc si Menzingen ne réagit pas, il faut en profiter et partir pour une série de sermons, jusqu'à ce que toutes les erreurs soient expliquées en détail une à une.

Revenons à l'hypothèse la plus probable : Menzingen décide de réagir. On pourrait faire quelques objections :

Si je ne me soumets pas au droit de l’Eglise en refusant d’aller au procès, ne me mets-je pas en tort vis-à-vis de Dieu ?

Non, car Mgr Lefebvre nous a enseigné que la loi suprême de l’Eglise est le salut des âmes : salus animarum, suprema lex. Si le prêtre met en danger son âme et celle des fidèles en se soumettant aux sanctions, il doit refuser de s’y soumettre. Or, il met bien en danger son âme en s’exposant à être «retourné» et il met en danger l’âme des fidèles en se faisant réduire au silence pour une durée indéterminée qui sera assez longue. De plus, s'il se soumet à la sentence du procès, il met encore davantage en danger l’âme des fidèles en décidant de se taire pour toujours sur le danger le plus prochain et donc, le plus dangereux pour eux : Mgr Fellay et la nouvelle tendance du Chapitre général.

Jésus n’a-t-il pas accepté de se faire juger par des juges iniques : Ponce-Pilate, Caïphe ? Pourquoi n’imiterai-je pas mon Maître ?
Parce que votre heure n'est pas encore venue.

Pourquoi notre heure n’est-elle pas venue à nous aussi, prêtres, d’aller nous immoler et de souffrir pour les âmes ? Notre obéissance n’aura-t-elle pas une valeur rédemptrice ?
Non, c’est une tentation sous apparence de bien. Pour s’en convaincre, nous devons regarder ce qu’ont fait deux personnes qui étaient très proches de Jésus : Saint Pierre et Saint Paul. Saint Pierre s’est enfui de la prison où Hérode le retenait prisonnier grâce au secours d’un ange. Et Saint Paul s’est laissé transporter dans un panier le long des murailles de Damas pour fuir la persécution de cette ville. Jésus lui-même, alors que son heure n’était pas encore venue, s’est échappé plusieurs fois des mains des juifs et des pharisiens. Pourquoi ? Parce que la règle est qu’il faut faire son devoir d’état avant tout, c’est là qu’est la volonté de Dieu. Or le devoir d’état du prêtre, de l’apôtre, outre dire la messe, est de sauver le plus d’âmes possible par sa prédication. Si donc l’obéissance à des sanctions empêche le prêtre de faire son devoir d’état, il faut refuser ces sanctions, car : salus animarum, suprema lex. 

C’est pour cela que St Athanase s’est fait excommunier et a refusé d’obéir. Il n’a pas prêché uniquement une fois et puis s’est tu, se disant : ça y est, j’ai accompli mon devoir, maintenant les gens savent ce que je pense… Non, il a continué de prêcher sans se lasser et a construit la Résistance catholique contre l'hérésie. Mgr Lefebvre de même. Il n’a pas prêché qu’une seule fois et il ne s’est pas soumis aux jugements du pape. Mgr Lefebvre n’a jamais accepté de se laisser réduire au silence pour une période indéterminée. Pourquoi ? Parce que Dieu n’attend pas, le devoir n’attend pas et les âmes non plus n’attendent pas…

Donc oui, chers prêtres, parlez ! Mais que ce ne soit pas pour vous faire encore davantage réduire au silence par la suite. Pensez aux âmes… Et donc après avoir parlé, il faudra prévoir de sortir de la Fraternité et refuser d’aller au procès intenté par Mgr Fellay. 

Comment vous soumettriez vous à la sentence d’un homme lui-même très gravement coupable devant Dieu et dans l’illégalité, puisqu’il a tenté de court-circuiter la décision du Chapitre de 2006 en allant signer à Rome, le 13 juin 2012, alors qu’il avait promis qu’il consulterait auparavant le Chapitre ? Or on sait que le Chapitre a plus de pouvoir que le Supérieur. L’un de vos confrères a fait une recherche bien documentée à ce sujet. Mgr Fellay s’est mis dans l’illégalité la plus totale, sans compter tous les mensonges qu’il a proférés depuis un an. Mgr Fellay n’est pas convertissable, sauf par un miracle. Il lit depuis un an nos sites de résistance sans changer d’avis.

Par contre, il a donné des preuves répétées d’un talent incontestable d’acteur, d’habileté dans la manipulation et la dissimulation. Il saura vous regarder profondément, d’un regard intense et doux et il vous dira, les yeux dans les yeux, avec un sourire un peu souffrant : « Voyons, Monsieur l’abbé, comment avez-vous pu croire tous les mensonges que l’on a proféré sur moi ? J’aime la Fraternité, je donnerais mon sang pour elle ! Comment pouvez-vous croire que je sois prêt à la brader ou même à la mettre en danger ? Bien sûr que Vatican II est une catastrophe ! Je suis entièrement d’accord avec vous ! Mais avez-vous pensé à la détresse des âmes qui nous appellent dans l’Eglise conciliaire ? etc. »

Avec l’Immaculée voit la scène d’ici et craint beaucoup que  des bons prêtres ne se retrouvent troublés…

Voyez les paroles inacceptables que le Supérieur général a écrites dans la Déclaration doctrinale du 15 avril 2012. Mgr Fellay a-t-il encore l’esprit de la Fraternité ? Non. Ces paroles ne sont pas défendables doctrinalement. Ce texte est une véritable trahison et nous découvre un Supérieur qui ne possède plus la vraie doctrine. Quel droit aurait à vous juger et à vous commander un homme qui ne possède plus la vraie doctrine de Notre Seigneur ? Aucun. Absolument aucun droit. Seule la vérité a des droits et seuls ceux qui défendent la vérité peuvent prétendre à être obéis, quand cette obéissance n’empêche pas d’accomplir la volonté de Dieu. Il y a également d’autres arguments pour désobéir aux sentences de Mgr Fellay, vous les trouverez dans notre article du 27 mars 2013.

Voici cependant deux autres arguments nouveaux et intéressants, pour mieux comprendre qu’on ne peut plus se soumettre aux sanctions de Menzingen :

Le premier est donné par l’extrait d’un courrier d’un prêtre de la résistance. Nous avons reçu ce courrier suite à notre article du 27 mars disant de refuser les sanctions. Voici ce qu’écrit ce prêtre :

« (…) On raconte, dans les livres des Maccabées qu'il y avait deux attitudes de la part des Israélites résistants à l'ennemi : un groupe (le groupe des Maccabées), qui s’est battu quand il a été attaqué le samedi. Un autre groupe, très respectueux de la loi du sabbat, qui ne s’est pas défendu. Ceux du second groupe ont été totalement anéantis avec leurs familles. Ceux qui ont combattu le samedi ont sauvé Israël. (1 Mac 2, 31-41 )

Très important, vers. 40 : "Et ils se dirent les uns aux autres : si nous faisons tous comme ont fait nos frères, et si nous ne combattons pas contre les nations pour notre vie et pour nos lois, ils nous extermineront bientôt du pays."

L'Ecriture ne critique pas ou ne loue pas l'attitude des « légalistes » (…), mais l’Ecriture loue grandement les Maccabées.

L'Ecriture Sainte vous donne raison.
[ndlr : mis en gras par le prêtre] (…) »

Le deuxième argument, capital à notre avis, est que dans un nombre non négligeable de chapelles de la Fraternité, les prêtres sont tous accordistes ou totalement silencieux. Les fidèles qui assistent à la messe dans ces chapelles n’ont parfois pas de solution de rechange (tout le monde n’habite pas en région parisienne ou près d’Avrillé). Ces fidèles ont à présent des problèmes de conscience. En effet, Mgr Lefebvre disait qu’il ne fallait plus aller aux messes de la Fraternité Saint Pierre, même s’ils célébraient la bonne messe, pour ne pas se faire contaminer par un esprit libéral et pour garder l’esprit de combat contre l’erreur. Actuellement, dans notre Fraternité, tous les prêtres qui suivent Mgr Fellay sans rien dire approuvent, tacitement au moins, cette Déclaration pire que celle de la Fraternité saint Pierre. D’ailleurs deux prieurs sont allés voir le supérieur d’un District en disant qu’ils étaient prêts à célébrer le Novus Ordo Missae, aux dires de La Sapinière. 

La question qui se pose à présent est la suivante :

Les fidèles peuvent-ils en âme et conscience continuer d’aller à la messe de tels prêtres sans mettre en danger leur foi et celle de leurs enfants ? 

S’ils décident de ne plus aller à la Messe de ces prêtres ralliés dans l’âme et peu sûrs doctrinalement, où vont-ils aller ? Et s’ils décident de continuer à aller à ces messes car ils ne veulent pas être privés pour une durée indéterminée de sacrements, ne mettent-ils pas leur foi en danger ? Mgr Lefebvre aurait répondu que oui... De plus en plus de personnes se retrouvent donc acculées à choisir entre deux maux : vivre sans sacrements et lire la Messe à la maison en famille ou bien désobéir à l’esprit des consignes données par Mgr Lefebvre vis-à-vis de la Fraternité St Pierre et aller mettre leur âme sous l’influence de prêtres libéraux. 

Il semble à Avec l’Immaculée que les couvents, les 41 prêtres de la sapinière et tous les prêtres non-accordistes du monde entier doivent réfléchir très sérieusement à ce problème qui devient pressant.

Il est clair qu’il y a à présent un nouvel état de nécessité, au sein même de la Fraternité. L’abbé Pfeiffer, comme vous le savez probablement, a dit qu’il ne fallait plus aller aux messes de la Fraternité depuis la publication de ce préambule doctrinal. A-t-il eu raison de le dire, étant donné que cela accule les fidèles du monde entier à être privés de sacrements ? Nous ne le savons pas. Ce que nous savons par contre, c’est que l’abbé Pfeiffer est logique avec lui-même, conforme à l’esprit de Mgr Lefebvre et qu’il se contente de répéter les paroles du fondateur de la Fraternité Saint Pie X, lorsqu’il critiquait la Fraternité Saint Pierre, paroles qui s'appliquent très bien à notre cas, puisque Mgr Williamson montre que l'argument selon lequel Mgr Fellay n'a rien signé est fallacieux…

La solution, l’unique solution à ce dilemme est que les prêtres parlent ouvertement, sortent de la Fraternité et fondent en France et dans le monde la Résistance catholique, pour reprendre l'expression de notre cher abbé Girouard. Le nombre de 50 prêtres résistants s'élèvera vite à 100 prêtres, quand les 50 prêtres parleront, à condition que tous leurs  sermons et articles soient publiés et accessibles facilement. (Nous comptons sur les bons fidèles de chaque prieuré pour enregistrer les sermons. Prenez avec vous ce qu’il faut avant de partir à la messe, à partir de ce dimanche de Pâques : camera etc.) Il serait également indispensable qu'un prêtre de la Résistance fasse un bulletin papier envoyé par voie postale, pour pouvoir atteindre les personnes qui n'ont pas internet.

A 100 prêtres, on peut couvrir les besoins de sacrements du monde entier. Par contre rester silencieux ou se soumettre aux sanctions de Menzingen signifie laisser les âmes des fidèles dans une détresse réelle. Il n’y a plus à hésiter, le texte de cette déclaration est là, sous nos yeux… 

Pour reprendre les mots de Mgr Williamson, chers prêtres, Jésus vous demande si vous allez le quitter Lui aussi. Pour ne pas quitter Jésus ni le soin du salut des âmes dont vous avez la charge, vous allez probablement devoir quitter extérieurement la structure de la Fraternité. Mais c'est en la quittant (extérieurement seulement et pas en réalité) que vous retrouverez son âme véritable. Exactement comme Mgr Lefebvre a quitté en apparence l'Eglise alors qu'en réalité, c'est en s'en faisant chasser extérieurement qu'il y a été uni, plus que jamais. 

Que Notre Seigneur, en ce Vendredi Saint, nous donne à tous sa grâce… 

Note : 
Voici l'original de la lettre de Mgr Williamson en anglais :

Reverend and dear Fathers,

The recent publication of the Doctrinal Declaration, addressed by the General Council of the Society of St Pius X to the Church authorities in Rome on April 15 last year, confirms our worst fears. We waited for nearly a year to know what it contains. It proves once and for all that the present leadership of the Society of St Pius X means to lead it away from the direction set for it by Archbishop Lefebvre, and towards the ideas and ideals of the Second Vatican Council.

However busy you may be with the daily ministry, this is bound to concern you because it means that the souls under your care are, through you, coming under Superiors meaning to lead them and yourselves towards, even into, the great apostasy of modern times. We recall that it is Superiors who mould their subjects and not the other way around – have we not observed a number of good Society priests, one after another, giving up the fight for the Faith as we know Archbishop Lefebvre led it, and instead going with the flow, with the strong and very different current flowing for some years now from the top of the Society downwards ?

Detailed analysis will confirm the danger of each of the Declaration’s ten paragraphs, as outlined only briefly below:--

I Fidelity promised to the “Catholic Church” and to the “Roman Pontiff” can easily be misdirected today towards the Conciliar Church as such, and to the Conciliar Pontiffs. Distinctions are needed to avoid confusion.

II Acceptance of teachings of the Magisterium in accordance with Lumen Gentium # 25 can easily be understood, especially in conjunction with Rome’s 1989 Profession of Faith which is mentioned in a footnote of the Declaration, as requiring acceptance of Vatican II doctrines.

III,1 Acceptance of Vatican II teaching on the College of Bishops as contained in Lumen Gentium, chapter III, is, despite the “Nota Praevia”, a significant step towards accepting Conciliar collegiality and the democratisation of the Church.

III,2 Recognition of the Magisterium as sole authentic interpreter of Revelation runs a grave risk of submitting Tradition to the Council, especially when the interpretation of any break between them is automatically to be rejected (cf. III,5 below).

III,3 The definition of Tradition as “the living transmission of Revelation” is highly ambiguous, and its ambiguity is only confirmed by the vague words about the Church, and by the quotation from the equally ambiguous Dei Verbum #8, which follow.

III,4 The proposition that Vatican II should “throw light” on Tradition by “deepening” it and “making it more explicit”, is thoroughly Hegelian (since when did contradictories explain and not exclude one another ?), and it risks falsifying Tradition by twisting it to fit the multiple falsehoods of the Council.

III,5 The statement that the novelties of Vatican II must be interpreted in the light of Tradition, but that no interpretation implying any break between the two is acceptable, is madness (All shirts are to be blue, but any non-blue shirt must be taken to be blue !). This madness is none other than that of Benedict XVI’s “Hermeneutic of continuity”.

III,6 Giving credit to the novelties of Vatican II as being legitimate matter of theological debate is gravely to underestimate their harmfulness. They are fit only to be condemned.

III,7 The judgment that the new sacramental Rites were legitimately promulgated is gravely misleading. The New Order of Mass especially is much too harmful to the common good of the Church to be a true law.

III,8 The “promise to respect” as Church law the New Code of Canon Law is to respect a number of supposed laws directly contrary to Church doctrine.

Reverend Fathers, whoever studies these ten paragraphs in the original text can only conclude that their author or authors have given up the Archbishop’s fight for Tradition, and have gone over in their minds to Vatican II. Do you wish yourself and your flock to be moulded by such Superiors ?

Nor let it be said that the first two and last three of the ten paragraphs are broadly taken from the Archbishop’s own Protocol of May 5, 1988, so that the Declaration is faithful to him. It is well known that on May 6 he repudiated that Protocol because he himself recognized that it made too many concessions for the Society to be able to continue defending Tradition.

Another error is to say that the danger is over because the Declaration has been “withdrawn” by the Superior General. The Declaration is the poisoned fruit of what has become a liberal mind-set at the top of the Society, and that mind-set has not been recognized, let alone retracted.

A third misconception is to say that since no agreement has been signed with the apostates of Rome, then there is no further problem. The problem is less the agreement than the desire of any agreement that will grant to the Society official recognition, and that desire is still very much there. Following the whole modern world and the Conciliar Church, the Society’s leadership seems to have lost its grip on the primacy of truth, especially Catholic Truth.

Reverend Fathers, “What cannot be cured must be endured.” Blind leaders are a punishment from God. However, the least that you can do about this disastrous Declaration is to study it for yourselves with everything that led up to it, otherwise you will lose your Society without realizing it, just as the mass of Catholics lost their Church with Vatican II, and did not realize it. Then having made the disaster clear in your own mind, you must tell the truth to your Society flock, namely the danger in which your Superiors are placing their faith and therewith their eternal salvation.
To all of us in that Society which Archbishop Lefebvre made into a worldwide fortress of the Faith, Our Lord is now putting the question of John, VI, 67 : “Will you also leave me ?” 

To any and all of you I gladly impart the episcopal blessing of your servant in Christ,

+Richard Williamson, Nova Friburgo, Maundy Thursday, 201
3.

jeudi 28 mars 2013

Acte de consécration au Sacré-Cœur de Jésus, par Sainte Marguerite-Marie Alacoque

Acte de consécration au Sacré-Cœur de Jésus, par Sainte Marguerite-Marie Alacoque 



Je, [.........], me donne et consacre au Sacré-Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, ma personne et ma vie, mes actions, peines et souffrances,pour ne plus vouloir me servir d'aucune partie de mon être que pour l'honorer, l'aimer et glorifier. 

C'est ici ma volonté irrévocable que d'être toute à Lui et faire tout pour son amour, en renonçant de tout mon cœur à ce qui pourrait lui déplaire. Je vous prends donc, ô Sacré-Cœur, pour l'unique objet de mon amour, le protecteur de ma vie, l'assurance de mon salut, le remède de ma fragilité et de mon inconstance, le réparateur de tous les défauts de ma vie et mon asile assuré à l'heure de ma mort.

Soyez donc, ô Cœur de bonté, ma justification envers Dieu le Père, en détournant de moi les traits de sa juste colère. 

O Cœur d'amour ! Je mets toute ma confiance en vous, car je crains tout de ma malice et de ma faiblesse, mais j'espère tout de votre bonté. 

Consommez donc en moi tout ce qui peut vous déplaire ou résister ! Que votre pur amour vous imprime si avant dans mon cœur que jamais je ne puisse vous oublier, ni être séparée de vous, que je conjure, par toutes vos bontés, que mon nom soit écrit en vous, puisque je veux faire consister tout mon bonheur et toute ma gloire à vivre et à mourir en qualité de votre esclave.

LES COMMUNIONS REPARATRICES DES NEUF PREMIERS VENDREDIS DU MOIS 

Par l'insertion intégrale de cette promesse dans la Bulle de canonisation de Sainte Marguerite-Marie (Acta Apostolicæ Sedis 1920, p. 503), en date du 13 mai 1920, le Pape Benoît XV a encouragé la pratique des communions réparatrices des neuf premiers vendredis du mois, en l'honneur du Sacré-Cœur. 


LES 12 PROMESSES DE NOTRE-SEIGNEUR JESUS-CHRIST 

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires à leur état. 
2. Je mettrai la paix dans leur famille. 
3. Je les consolerai dans toutes leurs peines. 
4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort. 
5. Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises. 
6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l'océan infini de la miséricorde. 
7. Les âmes tièdes deviendront ferventes. 
8. Les âmes ferventes s'élèveront à une grande perfection. 
9. Je bénirai moi-même les maisons où l'image de mon Sacré-Cœur sera exposée et honorée. 
10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis. 
11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur, où il ne sera jamais effacé. 
12. Je te promets, dans l'excès de la miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir leurs Sacrements, et que mon divin Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure.

mardi 26 mars 2013

La déclaration doctrinale de Mgr Fellay : un péché contre la foi, la charité, la justice et la religion

La déclaration doctrinale de Mgr Fellay : un péché contre la foi, la charité, la justice et la religion

par un prêtre de la FSSPX



Traduction à partir de l'anglais par Vias tuas Domine


Selon la doctrine commune parmi les moralistes approuvés, le Père Royo Martin enseigne dans sa Théologie Morale pour les laïques (Vol. 1, no 794) :

Il n'est jamais permis de mentir... mais... il y a des circonstances où il peut être acceptable de recourir à ce qu'on appelle la restriction mentale...

On doit faire la distinction entre les termes ambigus, l'amphibologie et la restriction mentale.

a) Les TERMES AMBIGUS sont ceux qui ont deux significations ou plus...

b)  L'AMPHIBOLOGIE est une phrase qui a un double sens dont un n'est pas le sens commun ou usuel...

c) La RESTRICTION MENTALE est une sorte d'amphibologie qui consiste à réserver à part soi une partie de ce que l'on pense et que l'on tait pour induire en erreur ceux à qui l'on parle, ou pour leur cacher une vérité qu'ils n'ont pas à connaître...

Quand pouvons-nous dire qu'il est juste et raisonnable de se servir de telles restrictions mentales ?
Généralement, c'est quand on doit cacher la vérité où que la personne qui s'enquiert n'a pas le droit de savoir...

Néanmoins, il n'est jamais juste de se servir de la restriction mentale quand c'est notre devoir d'exprimer la vérité, la foi, la charité, la justice, la religion etc...

Mais, dans sa déclaration du 15 avril 2012, Mgr Fellay s'est servi d'un "texte ambigu", "ce qui en soi est une faute grave, car on ne peut souhaiter rebâtir l'Église en se fondant sur un malentendu". (Bref commentaire sur le texte du Préambule doctrinal du 15 avril 2012, par un prêtre de la F.S.S.P.X. ) En effet, en plus des conditions claires et scandaleuses la déclaration est pleine de restrictions mentales dont certaines sont très dangereuses (cf. L'ambiguïté d'avril , de Mgr Williamson ).

Mgr Fellay devrait répondre à la question suivante : a-t-il été forcé par la Rome moderniste de cacher la vérité requise par la foi, la charité, la justice, la religion ?

Mgr Fellay pourrait répondre sans recourir à ses restrictions mentales habituelles mais nous ne pensons pas qu'il va le faire car cela l'obligerait à renoncer à ses démarches dans le but d'obtenir un accord avec Rome, à s'excuser et à démissionner, ce qui est pourtant nécessaire pour que la F.S.S.P.X puisse sortir de la crise d'auto-démolition dans laquelle elle est plongée.

Un prêtre de la FSSPX.

samedi 23 mars 2013

Important : Avec l'Immaculée ouvre un nouveau blog destiné à la publication d'un bulletin

Important : Avec l'Immaculée ouvre un nouveau blog destiné à la publication d'un bulletin

Chers lecteurs, voici comme promis la première de nos deux actions que nous préparions depuis quelque temps et dont nous vous avions parlé précédemment.
Nous avons voulu, par cette action, remédier à deux difficultés :
Première difficulté : la résistance a ses fidèles lecteurs mais de nombreux fidèles de la Fraternité sont à peine informés de notre existence. Comment nos lecteurs pourraient donc nous faire connaître sans se compromettre eux-mêmes ? La réponse est trouvée : il faut inscrire incognito tout votre carnet d'adresses emails de la tradition à la newsletter de notre nouveau blog nommé :
Pourquoi faisons-nous un deuxième blog et ne faisons-nous pas la newsletter sur ce blog ?
Pour des raisons de sécurité informatique et parce que l'interface d'overblog vous permettra de rentrer beaucoup plus facilement des contacts que l'interface de ce blog.
Si 100 lecteurs rentrent chacun dix adresses, nous pouvons arriver à 1000 contacts en quelques jours. Ces contacts peuvent nous envoyer à leur tour des personnes et ainsi, nous espérons pouvoir passer rapidement à un nombre beaucoup plus important de lecteurs.
Les fidèles lecteurs d'Avec l'Immaculée auront-ils à changer quelque chose à leurs habitudes ?
Non, pas du tout. Il faut seulement aller une fois sur le blog d'aveclimmaculeepublications pour vous inscrire et inscrire tous vos amis et relations, après cela, vous n'aurez plus besoin d'y revenir. Vous recevrez suite à votre inscription un formulaire tout fait, venant d'une certaine Marie, sur votre boîte mail. Ce formulaire vous demandera de cliquer sur un lien pour valider votre inscription. Chacune des personnes que vous aurez inscrite recevra de même ce formulaire sur lequel il lui faudra cliquer, mais elle ne saura pas qui l'a inscrite. Elle aura la possibilité de visiter les deux blogs :
Avec l'Immaculée
et
Avec l'Immaculee publications, avant de se décider.
Que se passera-t-il pour ceux qui s'abonnent ?
Ils recevront tous les 15 jours un mail contenant un lien qui leur donnera accès à un bulletin de 4 pages, au format pdf. Ce bulletin pourra être lu en ligne ou imprimé.
Sur ce bulletin on trouvera les principales nouvelles de la dernière quinzaine et les textes les plus importants, déjà publiés sur ce blog, textes qu'il est obligatoire de connaître si l'on veut comprendre la résistance et suivre l'actualité. Ce bulletin incitera certainement plusieurs personnes à venir plus régulièrement sur notre blog car en 4 pages, nous ne pourrons dire que le minimum. Mais nous ne voulons pas faire un bulletin plus important, afin de faciliter la tâche de ceux qui en feront des photocopies.
Deuxième difficulté à laquelle nous voulons remédier :

Dans la Tradition, un nombre non négligeable de personnes n'a pas internet ou ne sait pas bien se servir d'internet. Nous nous sommes demandés comment faire pour toucher ces personnes, tout en gardant notre anonymat. Voici la solution : ceux qui, parmi nos lecteurs, voudront être davantage apôtres, pourront photocopier ce bulletin qu'ils recevront tous les 15 jours pour le donner à ceux qui n'ont pas internet et qui souhaitent s'informer. Nous espérons ainsi aider ces personnes dont certaines veulent vraiment savoir ce qui se passe et ne savent pas comment faire.
Nous consacrons ce futur bulletin qui paraîtra pour la première fois début avril au Cœur Immaculé de Marie.
En attendant le mois d'avril, inscrivez le plus possible d'adresses sur notre blog de publications. Soyez apôtres ! Aidez-nous à réveiller la Tradition qui est majoritairement endormie. Nous comptons sur vous.
Aveclimmaculeepublications figurera dorénavant en lien dans la colonne de droite de ce blog, avec les blogs amis.

Chasse aux catholiques ou chasse aux modernistes, on ne peut pas tout faire !

Chasse aux catholiques ou chasse aux modernistes, on ne peut pas tout faire !

commentaire des derniers écrits de Mgr Fellay





Le pape François prie devant la tombe de saint Pie V : photo choisie par la porte latine pour nous présenter le nouveau pape. Avec l'Immaculée ne trouve pas cela très objectif, c'est le moins qu'on puisse dire. 



Dans son Courrier de Tychique, n°450, Max Barret fait mention d'un article intéressant d'un journaliste conciliaire sur le pape. Ce journaliste est très pessimiste. Il n'y a pas que les "tradis" qui s'inquiètent...

Pendant ce temps, la première urgence, pour Mgr Fellay, reste de neutraliser les fidèles de la FSSPX qui veulent garder la foi, spécialement ceux qui tiennent les blogs. Pensez-vous qu'il met les fidèles en garde contre le mauvais pape honoré par toute la franc-maçonnerie ? Oh non ! Il y a bien plus urgent pour lui : l'abbé Rioult, l'abbé Pinaud et l'abbé Salenave sont infiniment plus "dangereux" que le pape. On les persécute, on cherche à les neutraliser, à les couper du monde... Voilà les ennemis de Mgr Fellay. Il occupe son temps libre à "excommunier" les fidèles, à cloîtrer les prêtres résistants et à préparer la justification de l'incroyable et scandaleuse déclaration doctrinale  envoyée à Rome le 15 avril 2012... Cette attitude de Mgr Fellay est-elle celle des enfants de Dieu ?... Nous en doutons fort.
Les communiqués de Mgr Fellay sont toujours aussi alambiqués et diplomates. Ses phrases sont maintenant construites sur un schéma binaire : la moitié de la phrase exprime toute sa sympathie envers le pape moderniste puis l'autre partie de la phrase "rectifie" le tir. Car il ne peut plus maintenant être ouvertement rallié, comme dans la déclaration doctrinale d'avril 2012 : la résistance veille.

Travaux pratiques

1) "Communiqué de la Maison générale de la Fraternité Saint-Pie X à l’occasion de l’élection du pape François". 
Nous soulignons ce qui est digne de la Fraternité Saint Pierre puis nous mettons en gras l’aspect plus traditionnel :

« A l’annonce de l’élection du pape François, la Fraternité Saint-Pie X prie Dieu d’accorder abondamment au nouveau Souverain Pontife les grâces nécessaires à l’exercice de sa lourde charge

Commentaire :
Cette phrase souligne l’empressement et la connivence amicale, la FSSPX est suspendue à Rome...

Que soutenu par la divine Providence, le nouveau pape puisse « confirmer ses frères dans la foi », avec l’autorité que saint Pie X proclamait au début de son pontificat 

Commentaire : 
Comme si le pape pouvait confirmer dans la foi, alors qu'il a toujours été réputé progressiste ! On sait de toute façon que c’est un moderniste, qui dit la nouvelle messe et qu'il accepte Vatican II. Dans ce cas, comment peut-il nous confirmer dans la foi ? 

(…) C’est dans cet esprit que les évêques, prêtres, religieux et religieuses de la Fraternité Saint-Pie X assurent le Saint-Père de leur désir filial de « tout restaurer dans le Christ, afin que le Christ soit tout et en tous », selon leurs moyens, pour l’amour de la sainte Eglise catholique romaine. Menzingen, le 13 mars 2013 »

Commentaire :
Avec l'Immaculée n'arrive pas à se sentir des sentiments filiaux vis-à vis d'un ami des B'nai B'rith et de Mgr Kasper, hérétique notoire... 
Mgr Fellay apprécie cette expression : « selon nos moyens » qui revient sans cesse sous sa plume : la FSSPX n’apporte que ce qu’elle peut apporter, elle n’apporte pas tout. C’est ambigu : cela sous-entend-il que la Tradition n'apporte pas tout, n’est qu’une solution parmi d’autres, que la Tradition peut coexister dans l’Eglise avec les modernistes ? Il le semble bien, puisque c’est ce que veut faire Mgr Fellay : coexister avec les modernistes, tout en acceptant le nouveau code de Droit Canon, la légitimité de la nouvelle messe, la validité de tous les sacrements novus ordo et l'incontournable Vatican II...(cf. déclaration doctrinale de Mgr Fellay du 15 avril 2012)  


2) Continuons nos travaux pratiques. Nous retrouvons la même diplomatie dans l’Acte de consécration de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X à saint Joseph, patron de l’Eglise catholique du 19 mars 2013 : (…) « Daignez enfin, ô notre fidèle intercesseur, faire de cette modeste légion de rebâtisseurs un ferme soutien du Pontife romain dans sa fonction de confirmer ses frères dans la profession de foi, claire et entière du bienheureux Pierre : Tu es Christus, Filius Dei vivi. Ainsi soit-il. » 

Commentaire :
Le début est équivoque : on ne voit pas vraiment comment la FSSPX pourrait être un soutien du Pape alors que l’Eglise est "occupée", comme dit Mgr Lefebvre et que le pape est l'ami des franc-maçons et des rabbins. A la date du 19 mars, Mgr Fellay sait que François est l’ami des B’nai B’rith, ce qu'il pouvait encore ignorer le 13 mars... Il n'a donc plus d'excuse le 19 alors qu'il en avait quelques-unes le 13. La fin de la phrase redresse en partie le tir, mais le début annule en fait sa portée traditionnelle. 

En outre, depuis que Mgr Fellay a écrit sa fameuse déclaration doctrinale, nous doutons beaucoup qu'il ait une notion exacte de ce qu'est la "foi claire et entière", car cette déclaration doctrinale du 15 avril 2012, comme Arsénius l'a montré récemment, attaque la foi.

Nous attendons toujours de la FSSPX une condamnation des actes du Cardinal Bergoglio : journées interreligieuses, nouvelle messe, etc. La FSSPX est muette alors que les fidèles s’interrogent sur ce nouveau pape. C’est très curieux. Le Supérieur général manque-t-il d’informations ? Dans ce cas, Mgr Fellay doit nous contacter d’urgence ! Pour l'instant, la Fraternité Saint Pie X préfère présenter l'ami des B'nai B'rith comme un pape pieux priant devant la chasse de Saint Pie V... Si ce n'est pas de l'hypocrisie et de la désinformation, nous ne savons pas comment cela s'appelle.
Nous parions que le pape a posé à cet endroit afin que l'on puisse prendre une photo pour apporter de l'eau au moulin de Mgr Fellay et rassurer en partie les communautés Ecclesia Dei. Nous ne croyons pas à la dévotion de François pour St Pie V, surtout quand la première lettre de son Pontificat est pour assurer le rabbin de la continuité du dialogue interreligieux... Nous sommes bien loin de l'esprit de Lépante et de la croisade du rosaire faite par Saint Pie V pour repousser l'Islam. Cette photo est donc selon nous un signe que le pape est prêt à paraître un peu d'aspect traditionnel pour faire un accord. Elle indique, selon Avec l'Immaculée, qu'il veut nous récupérer et qu'il sait jouer aussi au loup déguisé en agneau. Il va prier ostensiblement devant Saint Pie V pour ensuite embobiner les gens, lors de son premier angélus, en leur disant que Kasper est un grand théologien, dans son livre sur la miséricorde. Voyez l'habileté : il fait passer la pilule Kasper en enrobant le tout de miséricorde, pour attendrir les gens.

Si vous voulez comparer le ton dont Mgr Lefebvre s'adressait à un pape moderniste avec le ton de Mgr Fellay,   lisez ci-joint ce que disait Mgr Lefebvre au pape Jean–Paul II dans une lettre ouverte. Vous verrez qu’on est loin du discours mielleux, sirupeux, onctueux, chamallow et faussement spirituel de Menzingen. Mgr Lefebvre, c’est différent. 

L’HORRIBLE OMISSION : Lettre ouverte de l'abbé Hugo Ruiz Vallejo aux fidèles de tradition de la ville de Mexico


J + M


L’HORRIBLE OMISSION

"Quand le sel perd sa saveur ..."

Lettre ouverte de l'abbé Hugo Ruiz Vallejo aux fidèles de tradition de la ville de Mexico



Le Bon Pasteur


L'abbé Hugo Ruiz Vallejo, de la FSSPX, en poste au Mexique, nous apparaît comme le bon pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. Non seulement nous le comprenons, mais nous l'admirons et nous le suivons entièrement. Nous prions pour que cette lettre aide de nombreux prêtres de France et du monde à faire la même démarche. 

Chers amis dans le Christ, 

Certains d'entre vous sont déjà au courant de mon départ de ma résidence habituelle Casa San Jose, ici à Mexico. Pour éviter les malentendus et perplexité parmi vous, non seulement il est important mais aussi il est nécessaire que je vous donne une explication sur les raisons graves qui ont créé pour moi cette nécessité. 

Aucun d'entre nous ne devrait ignorer les motivations qui ont guidé ce qu'on appelle aujourd'hui le mouvement traditionnel, présent au commencement dans diverses parties du monde, mais maintenant principalement dans la Fraternité Saint-Pie X, œuvre d’un évêque exemplaire, Mgr Marcel Lefebvre, qui a essayé de sauver les valeurs de l'Église catholique contre l'invasion du modernisme qui a frappé l'Église du Christ, avant tout par le dénommé Concile Vatican II, et par toutes les réformes de l'Eglise dont ce Concile a été la cause efficiente. Cette attaque a provoqué un mouvement de défense tout à fait légitime des catholiques authentiques, mouvement en lui-même très naturel et nécessaire. La lutte et le combat contre les erreurs doctrinales du monde moderne qui a été menée par les papes du XVIIIe, XIXe et XXe siècles, en particulier par le pape saint Pie X, a été aussi celle que nous voulions assumer et tenter de mener à son terme. 

Cependant, nous constatons, ([ce sont] particulièrement les traditionalistes qui ont connu le début de ce combat [qui le constatent]), que très progressivement nos supérieurs ont baissé le ton de nos exigences et notre lutte pour la défense de la Foi. On a d'abord fait valoir que c’était un moyen pour convertir Rome : non seulement le fait de ne pas aussi fortement dénoncer les déviations des hommes d'église, mais aussi un moyen de nous rapprocher de plus en plus étroitement de l'Eglise officielle. La question est la suivante : s'agit-il d'un moyen proportionné pour convertir Rome ? Ou bien est-ce juste une illusion ? Quelqu'un peut-il se convertir à la vérité par la dissimulation de cette vérité ? Peut-on changer quelqu'un en suivant la pente de ses erreurs et de sa dialectique ? 

Nous voyons avec de plus en plus d’inquiétude chez de nombreux prêtres et fidèles de la FSSPX ainsi que chez des congrégations amies une omission qui prend des proportions toujours plus grandes et trompeuses. Un silence de plus en plus perceptible. 

Le fait est que les Romains n'ont renoncé en rien aux graves erreurs du Concile Vatican II, ni à la Nouvelle Messe (Novus Ordo Missae), ni aux réformes qui sont les conséquences de ce concile et qui affectent la vie de toute l'Église ; Rome, a seulement fait quelques concessions de nature politique pour se rapprocher de la Fraternité, petites concessions qui ne sont pas suffisantes pour être probantes quant au fait qu'il y aurait un véritable changement de direction à Rome, c'est à dire dans le sens de la tradition. Bien au contraire, on retrouve dans toutes ces négociations et ces dialogues une diplomatie pleine de fausseté. Nous ne pouvons pas fonder nos décisions importantes uniquement sur des rumeurs ou des faits qui ne sont en aucune façon une preuve de la conversion des hommes d’Eglise. 

Le fait est que, malgré l'échec des fameuses discussions doctrinales, soi-disant menées afin de convertir à Rome, (et qui restent non publiées), on cherche à tout prix à continuer à aller de l'avant dans ce rapprochement avec Rome, à des conditions extrêmement dangereuses. Et pour couronner le tout, il y en a déjà aujourd’hui qui pensent que la Fraternité devrait faire un accord pour se soumettre à Rome, peu importe si Rome est convertie ou non !... ("Je dirais même que, devant cette réalité sublime, parler d'accords ou pas avec Rome, est une bagatelle... Défendre la foi, garder la foi, mourir dans la foi, voilà l'essentiel" Sermon de Mgr Fellay à Paris, le 30 Janvier, 2013). Mais peut-être voulons-nous dépendre de ceux qui n'ont pas les mêmes principes catholiques que nous ? Est-il possible de faire une bonne pastorale sans avoir la bonne doctrine? Peut-être que ceux qui n'ont pas une bonne doctrine pourraient diriger la pastorale des traditionalistes ? Comment pourrions-nous nous comprendre en ce qui concerne la pratique de la foi, si nous n'avons pas les mêmes principes quant à la foi et à la morale ? Peut-être que François le nouveau pape n'a pas commencé son pontificat en recommandant un livre de l’hérétique Kasper sur la place Saint Pierre, Urbi et orbi ! Mais ne serait-ce pas une idée très pieuse que de vouloir vivre dans la caverne d'Alibaba et des 40 voleurs pour pouvoir convertir Alibaba et les 40 voleurs ... ? une idée très pieuse et pleine de réalisme…. 

Les conclusions du dernier Chapitre Général de la Fraternité sont aussi venues confirmer dramatiquement nos craintes, puisque dans la conclusion officielle de celui-ci, les dirigeants de la Fraternité ont déclaré quelles seraient les 6 conditions pour que nous acceptassions avec Rome un accord ou une régularisation à l'intérieur du système romain. Parmi celles-ci, 3 seraient nécessaires, et les 3 autres "souhaitables", c'est-à-dire que même si le Pape ne les accordait pas nous accepterions de toute façon le dit "accord". 

Je fais remarquer qu'une condition "souhaitable" n'est pas véritablement une condition. On pourrait dire beaucoup sur toutes ces conditions, mais le pire se trouve dans la première des trois "souhaitables" : les décisions de nos tribunaux ecclésiastiques pourraient être défaites par les tribunaux de l'église conciliaire: et cela avec notre accord ! C'est à dire qu'ils décident avec leurs principes modernistes de la pastorale des prêtres de la Tradition !!! De plus, dans la deuxième condition "souhaitable", on accepte la possibilité de dépendre des évêques locaux, tout en sachant très bien à quel point ils désirent avoir l'opportunité de nous soumettre aux idées et à la pastorale du Concile le Vatican II !!! Un vrai suicide programmé de la Tradition !!! En outre, dans la troisième de ces conditions, on accepte aussi la possibilité que celui qui dirige la commission qui nous représenterait devant le Pape, ne soit pas un membre de la Tradition ! [ndlr :... puisque la condition n’est que souhaitable.] Mais comment quelqu'un qui ne pense pas comme nous et qui n’est pas l’un des nôtres pourrait nous représenter... ?! Le Père Mario Trejo, supérieur du District du Mexique, a récemment dit dans la revue du District Dieu ne meurt jamais (n°41, p.7), que dans la déclaration du dernier chapitre de la Fraternité "chaque phrase, chaque mot, a été pesé et soupesé pour donner un témoignage de la foi de toujours"... Alors, dans ces conditions, comment la foi de toujours pourrait-elle être défendue par les personnes qui ne la professent plus ? 

En tout cas, il est désormais évident à présent qu’il y a une nouvelle attitude vis-à-vis de Rome et de ses erreurs de la part de ceux qui dirigent aujourd'hui la Fraternité Saint Pie X, une nouvelle position pleine d'omissions et prête à des compromis très graves, qui, bien qu’ils ne soient pas réalisés, mettent en lumière un état d’esprit plus qu'inquiétant. Il y a une omission graduelle de tout ce qui fait référence à notre combat, aux objectifs que Mgr Lefebvre a donné à la Fraternité, qui sont en même temps la raison de notre existence et qui justifient l’"état de nécessité" pour que nous puissions exercer notre ministère sacerdotal. Si un "état de nécessité" n'existait pas, notre désobéissance à Rome ne se justifierait pas théologiquement, de même que ne serait pas non plus justifiée l'obéissance à l'autorité que nos actuels supérieurs de la Fraternité réclament tant. 

À une politique externe correspond une "politique" interne : c'est-à-dire qu’à l'intérieur de cette même Fraternité, chaque fois et d'une manière plus évidente, se confirme l'existence d'une politique de répression contre tous ceux qui ne sont pas en accord avec la nouvelle orientation de la Fraternité. En pressurant, en poursuivant, en discréditant et en punissant de diverses manières tous ceux qui manifestent un désaccord. Beaucoup de déclarations et de gestes de plus en plus inquiétants peuvent être ajoutés à cela. Comme ce qu'a entendu le Père Raphaël Arízaga O.S.B. de la bouche de Mgr Fellay dans une conférence spirituelle aux séminaristes du séminaire de Winona, le 21 décembre dernier : "en raison de ce que je voulais préserver l’union interne de la Fraternité, j'ai retiré le document qui disait : « je ne rejette pas tout le Concile Vatican II », ce que j'ai dit réellement." 

Monseigneur Lefebvre déconseillait d’aller aux Messes d’indult ainsi qu’aux Messes ayant le climat de groupes tels que celui de la Fraternité Saint-Pierre, parce que ces climats sont corrompus à la racine, en ce sens que ce qui est enseigné et promu, porte à court ou à longue terme à l'assimilation avec l'église conciliaire. Mais si la Fraternité Saint Pie X change son esprit et ses objectifs, ne pourrait-elle pas arriver à être en un état semblable, égal ou pire, même si pour le moment l’accord avec Rome ne s’est pas concrétisé ?

J’ai moi-même constaté comment beaucoup de prêtres ont changé d’attitude et d’idées vis-à-vis du combat de la Tradition contre ses ennemis, et malheureusement avec une plus grande fréquence chez les nouveaux prêtres. Je suis moi-même victime de cette nouvelle ligne chez nos supérieurs, une ligne plein d’omissions par rapport à notre lutte et notre combat. Déjà on ne voit pas beaucoup d'ennemis à Rome, l'optimisme remplace peu à peu la méfiance naturelle qui devrait exister envers les démolisseurs de l'Église. Mon Supérieur de District le Père Mario Trejo m'a défendu de parler de ces sujets : non seulement dans la prédication mais aussi dans le privé !, que ce soit avec les fidèles ou avec les prêtres, et ce, sous menace de mutation et de châtiments sévères. 

Et puisque je ne peux plus accomplir ma mission comme prêtre à l'intérieur de la Fraternité, mission qui consiste à montrer toute la vérité et à dénoncer tout le danger qui peut menacer le bien des âmes, j'ai décidé de continuer mon ministère en dehors de la structure de la Fraternité, bien que je continue d'appartenir à celle-ci, et cela pour le bien des fidèles qui sont dans la ville de Mexico et qui veulent recourir à mon ministère sacerdotal. J'espère que vous, ainsi que mes confrères prêtres, comprendrez les raisons de cette grave décision. 

Que Dieu par Notre Mère Notre-Dame de Guadalupe, vous bénisse et vous éclaire, 

Père Hugo Ruiz Vallejo, FSSPX 

Le 22 Mars 2013 

En la mémoire des Sept Douleurs de la Vierge 

AMDG